Libreville abrite le sommet extraordinaire de la CEEAC

par -
0 370
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

*J. Kabila représenté par R. Tshibanda

La capitale gabonaise a abrité du 29 au 30 novembre, la 8ème session extraordinaire du sommet des dirigeants de la CEEAC. Le Chef de l’Etat Joseph Kabila était représenté par son ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Raymond Tshibanda. Au cœur des discussions, l’examen de la situation sécuritaire dans la sous-région Afrique centrale. Ils ont également discuté de la situation politique en Rdc après le dialogue politique national et inclusif. La problématique du terrorisme était aussi évoquée.

Ont pris part active à ce sommet, le président Tchadien Idriss Deby Itno, le président centrafricain, Archange Touadera  et le président du Rwanda, Paul Kagame dont le pays vient de rejoindre la  Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale. Par ailleurs, le président gabonais, Ali Bongo, hôte du sommet et président en exercice de la CEEAC a, au cours de son allocution, rappelé l’engagement de la CEEAC pour une paix durable dans la région Afrique centrale.

Soulignons que la situation en Centrafrique et les attaques de Boko Haram au Tchad et au Cameroun, des pays membres de la CEEAC, sont été examinées durant ce sommet. Selon Alain-Claude Bilie Bi Nzé, le ministre gabonais de la Communication et porte-parole du gouvernement, le sommet de Libreville est consacré à la paix et à la sécurité, précisant que la lutte contre les terroristes de Boko Haram, les affrontements entre groupes armés en Centrafrique, l’instabilité politique en République Démocratique du Congo (RDC) et au Burundi, seront au cœur des discussions de cette rencontre au sommet. L’opposition gabonaise aurait souhaité que les travaux du sommet se penchent également sur la crise postélectorale au Gabon. Elle veut que les violences qui ont suivi la réélection d’Ali Bongo soient aussi évoquées.

L’on apprend que le représentant spécial des Nations Unies en Centrafrique, Parfait Onanga, devait participer à la rencontre, alors que l’ONU a condamné les dernières violences entre factions armées rivales qui ont fait des dizaines de morts dans ce pays, selon les Nations unies. Le premier vice-président du Burundi, Gaston Sindimwo, devait représenter son pays à ce sommet, pour, dit-il, «que les chefs d’Etat et de gouvernement de la sous-région africaine puissent être nos ambassadeurs auprès de nos détracteurs (…). Nous en profiterons pour vendre une bonne image de marque du Burundi».

Prennent part à la rencontre les chefs d’Etat de la Guinée Equatoriale, du Rwanda, de la République Centrafricaine, du Tchad et de Sao Tomé et Principe. La Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC) comprend dix Etats membres : l’Angola, le Burundi, le Cameroun, la Centrafrique, le Congo, le Congo Démocratique, le Gabon, la Guinée Equatoriale, Sao Tome & Principe et le Tchad. Aujourd’hui il faudra aussi compter le Rwanda.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse