LINAFOOT, Alors que le démarrage est annoncé pour ce 20 octobre: L’Entité secouée par une crise interne

par -
0 77
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La majorité des clubs engagés annonce leur retrait et pose des préalables

 Pour le président de la LINAFOOT, la 22ème édition du championnat  d’élite se jouera avec un total de 28 clubs exactement comme l’édition dernière. Il s’agit des 20 clubs non relégués ayant participé à la 21ème édition (saison 2015-2016) auxquels s’ajoutent les 7 clubs classés en ordre utile dans leurs zones de développement respectives lors du tour qualificatif regroupant les 11 clubs champions des ligues provinciales.

Au terme de l’Assemblée dont les rapports avaient été adoptés, le président s’était confié à la presse pour annoncer que son Comité était fin mandat et qu’il n’avait nullement l’intention de se porter candidat à sa propre succession. Toutefois, il était soucieux du non démarrage du championnat d’élite qui avait pour premier atout de permettre aux clubs congolais engagés en compétitions africaines interclubs, de mieux affûter leurs armes en prévision des échéances futures… Parce que, a-t-il avoué, si on s’en remettait au schéma classique et règlementaire, on devra attendre au moins trois mois pour organiser les élections qui doteront la LINAFOOT d’un comité exécutif statutairement élu.

Le temps de convoquer l’Assemblée, de rassembler les actes de candidature qui devront recevoir le quitus de la Commission Electorale mise expressément en place… organiser les scrutins proprement dits… pareil chronogramme prendra le temps pour son exécution. Or les choses urgent.

Il s’en est remis sans le dire tout haut, à l’organe ?????? du football congolais, seul capable de trouver une astuce ou une formule adéquate pour l’avenir immédiat de la LINAFOOT.

Déjà, entre les murs de la FECOFA, on chuchotait la nomination par le président de la FECOFA d’un comité de gestion provisoire qui organise le championnat, qui devra gérer la structure pendant une ou deux saisons, le temps d’organiser des élections dignes, sportives, apaisées et règlementaires…

Le nom de José Dayoni est cité avec persistance, celui-ci au mérite d’avoir géré avec orthodoxie durant plusieurs mandats la LIFKIN. Les membres et sociétaires avaient déni et parrainé l’ascension de Joseph au comité directeur de la FECOFA…

Les frondeurs lèvent le ton

Un texte diffusé sur les réseaux sociaux, non signé, mais s’adressant en réalité au président en exercice du comité de gestion via la FECOFA, annonce le refus de la grande majorité des clubs de s’engager au championnat avec un comité dont le mandat a largement pris fin. Ces clubs revendiquent le renouvellement du Comité de gestion par voie des élections tel que le stipulent les textes régissant la pratique du football en RDC.

Pour les Clubs frondeurs, le nouveau Comité élu devrait au préalable prendre langue avec les sociétaires en vue de trouver une adaptée, l’actuelle avec 28 clubs dont 20 restent ne participant pas au play-off restent à la maison jusqu’à la nouvelle saison s’avère suicidaire.

Pour les dits clubs sont d’avis que la LINAFOOT a commis une entorse en n’invitant que 8 clubs sur les 28 qui avaient pourtant pris part au championnat écoulé.

Les clubs réfractaires estiment qu’ils devraient être associés aux négociations de la FECOFA (ou LINAFOOT) avec les sponsors. Ils s’insurgent également sur la hauteur des amendes infligées aux équipes ne sont pas proportionnelles aux recettes générées, étant entendu qu’aucun match de la LINAFOOT ne rapporte plus de 5 milles dollars, d’où la nécessité de renégocier le barème de sanction et de répartition des recettes.

La leçon de la FECOFA

Officiellement, la FECOFA ne s’est pas donnée la peine de répondre aux exigences d’un groupe de clubs qui au départ n’ont pas le courage de « signer leur forfait », de l’assumer, ce qui constitue un fondement du principe de loyauté qui devrait caractériser les rapports entre partenaires sportifs. Aucun texte n’interdisant par ailleurs à un comité, fut-il fin mandat de publier le calendrier du prochain calendrier du prochain championnat.

De même, affirment des sources proches du Comité Exécutif de la FECOFA, la FECOFA encore moins  la LINAFOOT n’est pas tenu d’associer les clubs dans toute négociation. Ce principe vaut mutatis-mutandis pour les Fédérations nationales qui ne sont nullement associées aux négociations de la FIFA avec les sponsors. Les Fédérations attendent la manne que l’autorité de la FIFA leur octroie dans la cagnotte des droits publicitaires et diverses retombées financières générées par les contacts avec les sponsors. Les Fédérations nationales ne s’en plaignent pas, bien au contraire.

Par ailleurs, la FECOFA laisse libre cours aux clubs de négocier leurs contrats particuliers avec les sponsors de leurs choix pour autant qu’ils remettent une quotité, du reste modeste à la FECOFA propriétaire de l’évènement… La Fédération tient toutefois les clubs informés. Certes, les clubs ont le pouvoir de contester, voire de faire tomber un comité, mais cela se fait dans le respect de l’art…C’est-à-dire au cours d’une Assemblée statutaire. Les clubs ont le droit de décrier le formant ou la formule d’un championnat, mais cela ne se fait pas l’avant-veille du démarrage de la saison …

La révision, la baisse des amendes, à la FIFA ou la CAF ne se négocie pas, elle est prise d’autorité, de même la FECOFA n’est pas tenue d’inviter tous les clubs de la LINAFOOT à son assemblée ; elle n’en invite que les 4 ambassadeurs aux coupes africaines. Telle est la réflexion assaisonnée des rudiments d’informations recueillies çà et là pour éclairer la lanterne des amateurs du sport-roi.

   (Fernand Mukaku Lalabi)

 

    

 

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse