Lutte contre du VIH/Sida dans le milieu professionnel

par -
0 910
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Les participants au FONAS appellent à la prise de conscience de l’existence de la maladie

Tenue la semaine dernière à Matadi dans la province du Kongo central, autour du thème « élimination de la transmission du VIH de la mère à l’enfant (ETME) : contribution des entreprises », la troisième édition du Forum national de la mobilisation du monde du travail contre le sida (FONAS) s’est clôturée sur une note positive, à la satisfaction de tous les participants.

En effet, ledit forum avait accueillis 170 participants qui ont échangé autour de quatre matières essentielles à l’ETM à savoir : le financement durable, le partenariat public-privé, la généralisation de l’option B+ offre d’un traitement antirétroviral à vie aux femmes séropositives enceintes ou allaitantes et l’implication des partenaires masculins dans la prévention de la transmission Mère-enfant (PTME) ainsi que l’intégration des structures de santé et celles des entreprises dans le système national de santé.

A cet effet, les entreprises, membres de la coalition interentreprises de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme (CIELS), ont pris une part active à ces discussions en présentant leurs réalisations respectives dans la prise en charge du VIH/sida à travers la PTME et spécialement l’option B.

Il ressort de ce partage d’informations que les entreprises ont pris conscience de l’existence du virus du sida dans le milieu du travail et parmi les dépendants de leurs agents et cadres, la majorité de ces entreprises ont des centres de santé qui ont intégré dans leur paquet d’activités, la PTME puis l’option B et qui détiennent des données actualisées sur le virus. En outre, les structures de santé gérées par les entreprises procurent des services qui ne bénéficient pas seulement à leurs personnels mais qui sont ouvertes aussi aux populations environnantes.

En revanche, l’offre du service PTME est confrontée à des difficultés comme la faible implication des partenaires masculins, la rupture intempestive des intrants, l’inexistence d’une ligne budgétaire dédiée au sida.

Pour ce faire, les participants à ce Forum ont recommandé l’organisation d’une campagne nationale d’élimination de la transmission du VIH de la mère à l’enfant. Ils ont aussi encouragé le partenariat public-privé dans le secteur de la santé et proposé aux entreprises de dégager une ligne budgétaire sur le sida.

Ce Forum a reçu le soutien du gouvernement de la République , du Programme national multisectoriel de lutte contre le Sida (PNMLS), du Programme national de santé de la reproduction (PNSR), du Programme national de lutte contre le sida (PNLS) ainsi que des partenaires techniques et financiers, dont l’ONUSIDA, l’OMS, l’UNICEF et le BIT.

Il importe de signaler que la première édition du FONAS a eu lieu à Kinshasa en 2009 et la deuxième édition en 2013 à Lubumbashi. Le programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) guide et mobilise la communauté Internationale en vue de concrétiser sa vison commune : « zéro nouvelle infection à VIH. Zéro discrimination, zéro décès lié au sida ».

L’ONUSIDA conjugue les efforts de onze institutions des Nations Unies dont : le PAM, HCR, OIT, UNESCO, ONU, UNODC, OMS, UNICEF, PNUD, UNFPA, et la Banque mondiale. Ces organes collaborent étroitement avec des partenaires mondiaux et nationaux pour mettre un terme à l’épidémie de Sida à l’horizon 2030.

Clémence Kilondo

 

Campagne de dépistage volontaire lancée au Kasaï-Occidental

Toujours dans le cadre de lutte contre le VIH/sida, une campagne de dépistage volontaire a été lancée depuis le lundi 14 septembre dans la province du Kasaï-Occidental, dont deux sites ont été identifiées au quartier Bawadianga et dans un site minier de Bakwatshimuna situé à 17km de la ville de Mbuji-Mayi. Cette information a été indiquée au cours d’une conférence de presse hebdomadaire des Nations Unies du mercredi 16 septembre.

La campagne concerne beaucoup plus les professionnels de sexes hommes et femmes et les enfants mineurs. Cependant, au total 395 personnes dans les sites ont été dépistées et 13 personnes ont été dépistées positives dont deux garçons mineurs (appelé patrons) et 12 femmes dont 9 de moins de 18ans.

Toujours dans le même cadre de la campagne de lutte contre le VIH/Sida un atelier de renforcement des capacités des acteurs du secteur de la justice couplé au dépistage volontaire du VIH a été organisé du 09 au 12 septembre de cette année en cours à Mbuji-Mayi. Selon la source, sur 50 acteurs présents 27 ont accepté de faire le dépistage volontaire du VIH pour connaître leur état sérologique. Cette campagne veut contribuer à la réduction des nouvelles infections liées au VIH en faveur de la population.

Cette information a été indiquée au cours d’une conférence de presse hebdomadaire de la Monusco du mercredi 16 septembre dernier.

 

(Clémence Kilondo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse