L’utilisation de l’hydroquinone : un complexe d’infériorité ?

par -
0 601
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Il est constaté dans les grandes villes de l’Afrique subsaharienne, une tendance à l’utilisation massive des savons et lotions à hydroquinone. Plusieurs industriels qui œuvrent dans les cosmétiques ont compris qu’avec l’hydroquinone, on peut se faire beaucoup alors beaucoup d’argent. C’est ainsi que de Bamako à Luanda en passant par Libreville, Brazzaville, Kinshasa, Bangui et autres villes de populations majoritairement noires, l’usage de l’hydroquinone a encore de beaux jours devant lui. Et ce, à cause d’un facteur totalement  culturel. La mentalité de plus d’un qui pense qu’avoir une peau blanche ou assimilée au blanc est un signe de beauté et de civilisation.

Cas de la RDC

Kinshasa étant le miroir de la RDC, tout ce qui est copié en mal ou en bien dans toutes les provinces trouve son début d’exécution à Kinshasa la capitale. Les asiatiques sont généralement des commerçants mais surtout des observateurs sociaux. Ils adaptent leurs stratégies commerciales à la culture du milieu. Ceux d’entre eux qui ont foulé les premiers le sol de ce pays l’ont si bien compris : le kinois attachait beaucoup d’importance à l’aspect extérieur de sa personne. La parure avait une grande attention dans le budget du kinois qui y cachait sa misère. C’est ainsi qu’il utilisait les savons et lotions à hydroquinone pour blanchir sa peau et se donner une meilleure allure auprès du public.

Avec la prolifération de ces produits sur le marché, beaucoup de congolais ont été finalement pris dans le piège. Des millions de gens sont devenus accrocs à l’hydroquinone au point où ils préfèrent même ne pas manger, mais présenter un visage coloré. Si au début, cela touchait essentiellement les vedettes ( musiciens, joueurs de foot, acteurs de théâtre, etc), l’usage s’est généralisé au point de s’étendre à une bonne partie de la population congolaise dont la couleur de la peau n’est connu que d’elle-même et de Dieu le père.

Il n’est pas rare de croiser sur nos rues ici bien à Kinshasa qu’à l’intérieur du pays, des hommes et femmes, des jeunes et vieux complétement déformés par l’hydroquinone. C’est généralement le visage qui est brulé et qui n’a plus de forme. Une partie est noire et l’autre brune ou rouge. Parfois, c’est des visages complétement hideux et burinés au point d’effrayer les âmes sensibles. Ces victimes de l’hydroquinone n’aiment pas être fixées alors que le public n’a aucune responsabilité dans ce qui leur est arrivé. D’autres sont rouges de visage avec des pieds complétement noirs ou vice-versa. Tous les avertissements donnés aussi bien par les médecins que les hommes de Dieu n’ont rien produit. Les cancers issus de ces usages sont présents tout autour de nous mais convainquent difficilement les ‘’apôtres de la beauté’’ qui ne jurent que par ces produits éclaircissants.

Une question culturelle

Les psychanalystes ainsi que les psychologues analysent à leur façon cet attachement à l’hydroquinone. L’utilisateur, sans le savoir, s’accroche à une identité qui n’est pas la sienne, mais à laquelle il veut s’identifier. Un complexe d’infériorité qui fait croire à cet usager qu’il y a lieu de paraitre bruni devant le monde pour être apprécié ou considéré. Ceux qui avancent en études réalisent que c’est une honte grave que de changer sa peau pour ressembler à une personne. La vraie personnalité c’est de demeurer soi-même. Etre noir et fier est une valeur que l’on ne saurait brader pour rien au monde. Plusieurs conférences et symposiums ont été tenus ici au pays pour exhorter toute la population à se méfier des produits éclaircissants qui laissent des conséquences irréparables. Le ‘’tshioko’’ est une pratique culturelle de bas étage. Les femmes particulièrement liées à cette pratique doivent écouter les médecins ainsi que leurs pasteurs qui conseillent l’originalité dont il faut se prévaloir, aussi bien en vivant au pays qu’à l’étranger.

(Simon Kabamba)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse