Lutte contre le changement climatique

par -
0 480
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’Ong ESSF rappelle le Parlement de ratifier « l’Accord de Paris » dans le plus bref délai

Elle salue d’abord l’initiative du Chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange de signer l’Accord de Paris sur le climat. Et puisque les pays signataires ne seront contraints de respecter les engagements pris qu’après ratification de l’accord par leurs organes législatifs, l’Ong ESSF rappelle donc au Parlement de ratifier ce traité dans le plus bref délai. Ce qui permettra à la Rdc d’être classée parmi les pays manifestant un intérêt particulier dans la crise du climat.

Le vendredi 22 avril dernier, 170 chefs d’état et de gouvernement du monde ont ratifié à New-York (USA), l’« Accord de Paris » sur le changement climatique (2015 – 2020). Devant le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon, le Chef de l’état Joseph Kabila Kabange, a apposé la signature de la République démocratique du Congo à ce traité.

A cet effet, la Rd Congo est le tout premier pays africain à ratifier cet accord, signe d’un attachement à la question du changement de climat. A savoir tout de même que, ni le Président américain Barack Obama, ni son homologue chinois Xin Jinping, n’étaient pas présents lors de la signature de cet « Accord de Paris ». Ces deux pays réputés « grands pollueurs » du monde se sont fait représenter au niveau ministériel.

L’« Accord de Paris » marque donc une nouvelle étape dans le combat pour limiter les émissions des gaz à effet de serres. Notons que le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4), l’oxyde nitreux (N2O), les hydrofluorocarbures (HFCs), les hydrocarbures per-fluorés (PFCs), l’hexafluorure de soufre (SF6) sont les six gaz à effet de serres auxquels s’attaque le « Protocole de Kyoto » qui impose aux pays industrialisés le primat de la responsabilité pour lutter contre le phénomène du changement climatique.

En outre, les pays signataires seront contraints de respecter les engagements pris en signant cet « Accord de Paris » qu’après la ratification dudit traité par leurs organes législatifs. Voilà pourquoi, l’Ong ESSF (Environnement sain sans frontière) et son charismatique leader Alain Botoko, saluant l’initiative du Chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange de signer de cet Accord de Paris sur le climat, rappelle au Parlement de la République de ratifier ce traité dans le plus bref délai possible.

Ce qui permettra à la Rdc, selon cette Ong, d’être classée parmi ceux qui manifestent un intérêt particulier dans la crise du climat qui secoue l’Afrique, le continent le plus vulnérable. « Et partant, le monde entier pourra nous traiter avec considération. Par conséquent, nous allons bénéficier des fonds verts qui sont mises à la disposition des pays vulnérables pour l’atténuation et l’adaptation  aux effets dus aux changements climatiques », explique M. Alain Botoko, président exécutif de l’Ong ESSF.

Un petit rappel des faits

Signalons que cette signature de l’« Accord de Paris » intervient cinq mois après la 21ème Conférence des parties (COP 21) des Nations Unies sur le changement climatique, tenue à Paris en France du 30 novembre au 11 décembre 2015. Lesquelles négociations climatiques planétaires avaient comme enjeux de : réduire les émissions des gaz à effet de serres à moins de deux degrés Celsius (-2°C) ; faire face aux impacts, pertes et dommages ; agir sur les systèmes et les décisions ; l’adoption des modèles agricole et de l’eau ; le choix des infrastructures et les accords commerciaux.

Cette grande conférence internationale sur l’environnement à Paris était importante pour sceller un accord international appelé aujourd’hui l’« Accord de Paris ». Elle devrait donc répondre à deux défis du climat et de la pauvreté. Elle devrait aussi fixer et renforcer les engagements nationaux et sectoriels. Mais également, financer la transition énergétique et l’adaptation aux impacts.

Et, la République démocratique du Congo était un pays très stratégique et très important dans cette conférence, étant au cœur des forêts du bassin du Congo (deuxième poumon mondial après l’Amazonie au Brésil), dont elle possède à elle seule, plus de 60% de la superficie. Aussi, les forêts occupent 66,5 % du territoire de la Rdc (plus de 2.345.000 Km²).

Coffre-fort de la biodiversité mondiale et régulateur du climat subsaharien, la Rdc représente 7% du potentiel REDD (Réduction des émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts) mondial. Voilà pourquoi, des délégués congolais à cette conférence y étaient présents pour défendre les intérêts du pays, mais aussi pour témoigner de son immense richesse écologique, et de son importance cruciale pour l’équilibre climatique mondial.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse