L’insécurité ou le premier ennemi du progrès congolais

par -
0 381
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Après plusieurs années de sacrifices, la RDC avait réussi à redorer son blason sur le plan international et attirait de plus en plus des investisseurs. Ce, même si la plupart d’entre eux étaient attirés par les minerais dont la remontée des cours est liée à la santé de l’économie chinoise, notamment sa consommation des matières premières.

La RDC commençait petit à petit à changer l’image de ce qu’elle était aux Etats-Unis, en France, en Grande Bretagne et dans les pays asiatiques. L’on parlait de moins en moins de viol, des querelles politiciennes et des bandes armées qui, certes, étaient toujours présentes mais avec moins d’influence. Les efforts de redressement économique commençaient  à produire leurs fruits. Mais depuis plus d’une année, ce que l’on craignait est entrain d’arriver, à savoir, le pays de Lumumba chute de son piédestal vers l’hécatombe, à cause des conflits politiques et surtout l’insécurité.

L’argent n’aime pas les bruits

Autrefois havre de paix et pays d’accueil par excellence au cœur de l’Afrique, la RDC est très instable et n’offre plus de garanties sécuritaires susceptibles d’attirer l’argent des investisseurs. Qui viendrait placer son dollar là où les pygmées et les bantous se disputent l’hégémonie au point de se tuer chaque jour ? Les cases et maisons sont brulées dans la nouvelle province de Tanganyika qui a pourtant besoin des investissements massifs pour s’équiper à la hauteur d’une réelle province. Comment les ONG internationales peuvent-elles  continuer à assister la population, alors que la milice Kamuina Nsapu s’active chaque jour à bruler tout sur son passage. Ce, en s’attaquant à tous les symboles du pouvoir, y compris les écoles-habitations et autres biens d’utilisation publique. Oui, tous ces bruits de canon chassent non seulement la population, mais éloignent tous ceux qui pouvaient changer un tant soit peu la misère de cette population. Les agriculteurs, commerçants ambulants, fonctionnaires et autres citoyens qui n’ont besoin que de la paix pour chercher leur pain quotidien se trouvent désaxés. Pas étonnant que les agences internationales de cotation, comme Standard and poor,  accordent une note négative à la Rdc au regard de la recrudescence des foyers de tension. Que dire des Mbororo qui se sont imposés dans une bonne partie de l’ituri et refusent de partir ? Le temps et l’espace manquent pour parler des ADF dont les tueries n’émeuvent plus personne. Les Fdlr ont installé leurs quartiers généraux dans plusieurs territoires du Nord-Kivu devenus infréquentables par les citoyens. A quelques mètres de Goma, l’on est à Gisenyi au Rwanda où la paix a permis l’éclosion d’une économie basée sur le tourisme. Avec le même climat doux ainsi que les mêmes richesses naturelles, le Nord-Kivu était en mesure d’attirer beaucoup de touristes et faire entrer au trésor public des millions de dollars qui fuient aujourd’hui à cause de l’insécurité. Même le Kongo Central, qui humait l’air paisible de Kinshasa, a laissé un de ses fils égaré empoisonner le climat au point d’opposer les habitants de certains territoires. Que gagnerait le Kongo Central en expulsant les non-originaires en plein 21ème siècle de métissage culturel, le monde étant devenu un village.

Restaurer l’autorité de l’Etat

Toutes les stratégies doivent être mises en marche pour redonner à la RDC sa dignité d’antan. Une armée républicaine et dissuasive est plus qu’importante pour restaurer totalement l’autorité de l’Etat et sécuriser chaque Congolais, où qu’il se trouve. Sans la paix, aucun développement n’est possible. Tout passe par l’unité d’action de la classe politique qui doit comprendre que ce pays est un héritage à tous et qu’en le détruisant par des milices droguées et sanguinaires, rien n’est arrangé.

(Simon Kabamba)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse