Lutte contre la contrebande: Une mission gouvernementale séjourne dans le Kongo Central

par -
0 205
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La ville de Moanda dans la province du kongo central, accueille depuis ce lundi 25 juillet 2017, plusieurs autorités du pays dans le cadre de la lutte contre la fraude et la contrebande. Il s’agit du Directeur de cabinet du chef de l’État, les ministres de l’Economie, des Finances, du Budget, du Commerce extérieur, du Portefeuilles, du Développement rural, des Hydrocarbure, le ministre délégué auprès du Premier ministre, le gouverneur de la Banque Centrale du Congo (BCC), différents services opérant dans les  frontières (SCPT, OCC, OGEFREM, etc.), et de nombreux experts.

Il sera question de plusieurs séances de travail dans le cadre de l’application de 28 mesures urgentes prises par le gouvernement, dont la lutte contre la fraude multiforme au passage des frontières qui prive le pays des ressources indispensables pour son développement socio-économique. Déjà lundi dernier, cette forte délégation, dépêchée par le président de la République en personne, a commencé par présenter ses civilités au gouverneur de la province du Kongo central, avant de se rendre dans la ville de Moanda, où il était prévu un tête-à-tête franc avec les pétroliers. Après Moanda, la délégation  effectuera des visites dans plusieurs autres post frontaliers notamment dans le port de Boma, Matadi, au post frontalier de Lufu, etc.

Post frontalier de Yema, bastion de la contrebande

Parti de Kinshasa depuis le 24 juillet 2017, la délégation gouvernementale est arrivée tard dans la nuit en passant par Matadi et Boma. C’est ainsi que mardi le 25 juillet 2017, la délégation a tour à tour effectué des visites d’inspection dans les entrepôts privés de stockage des produits pétroliers en provenance de Soyo ou de haute mer d’une part, et d’autre part au post frontalier de Yema, situé à 40 km de Moanda. Il sied de noter que ce post frontalier est le point de passage entre la ville frontalière de Cabinda et le territoire de Moanda en Rdc.

Dans les entrepôts par où sont stockés pratiquement tous les produits pétroliers venant de Soyo et entrant par la contrebande, il faut le dire, les taxes et redevances y relatives ne tombent pas dans le trésor public. Le constat est tel que la contrebande a élu domicile depuis de longues années.

En effet, plus de 500 fûts de carburant pénètrent chaque jour sur le territoire congolais par ce post frontalier de Moanda et sont stockés dans ces entrepôts dénommés ” Tshims”, sans que l’État y trouve son compte en termes de recette fiscale et douanière, en dépit de la présence de plusieurs services commis aux frontières.

Pourtant, selon les témoignages recueillis sur place auprès des professionnels du secteur, notamment les trafiquants des produits pétroliers entre Kinshasa et Moanda, il semble que les taxes dus à l’État dans ce domaine sont bel et bien collectées à travers un redevable non autrement identifié, qui est sensé les reverser au Trésor public, au nom de tous les commerçants.

Au niveau du post frontalier de Yema, par contre, la délégation a été renseignée sur le fait que les fûts commerciaux entre la Rdc et l’Angola sont plus important du côté angolais à travers le commerce de Cabinda qui traverse de l’autre côté, vers la RDC, pour écouler leurs produits à Kinshasa. Tandis que leurs frères congolais n’offrent que des produits de crus tels que les ignames, pommes de terre, etc.

Eu égard à ce qui précède, la délégation gouvernementale, en attendant de se pencher sérieusement sur la question, a promis de prendre des mesures qui s’imposent en tenant également compte des réalités du terrain, en luttant contre la fraude, en particulier, et en général de conforter l’économie nationales par rapport à toutes ses pratiques.  La délégation devait quitter hier mercredi la ville de Moanda, où elle a passée deux nuits, pour se rendre à celle de Boma, afin de poursuivre sa mission.

Signalons  que Moanda est l’un des points d’entrée des carburants en fraude, surtout en ce qui concerne les produits pétroliers qui viennent soit de l’Angola, soit des bateaux stationnés en haute mer. D’où une concurrence déloyale dont sont victimes les importateurs respectueux de la loi. C’est aussi une source de coulage des recettes de l’État.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse