L’UE et la Rd Congo ensemble contre le changement climatique

par -
0 715
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’Union européenne et la République démocratique du Congo ont examiné, samedi 18 juillet 2015, la question importante du changement climatique. Les deux parties ont convenu d’unir leurs forces pour assurer le succès de la Conférence des Nations unies en décembre prochain à Paris.

En effet, en visite en République démocratique du Congo pour une mission d’information et d’échanges, M. Maroš Šefčovič, Vice-président de la Commission européenne, a rencontré le président de la République, Joseph Kabila Kabange, le Premier ministre, Matata Ponyo Mapon, et le ministre de l’Environnement et du Développement Durable, Bienvenu Liyota Ndjoli. A l’issue de cette visite, il a tenu un point de presse à Kempinski Fleuve Congo Hôtel, à Kinshasa Gombe.

La Rdc félicitée

L’occasion faisant le larron, le Vice-président Šefčovič a félicité les autorités congolaises pour les efforts engagés ces derniers temps dans le cadre de la politique sur le climat, notamment la stratégie nationale de lutte contre la déforestation.

Il a précisé qu'”ils ont échangé des informations sur leur contribution au nouvel accord mondial sur le changement climatique”. D’ores et déjà,  “l’UE s’est engagée à réduire ses émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40 % d’ici à 2050 par rapport à 1990”.

Pour sa part, le ministre Bienvenu Liyota Ndjoli avait annoncé au nom des autorités congolaises que “le Gouvernement allait communiquer à la Convention des Nations unies sur le changement climatique sa contribution nationale au plus tard le 15 août prochain”.

Une autre bonne note, ils se sont félicités du fait que 46 pays ont déjà communiqué leur contribution nationale, y compris le Gabon, l’Éthiopie et le Maroc en ce qui concerne le continent africain.

Les deux parties ont également réaffirmé leur détermination à conclure, lors de la conférence des Nations unies sur le climat à Paris, un accord ambitieux, inclusif et juridiquement contraignant pour régir les actions de la communauté internationale en faveur du climat après 2020.

Ils souhaitent que cet accord soit équitable et scientifiquement fondé; qu’il aborde de manière équilibrée les questions de maîtrise des émissions, d’adaptation au changement climatique et de soutien financier et technique à l’action pour le climat; Qu’il soit en outre  différencié selon les spécificités nationales; Qu’il  comporte des règles de transparence et de recevabilité applicables à tous; et enfin que cet accord établisse un cadre dynamique pour réajuster régulièrement le niveau d’ambition.

L’Union européenne et la République démocratique du Congo ont appelé les uns et les autres à la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique à travailler ensemble pour résoudre les questions en suspens afin de conclure cet accord lors de la Conférence de Paris.

Cesser d’augmenter les émissions de gaz à effet de serre

Pour maintenir le cap de notre objectif commun de contenir le réchauffement global au-dessous de 2 °C, la République démocratique du Congo et l’Union européenne reconnaissent que les émissions mondiales de gaz à effet de serre doivent cesser d’augmenter dès que possible, diminuer d’au moins 60 % d’ici à 2050 par rapport à 2010, puis progressivement cesser dans la deuxième partie du siècle en cours. Dans le même temps, une plus grande attention doit être accordée au renforcement de la résilience face aux effets néfastes du changement climatique dans différents secteurs de l’économie.

Le Vice-président Šefčovič a informé la partie congolaise des efforts déployés par l’UE pour mobiliser le soutien nécessaire pour la lutte contre le changement climatique dans les pays partenaires, en tenant compte de la situation particulière des pays les plus pauvres et les plus vulnérables.

Le ministre Bienvenu Liyota Ndjoli a insisté sur les efforts de la République démocratique du Congo pour mettre en place un cadre réglementaire qui favorise les investissements dans un développement propre. Il a notamment cité la création de l’Agence nationale des services d’électrification rurale (ANSER), l’assainissement urbain, la sécurisation des Parcs nationaux et la promotion de l’agroforesterie.

(Emmanuel Badibanga)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse