L’habillement des Kinois divise les églises

par -
0 898
Une vue d’une jeune fille kinoise
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Congolais est généralement identifié par son look. Il adore s’habiller de manière à taper à l’œil. Il est rare de voir un Kinois arborer les mêmes motifs de chemises et cravates chaque matin. Il aime varier et démontrer qu’il sait s’habiller et frimer. Voilà pourquoi la « sapologie » est d’essence congolaise et ne nous lache pas dans tous les milieux. Vieux, jeunes, hommes, femmes se privent de tant d’autres biens pour paraitre, surtout lors des festivités ou des manifestations publiques.

Contrairement aux autres peuples qui préfèrent cacher leurs fortunes à la banque ou dans les projets discrets, le Congolais nanti est vite repéré par son look : « soulier de haute gamme italienne, costume à la mode et sur mesure, cravate, chapeau ou lunette de grande collection ».

L’habit ne fait pas le moine, mais l’on reconnait le moine par son habillement, semble acquiescer le Congolais connu comme jouisseur dans le monde.

A Kinshasa, l’habillement est allé dans tous les sens. Il a atteint même les dimensions les plus insoupçonnées : l’église. Si hier le prêtre et le pasteur s’habillaient juste pour couvrir leurs corps devant l’assemblée et paraitre dignes de se tenir devant, aujourd’hui les choses ont changé. Ces clergés prennent tout le temps pour non seulement paraitre chics, mais impressionner leur public. D’autres vont même plus loin jusqu’à vanter leurs costumes et souliers, ainsi que leurs maisons-fournisseuses. Les dames n’en parlons pas. Elles veulent jamais passer inaperçues dans les synagogues. L’habillement les préoccupe au plus haut point : haut talons, robes de soie, chapeau de luxe, bijoux en or, lunettes fumées, montre cartier, etc.

Divergences

Cependant, remarquons que toutes les églises ne versent pas dans le vestimentaire de la même façon. Deux tendances se dégagent nettement :

1ere tendance : permissive

Elle admet tout : jupe, robe, pantalon moulant ou pas, transparent ou opaque, body, singlet, hauts talons, culottes, blouses, mèches, coupe de cheveux, bref la femme peut s’habiller comme bon lui semble, seule sa conscience lui parle (si elle en a une). Ici, le pasteur parle à l’âme et n’exige pas une parure extérieure exceptionnelle. Evidemment, c’est la tendance qui arrange le plus grand nombre des Kinois et Kinoises qui peuvent tout se permettre quand ils le désirent.

2eme tendance : régulatrice

Certaines églises chrétiennes ou pas ont mis en place un code vestimentaire strict pour les dames particulièrement. Elles ne peuvent pas arborer n’importe quoi : la censure passe par tous les étages de la garde-robe. Pas de tenue serrée, pas de pantalons pour les dames, pas de tenues transparentes, etc.

Conséquence

Disons que les églises sont aussi divisées sur la tenue vestimentaire qu’elles le sont sur les autres points de doctrine. La transhumance des croyants est fonction de l’acceptation ou non d’un tel ou tel autre code vestimentaire. La lutte contre la vieillesse que mènent les Kinoises a amené une autre conception de l’habillement qui met en valeur les parties sensibles du corps humain.

Dans la rue et de manière générale, 8 Kinoises sur 10 sont vêtues de manière sexy et se complaisent dans cet accoutrement à la limite du tolérable. Les unes se cachent derrière la mode et ses variantes, les autres évoquent  l’adaptabilité au siècle présent. Mais dans tous les cas, l’habillement Kinois, masculin ou féminin pose problème.

(Simon kabamba)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse