L’état des routes de desserte agricole en Rdc: Justin Bitakwira s’est expliqué devant les députés

par -
0 178
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Sur invitation du président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku Ndjalandjoko, le ministre national du Développement rural était convié à répondre à une audition devant la commission Aménagement du territoire et infrastructures (ATI) de la Chambre basse du Parlement. Pour ce faire, Justin Bitakwira s’est expliqué devant ses anciens collègues députés nationaux sur l’état des routes de desserte agricole en République démocratique du Congo.

Cette audition a eu lieu en trois séances au cours de trois semaines de suite, dans la salle des banquets du Palais du peuple. C’était sous la conduite du président de cette commission ATI, le député national Baudouin Mayo Mandeke.

Au sortir de cette audition devant les députés nationaux membres de la commission ATI de l’Assemblée nationale, le ministre Bitakwira s’est confié à la presse. « J’étais en audition le vendredi dernier à la commission Aménagement du territoire sur la question de la dégradation des routes de desserte agricole. Il faut donner raison d’abord aux députés nationaux pour leurs questions pertinentes que j’ai eue à recevoir. Et aujourd’hui j’étais venu répondre à leurs préoccupations », a-t-il dit.

Le ministre a affirmé qu’effectivement il n’y a pas de développement sans les voies d’évacuation des produits agricoles ou des produits de pêche ou d’élevage des populations. Ainsi, il déplore que le financement soit très maigre dans le secteur. Et que cela fait à peu près plus d’une dizaine de mois que la Direction des voies de desserte agricole (DVDA) ne reçoit aucun franc, ni du budget de l’Etat, ni du FONER (Fonds national d’entretien routier).

« C’est la raison pour laquelle je me suis félicité de cette interpellation à l’Assemblée nationale sur la question pour montrer l’intérêt que les députés nationaux accordent aux voies de desserte agricole. Parce que, si on veut développer ce pays, qu’on monte ou qu’on descente, ce sont les députés nationaux qui détiennent les réalités de la base à travers toute la République. Et je me suis retrouvé devant les députés nationaux qui viennent des vacances parlementaires où il n’y a plus de passage pour une seule moto, il n’y a plus de passage pour un véhicule, les ponts sont cassés… », a indiqué le ministre du Développement rural.

Voila pourquoi, a-t-il affirmé d’avoir informé les députés nationaux qu’il avait déjà soumis cette question, pas seulement au conseil des ministres, mais aussi à la commission stratégique que le Chef de l’Etat a mise sur pied. « Je pense sincèrement que tous ceux qui gèrent les fonds ayant trait aux routes de desserte agricole, à partir du mois de juin, si rien n’est fait, il faudrait encore une fois qu’on nous interpelle tous ensemble, pour que chacun s’explique, à quoi consisterait le blocage de ces fonds pour le développement des routes de desserte agricole. Je m’en félicite. Je me suis senti ragaillardi pour que je sois accompagné par les députés nationaux qui sont les premiers concernés par les routes de desserte agricole », a déclaré Justin Bitakwira.

A-t-il convaincu les députés nationaux ? Difficile de l’affirmer pour le moment, d’autant plus qu’il se voit mal placé pour apprécier si la commission a été convaincue. « Je suis moi-même député élu. Je connais le mécanisme parlementaire. Mais je me dis qu’ils sont en droit de pouvoir m’interpeller encore une fois, soit par une question orale sans ou avec débat, une question écrite, pourquoi pas une demande de motion de défiance. Nous serons toujours disposés à répondre », a enfin souligné le ministre Bitakwira qui reconnait que son secteur est assez vaste.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse