Lesbianisme, regard d’un sophrologue, Dr Julius Elumba : « (…) aider la personne à comprendre et s’efforcer de comprendre la personne »

par -
0 544
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La pratique de la lesbienne n’a jamais été mauvaise, confie le Dr Julius Elumba, sophrologue-Relaxologue établi sur l’avenue Kalemie à Kinshasa-Gombe.  Toutefois, renchérit-il, si cela gêne la famille, et si la personne accepte de changer, il faut l’amener chez un sophrologue, qui va l’aider à changer mais il ne faut surtout pas la traumatiser. Il faut donc, recommande-t-il, dans l’interview qui suit, aider la personne à comprendre et s’efforcer de comprendre la personne.

L’Avenir-Femme : Docteur, d’où vient le goût du lesbianisme ?

Dr Julius Elumba : Vous appelez cela un goût, mais médicalement, ce sont des sensibilités innées. Les gens naissent avec. Car vous savez, les enfants ont ce qu’on appelle le syndrome d’Œdipe, c’est-à-dire la fille s’attache au papa et le garçon à la maman. Mais il peut y arriver qu’il y ait l’inverse.  La fille s’attache à la maman et le garçon au papa et cela peut se développer jusqu’à l’âge adulte. Voila ce qui donne cette sensibilité de l’homosexualité. Un autre problème, c’est l’environnement qui  influence les humains. Quand vous restez longtemps avec ce genre de personnes, le mieux va vous influencer.

Dans l’homosexualité, il y a plusieurs pratiques auxquelles on se livre pour se satisfaire. Est-ce que cela a des conséquences néfastes ?

Du point de vue médical, le lesbianisme n’a pas de problème, mais il n’y a que des problèmes d’ordre humain. Des maladies appropriées aux lesbiennes n’existent pas. Les sexes artificiels qu’elles utilisent, s’ils ne sont pas bien gardés, cela pourrait infecter le corps. Voilà pourquoi nous disons que les lesbiennes n’ont que des problèmes d’ordre humain et non particuliers selon les patraques qu’elles font. Non !

Sur le plan médical, le lesbianisme est-il mauvais ?

Non, jamais. Cette pratique n’est pas mauvaise. Surtout selon la sophrologie, c‘est juste un problème de comportement. Sans doute que les matériels peuvent être fabriqués avec des produits toxiques, cancérologiques, et cela peut créer des problèmes médicaux aux femmes lesbiennes, mais pas la stérilité. D’ailleurs, les homosexuels ne craignent pas la stérilité, car ils ont cette possibilité d’adopter un enfant.

Comment éradiquer cette pratique ? 

Mme, il n’est pas question d’éradiquer. C’est question d’aider la personne à comprendre et de comprendre la personne. La sophrologie nous demande tout simplement d’orienter la personne selon ses nouveaux objectifs, nouvelles pensées ou nouveaux comportements. La finalité est que la personne s’adapte facilement. L’on ne peut jamais obliger quelqu’un qui est dans cette pratique de laisser ou d’abandonner ce comportement. Il est plutôt recommandé de l’aider d’une autre façon, selon la sophrologie.  Pour finir, la pratique de la lesbienne n’a jamais été mauvaise mais si vous voyez que cela gêne la famille, et si la personne accepte de changer, il faut l’amener chez un sophrologue, qui va l’aider à changer mais il ne faut surtout pas la traumatiser.

Nana Buana

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse