L’étudiante Merge Kaningini parlant des réseaux sociaux : « Les jeunes doivent discipliner leurs téléphones »

par -
0 363
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Depuis quelque temps, l’utilisation des réseaux sociaux dans les milieux estudiantins inquiète les bonnes consciences.. Les jeunes donnent beaucoup plus d’importance à leurs téléphones qu’à leurs notes de cours. Les étudiantes et les étudiants n’ont plus assez le temps  de relire leurs notes de cours. A ce sujet, Merge Kaningini (voir photo), 20 ans, une étudiante à l’Institut national des Arts, INA, est d’avis que cette habitude est nuisible. Parlant de l’utilisation des réseaux sociaux en milieu  estudiantin, elle constate :

Je suis jeune étudiante, j’ai un téléphone, mais je n’ai pas accès aux réseaux sociaux. Je  trouve que pour me concentrer à mes études, je ne dois pas faire de mon téléphone ni de ces options des éléments indispensables. Cela veut tout simplement dire qu’avec ou sans cet élément, je peux vivre et étudier. Les jeunes  actuels donnent plus d’importance à leurs téléphones qu’à leurs  études, alors que les parents se sacrifient pour payer les frais des études.  La Bible même donne le conseil suivant : «  il y a un temps pour toute chose ». Etant étudiante, je dois plus faire de mes études une priorité, et me mettre en tête que le téléphone n’est qu’un simple objet qui ne réfléchit pas. C’est par contre l’utilisateur qui doit discipliner cet outil. Actuellement,  et c’est là où le bât blesse, les réseaux sociaux  imposent dramatiquement leur discipline aux utilisateurs. Alors que ce ne sont que de simples options qu’on peut retrouver dans le téléphone. Il faut savoir repartir son temps cela veut dire que quand je dois étudier,  je me concentre  là-dessus. Au moment du coucher,  je peux répondre à un appel et faire des messages mais pas à l’excès. Le mal c’est que les étudiants utilisent les réseaux sociaux même au moment où le professeur enseigne, N’ayant rien retenu de la matière dispensée, ils échouent aux épreuves et s’étonnent. Dès  lors que les dés sont jetés, la voie est ouverte à la tentative de corruption. Pourtant, la sagesse dit qu’on n’étudie pas pour les points  mais pour la vie. « Non scholae sed vitae  discimus », dit à cet effet un adage latin.

 En ce qui me concerne, pendant le déroulement des examens, je prends soin  d’écarter mon téléphone pour vraiment être concentrer sur ce qui est essentiel. Je suis consciente que c’est tout ce que mes parents me demandent de faire. En effet, nos géniteurs éprouvent de la peine à nous payer les études et nous aussi en retour, nous sommes obligés de faire de bons résultats.

Ajouter à la volonté de la rigueur, renchérit l’oratrice

A ce sujet inquiétant, qui devient comme une maladie pour les jeunes étudiants, il saute aux yeux que l’avenir est en danger, car la qualité même de la formation académique de l’individu est compromise. Il faut se discipliner, et pour cela, joindre à la volonté une dose de rigueur. En parlant des remèdes, Merge Kanigini revient en disant que «  cela ne sera pas facile mais avec l’aide des medias et la rigueur des parents et la rigueur individuelle, les jeunes étudiants peuvent revenir à la raison. Car ils sont pour la nation l’espoir de demain. Comme le dit un adage, en « laissant la branche se plancher, elle risquera de se couper et tomber par terre. Dès lors qu’il  n’est pas encore trop tard, je suis d’avis que c’est le moment de conscientiser le jeune étudiant.    

 

(Kassa Ngoly Divine.)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse