L’opposition congolaise très divisée: Guerre de palais

par -
0 901
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le camp du changement cloue la Dynamique au pilori

  • Le Camp du changement auquel il faut ajouter désormais le Front populaire contre la révision constitutionnelle s’en est pris hier à la Dynamique, une autre structure de l’opposition qui est ici qualifiée de « Dynamique au glissement ». Le démon de la division s’est enraciné, aujourd’hui plus qu’hier, dans le clan Opposition, amenuisant ainsi toutes ses chances d’accéder au pouvoir
  • Tout en appelant les uns et les autres au dialogue par la bouche de Jean-Pierre Lisanga Bonganga, cette structure s’étonne face à la reconversion de leurs collègues dont Gilbert Kiakwama-kia-Kiziki est le modérateur. Ce qui, en clair, n’apportera que coup contre coup, quolibets contre quolibets

Un point de presse a été animé hier à Africana Palace à Kinshasa. Celui-ci était axé essentiellement sur la nécessité et l’opportunité du dialogue politique tel que défendu par le lider maximo Etienne Tshisekedi, président national de l’UDPS.

Par la bouche de Lisanga Bonganga, Coordonnateur et Modérateur de cette frange de l’opposition qui se dit responsable, ils ont exprimé leur joie de revoir leur compagnon de lutte, l’honorable Jean-Bertrand Ewanga, après qu’il ait purgé  sa peine. Ils ont en outre voulu qu’il en soit ainsi pour bien d’autres d’entre eux, pourtant condamnés pour des cas avérés.

La genèse du Camp du changement

 Faisant une rétrospective, Lisanga Bonganga a affirmé qu’à l’occasion du 55èmeanniversaire de l’indépendance de la Rdc,  Etienne Tshisekedi avait pris l’initiative responsable de lancer le camp du changement, une structure mettant l’homme au centre de toutes préoccupations. D’où le slogan « Le Peuple d’abord ». A l’en croire, le camp du changement, c’est cette opposition qui dit la vérité au peuple et non à la démagogie et encore moins au mensonge. Dans cette lancée, « le camp du changement, c’est cette opposition responsable qui soutient l’idée du dialogue inclusif avec la médiation internationale autour du président Etienne Tshisekedi », a-t-il dit. Ajoutant que « le camp du changement, c’est un courant. C’est l’ensemble de différents regroupements, de partis et personnalités qui soutiennent Etienne Tshisekedi pour la réussite du dialogue au profit du peuple congolais. Bref, le camp du changement c’est la  véritable alternative en 2016 ».

Mais en réalité, M. Lisanga n’a cessé d’encenser sa structure, s’appuyant sur un baobab pour s’en prendre à « une certaine opposition politique sclérosée et en panne d’idées, atteint par la surdité et la cécité, la force des idées occupe désormais le camp politique congolais. Le débat d’idées prend le pas sur les enjeux des personnes, l’opposition devient une force de proposition et d’initiatives. Le Front Populaire contre la révision constitutionnelle rejoint le camp du changement, un changement démocratique pour une alternance constructive et républicaine ».

Se tirer à boulets rouges

 Dans la suite du point de presse, le‘’Front populaire’’pour l’unité d’action de l’opposition a levé l’option d’appartenir désormais à la « Dynamique acquise au glissement », une structure qui a fait une déclaration tapageuse le 6 juillet 2015 à Fatima et dont l’Honorable Gilbert Kiakwama-Kia-Kiziki est le Modérateur.

Cinq coups sont ici administrés à la Dynamique, ces « collègues partisans du glissement ». De prime abord, « ils ont fait à tort de la CENI, organe technique, un lieu de véritables discussions politiques. Non ! Nous devons dire la vérité au peuple que le dialogue avec la médiation internationale est incontournable ». Deuxièmement, ils  préfèrent dialoguer au second plan avec la CENI au lieu de discuter directement avec les vrais décideurs du pouvoir. Et que le dialogue prôné par M. Etienne Tshisekedi est incontournable pour sauver la nation en danger. Troisièmement, « l’opposition acquise au glissement exige de la CENI de lancer un appel d’offres, de procéder urgemment à l’enrôlement sans savoir exactement quand cela commencera et quelle marge de manœuvres allons-nous disposer par arrêter la CENI ? ». Et de se demander : « S’agit-il d’un chèque en blanc, d’une naïveté ou des accords secrets ? ». D’où cet appel : « retrouvons-nous autour de lui [Etienne Tshisekedi] et engageons un dialogue sous la médiation internationale avec le pouvoir ».

Quatrième grief, la dynamique de l’opposition acquise au glissement décide de sensibiliser le peuple pour l’enrôlement, tout en sachant qu’ils sont conscients que cette initiative va aboutir, quel que soit le cas de figure, au glissement. Enfin, le camp du changement ne comprend pas comment les membres de la dynamique ‘’de l’opposition acquise au glissement’’, hier camp du refus, viennent par quelle alchimie  régler toutes les montagnes de problèmes que pose à  ce stade l’organisation d’un scrutin crédible et apaisé  en Rdc.

Parmi ces problèmes dont l’essentiel reste consigné dans le mémorandum de l’opposition politique, il y a notamment l’enrôlement de nouveaux adultes qui jouissent aujourd’hui du droit de voter ; le financement des élections, la sécurisation du processus, le découpage territorial, le calendrier électoral et autre révisitation du bureau de la CENI!

Rien que le dialogue

A l’opposition politique congolaise, la chaise pleine ou la chaise vide, c’est du pareil au même. Pour ceux du Camp du changement, l’opposition partisane de la chaise pleine à résultat  zéro, pour ne pas citer la Dynamique,  prétend toujours régler les questions hautement politiques ci-dessus au moyen d’une tripartite autour  de la CENI. D’où une question leur adressée : « Chers collègues membres de la dynamique acquise au glissement, par quelle magie et à quel moment précis cette CENI que vous avez traduite en justice, est-elle devenue crédible ? » Et d’insister une nième fois : « il faut un dialogue politique sous la médiation de la communauté internationale ».

En effet, disent-ils, la CENI est une simple institution d’appui à la démocratie, donc à vocation technique. Par ses attributions, la CENI n’a aucune compétence pour régler les problèmes politiques, lesquels en l’occurrence restent du ressort du dialogue politique. Il s’agit là d’un faux alibi, d’une posture.  Ils ont renchéri qu’il soit bien noté qu’avec toutes ces contraintes financières et politiques en suspens, le seul et unique moyen de soutenir le glissement de confort c’est de refuser le dialogue politique tel que défendu par nos collègues de la dynamique.

Pour conclure, le communiqué de presse souligne qu’ « Au-delà des surenchères politiques de tous bords, il n’y a pas de vertu plus constructive que le dialogue. Le dialogue politique avec la médiation internationale est donc incontournable, selon eux, s’appuyant sur leur leader Etienne Tshisekedi, qui l’avait demandé depuis décembre 2014. Ce qui est vrai, la Dynamique ne manquera pas de répliquer face à ces arguments-massues. Et ce qui est encore vrai, est que le ravin entre les différentes structures de l’opposition est de plus en plus profond.

 

L’Avenir

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse