L’expert Nestor Lukimi démontre : La démocratie naturelle est une voie de sortie pour l’Afrique

par -
0 435
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Les élections dans leur forme actuelle ne peuvent nous amener au consensus. Elles ne peuvent engendrer que des oppositions, des divisions,  des aigris et même des conflits armés. Il faudrait que les gens arrivent à maîtriser l’hymne national le « Debout Congolais » : (le titre et les deux premières phrases). Cette déclaration émane de l’expert en développement communautaire, Nestor Lukimi Nghemi (photo ci-contre, dont un extrait du discours suit). Il est d’avis et le démontre, que l’hymne national « Débout Congolais » est un projet de société porteur de démocratie naturelle et donc du consensus, et applicable dans le concert des nations africaines. Aussi la vision qu’il préconise porte-t-elle sur une interrogation et une nouvelle vision à vulgariser pour sortir l’Afrique de l’enlisement des guerre et des oppositions : « Gérer l’Afrique autrement ». 

L’on peut se demander comment nos ancêtres régnaient : cas du Congo où il y avait des royaumes). Les gens ne s’étaient jamais vus ni connus, mais ils avaient le consensus qu’a laissé Dieu.  Et de même que dans l’ancienne l’Afrique, il y avait des guerres d’hégémonie. Pour qu’on n’entre pas dans ces guerres-là, nous devons nous vouer à la démocratie naturelle. Notre pays a cinq (5) points cardinaux : l’est, l’ouest, le nord, le sud et le centre. Les gens ne vont pas s’entretuer si la direction du pays est tournante. Si l’on veut réformer la Constitution, il convient de mettre la clause relative au consensus. Si nous avons besoin de former un gouvernement composé de cinquante-deux (52)  membres, cela va sans dire que chacune des vingt-six (26) province serait appelé à proposer deux candidats.  La démocratie actuelle engendre des mécontentements. Le quota de chaque province revient  aux résidents et non aux originaires.  Quelqu’un qui habite Kinshasa et qui est coupé des réalités de l’arrière-pays, il va se faire élire dans la contrée dont il est ressortissant, en faisant prévaloir ses origines. Là, on n’est pas loin d’une escroquerie politique. Avec ses 26 provinces, la RDC a cinq points cardinaux, affirme l’orateur : le nord (avec tel nombre de provinces) ; l’ouest de même, l’est, le sud, l’est et le centre. En quoi consisterait le travail de la Commission électorale national indépendante ? Entre autres définir et vulgariser les critères pour accéder aux hautes responsabilités d’Etat.

Les compatriotes qui ont mandat au gouvernement de même que ceux qui sont à l’assemblée nationale doivent, au moment de rendre le tablier, se conformer à l’hymne national qui dit : « Unis par le sort, unis dans l’effort pour l’indépendance ». Ils créent donc des entreprises, en mettant ensemble l’argent qu’ils ont amassé.

Gouverner l’Afrique autrement

L’Afrique d’exploitation des matières premières et des conflits armés doit céder à une Afrique de consensus et d’alternance aux hautes charges publiques. Nous devons gouverner l’Afrique autrement, selon la démocratie naturelle : Unis par le sort, unis dans l’effort, a insisté l’orateur.  Il s’insurge contre l’extraversion politique qui, a-t-il dit, « nous empêche d’être nous-mêmes…  mais qui fait de nous ce que les autres veulent que nous soyons », a-t-il dit. « Les dirigeants politiques africains, pour devenir président de la République, Premier-ministre, etc. font la ronde des pays occidentaux, en quête de soutien et de légitimité extérieure. C’est à cause de cette extraversion que ces Etats occidentaux donnent des injonctions à l’Afrique », a fustigé l’expert.  C’est le 1er consensus naturel : Debout Congolais. Tous ces gens sont sur un périmètre donné. Et personne ne peut admettre que ce consensus soit bafoué. C’est dans cet ordre d’idée que feu le premier Premier-ministre congolais, Patrice Lumumba dénonça le projet malicieux de la balkanisation. D’où, le 2ème consensus : Unis par le sort : Dieu nous a voulus ainsi.  Nous pouvons affirmer que Dieu nous a permis d’être sur un même territoire : Unis dans le sort. Nous voulons créer une classe moyenne (dont notamment au Congo).   3ème consensus naturel : Unis dans l’effort pour l’indépendance.

Avant l’arrivée des Blancs, les royaumes et les empires africains ont existé. Et ils ne se voyaient pas. Avec le système de royaume, la succession se fait par permutation, sans que les gens se bousculent. Ils envisageaient par contre la permutation sur le plan des points cardinaux. Les gens s’entendent  qu’à telle échéance, le leadership change de main. Ils se fixent les critères et s’y soumettent : est – ouest – centre – nord –sud.

Si les gens connaissent les différents critères, ils ne se battent pas ; mais se préparent. Au lieu de s’adosser sur le consensus qu’ils ont avec eux ( 3ème consensus naturel).

(payne)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse