Lutte contre le mariage des enfants

par -
0 798
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.
  1. Moneti parle du changement des normes comme atout

Francesca Moneti, consultante au Bureau du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (Unicef) en Rdc, a évoqué le lundi dernier, le changement des normes dans la société congolaise, précisément dans les villages, comme atout pouvant permettre de mettre fin au mariage des enfants.

« S’il y a une norme sociale dans des villages congolais que les filles devraient se marier tôt, à 14, 15 ans pour prévenir les  grossesses précoces,… ça c’est la norme qui existe (…) il faut adopter une approche beaucoup plus positive, respectueuse,  qui porte les gens à mettre en cause ce qu’ils font avec des  informations nouvelles et qu’eux-mêmes trouvent que c’est mieux de réparer et de  trouver comment retarder les grossesses des filles, le mariage des enfants,…C’est ça l’esprit, on utilise le terme créer une nouvelle norme, mais en fait, on accompagne un processus, ce sont les gens eux-mêmes qui décident », a indiqué cette consultante, peu après l’ouverture de l’atelier  d’élaboration du Plan d’action national pour mettre fin au mariage des enfants en République démocratique du Congo.

Pendant quatre jours, soit du lundi 17 au jeudi 20 août, au Centre catholique «  Béthanie », plusieurs animateurs de la société civile,  de la police, de l’armée et du Gouvernement, ainsi que les partenaires internationaux, venus des  différents coins,  réfléchissent sur comment dégager à l’issue de cette rencontre, des grands axes  sur lesquels on se mettre d’accord  pour bâtir le plan d’action national.

«  Nous, on est là comme l’Unicef pour appuyer et soutenir les efforts  du Gouvernement, soit de la société civileafin de faire face à la vulnérabilité des enfants en général,  et des filles en particulier », a précisé Mme. Moneti, avant de louer la volonté politique du Gouvernement de se dépasser  afin de doter le pays des documents prohibant le mariage  des enfants. Elle faisait allusion à la campagne de l’Union africaine contre le mariage précoce des enfants, à laquelle le premier ministre congolais, Augustin MatataPonyo s’est directement engagé.

La République démocratique du Congo, dont la détermination est affrichée à gros plan afin de faire de bénéficier de ses droits,  bénéficie ici des expériences des autres pays pour accélérer justement  un processus de changement positif.

Représentant la ministre congolais du Genre, Femme et Enfant, la secrétaire  générale de ce ministère,  Jacqueline Lofulo, a déploré le fait que malgré l’existence des dispositions légales, claires interdisant le mariage des enfants,  cette catégorie de la population continue à subir l’oppression des adultes, avec la complicité de certains acteurs sensés dire le droit.

Ainsi, a-t-elle plaidé : « La production d’un plan d’action exige que toute les forces s’unissent en vue d’exécuter le maximum d’action retenues. Le renforcement des capacités des facilitateurs du niveau national et des provinces pour retransmission des informations, la réalisation de la campagne proprement dite de suivi, d’évaluation ainsi que le partage des informations résultant de cette campagne, sont des étapes clés et nécessitent la mobilisation des moyens conséquences pour une campagne  qui doit s’étaler jusqu’en 2017 », exhortant les participants à ne ménager aucun effort pour qu’à  la fin de  ces travaux, les grandes lignes d’un Plan d’action national digne d’élaguer la Rdc sur la liste noire des pays où les pratiques décriées, soit dégagées.

(Yassa)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse