Lutte contre le changement climatique, COP 22 : RRN et la Société civile définissent la position de la Rdc

par -
0 487
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Aujourd’hui, s’ouvre à Marrakech au Maroc, la 22ème Conférence des parties des Nations Unies sur le changement climatique (COP22) qui se tiendra jusqu’au 18 novembre courant. La République démocratique du Congo est également représentée à ces assises mondiales sur le climat qui se tiennent en terre africaine, le continent le plus vulnérable au changement climatique, à travers ses délégations gouvernementale et autres officielles, ainsi que celle de la Société civile environnementale.

Avant que cette dernière délégation de la Société civile ne s’envole pour le pays du Roi Mohamed VI, le Réseau ressources naturelles (RRN) a organisé, vendredi 04 octobre courant, une réunion de préparation avec les acteurs de la Société civile environnementale en vue de contribuer à la finalisation de l’élaboration du message devant être porté par ses délégués à la COP 22 à Marrakech.

Cette réunion présidée par le professeur Joseph Bobia, coordonnateur national du RRN, a été également rehaussée de la présence du conseiller principal du Chef de l’Etat au Collège en charge de l’Agriculture et Développement rural, M. Faustin Lokinda et du directeur du Fonds forestier national, M. Léon Mulimbi Ngoy, représentant le directeur de cabinet adjoint du ministre de l’Environnement et Développement durable empêché.

Tout a débuté par lister les différentes thématiques autour desquelles gravitent ces assises de la COP 22 à Marrakech. Il y en a quatre principales. La première se concentre sur l’agriculture africaine, particulièrement l’agriculture familiale, qui doit prendre de l’ampleur.

Voilà pourquoi, les acteurs de la Société civile environnementale ont jugé nécessaire que les petits producteurs agricoles et les paysans africains en général et congolais en particulier, soient accompagnés et encadrés. Et la deuxième thématique se focalise sur l’agro-industrie, laquelle nécessite des espaces vastes pour les plantations à huile.

La Société civile environnementale congolaise dénonce, pour ce faire, l’accaparement des terres africaines à des fins économiques avec les palmiers à huile, qui ne contribuent guère à la réduction des gaz à effet de serres, et surtout au détriment de la vie sociale des communautés locales. Quant à ce qui concerne la Rd Congo, le RRN et les acteurs de la Société civile environnementale sont d’accord avec la réhabilitation d’anciennes plantations et non au développement d’autres plantations à travers le pays.

La troisième thématique principale a trait à la foresterie communautaire. La Société civile environnementale congolaise estime, toutefois, que le processus Réduction des émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts (REDD) ne peut bénéfice à la Rdc que si des forêts des communautés locales ont été créées à travers la République. La problématique de la conservation de la nature est la dernière thématique de la COP 22.

L’agriculture familiale pour développer l’agriculture congolaise

Cette réunion tenue au siège du RRN s’est poursuivie par une séance de débat, et échanges, à l’issue de laquelle, le deux invités de marque : le conseiller du Chef de l’Etat à l’Agriculture et le représentant du Dircaba du ministre de l’Environnement, ont eu à répondre aux différentes préoccupations et questions des acteurs de la Société civile.

Dans la globalité, M. Faustin Lokinda a soutenu la mise en place d’un nouveau programme dans le secteur agricole congolais. Ce, en tenant compte de l’agriculture familiale. Il a, de ce fait, édifié les acteurs de la Société civile sur la mise en place dans le pays du modèle « village agricole » (avec plus ou moins 100 ménages) lancé tout récemment par le Chef de l’Etat. Lequel programme bénéficie de l’appui et encadrement de l’Etat qui n’en sera pas propriétaire.

Les participants ont ensuite suivi une brève présentation du draft du message qui sera porté par la Société civile environnementale congolaise à la COP 22. Dans cette présentation, l’on a souligné que la COP 20 tenue à Lima au Pérou a été une conférence des négociations.

La COP 21 tenue à Paris en France a été celle des décisions avec d’adoption de la « Déclaration de Paris » dont la Rdc était le premier pays africain à signer par le Président de la République Joseph Kabila Kabange et dont la mise en œuvre attend encore sa ratification au niveau du Parlement de la République.

Mais cette COP 22 qui se tient à Marrakech au Maroc est une conférence des actions, de la mise en œuvre des décisions. La principale mission étant de développer des outils opérationnels dans le cadre du plan Paris – Lima puis Paris – Marrakech.

Les avantages et désavantages de la COP 22 pour la Rdc ainsi que les messages de la Société civile congolaise pour cette conférence ont été également expliqués aux participants de la réunion. Pour la Société civile environnementale congolaise et le RRN, la grande préoccupation doit-être l’adaptation. Mais aussi, comment aider les communautés locales congolaises et africaines, qui sont les plus vulnérables au changement climatique.

La Rdc attend de la COP 22 un financement pour des actions concrètes

Après la réunion, le coordonnateur du RRN Joseph Bobia a animé un point de presse pour expliquer aux journalistes sa quintessence. Il a indiqué que la Société civile environnementale congolaise attend la ratification par le Parlement de l’ « Accord de Paris » sur le changement climatique. Et elle avait déjà amorcé le travail de sensibilisation.

Pour Joseph Bobia, la ratification de l’ « Accord de Paris » devrait être inscrite à l’ordre du jour de la session parlementaire en cours. Il a également souligné dans ses réponses aux questions des journalistes que la Société civile devrait harmoniser avec les acteurs étatiques avant d’aller à la COP 22. « Mais, ce n’est pas un échec. Nous avons une décision que nous allons défendre en tant que société civile, et harmoniser avec le Gouvernement », a-t-il expliqué.

Il a fait savoir, par ailleurs, qu’à la COP 22 à Marrakech, la Rd Congo aurait à réclamer le financement qui lui est dû, afin de concrétiser ses actions en rapport avec la lutte contre le changement climatique et la réduction des gaz à effet de serres. « Il faut que la Rdc ramène des fonds pour des actions concrètes », a-t-il encouragé.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse