Les Sauces kinoises du MASA 2018

par -
0 279
Kratos et RC Gloss ph. tiers
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Au Palm –Beach, vendredi 26 janvier dernier, les trois groupes qui constituent le collectif Kinshasa sur la route du MASA 2018  ont prouvé sur scène que l’identité musicale congolaise sera respecté au Marché des Arts du spectacle africain (MASA) prévu à Abidjan, du 10 au 17 mars 2018.

Lançant une série de productions dans la capitale congolaise, ce concert a permis aux observateurs non seulement de jauger le niveau des groupes de Jocelyn Balu, Oracle Ngoy et Licelv Mauwa, mais également de goûter aux trois styles musicaux divers : le Kintueni Punk (Folk de la rue), le rap et le rock-folk.

Tout est parti par la première partie assurée par  RC Gloss du label Kinshasound. En préparation d’un album dont la diffusion des premières et images sont imminentes, cette jeune rappeuse, bien ses sons  captivent, a fait un show tiède. L’occupation scénique, l’absence d’interaction et manque de complicité entre les deux artistes sur le podium (RC Gloss et son DJ) sont les maux qui ont rogné la valeur artistique des sons qui sortaient des baffles. En véritable guerrière, RC Gloss est resté impressionnante grâce à sa tenue de scène aux couleurs des corbeaux du TP Mazembe (noir blanc) surtout avec de freestyle avec Kratos.

Quand la maturité rejoint la scène !

Orakle Ngoy ph. tiers

Pour couper le ruban de la route qui mène vers le MASA 2018, le ciseau a été confié à Oracle Ngoy. Rap conscient essentiellement pour défendre la cause de la femme, elle a été à la défensive durant son show-plaidoyer. L’amour, le respect de la maman et la perception du corps de la femme par les hommes ont constitués le fond du répertoire de celle qui est Lexxus Légal du rap féminin congolais.

Avec ses 25 ans de carrière dans le secteur hip-hop et un diplôme en droit à l’Université Libre de Kinshasa, Oracle est aussi celle qui base sa musique sur les samples de la vieille rumba. Avant de céder la scène, Oracle qui a su jouer avec des mots a offert, un voyage vers le folklorique mongo, kasaien et tetela en hommage à Papa Wemba ce qui n’a pas empêché aux danseurs amateurs d’envahir la scène pour honorer la tradition.

Licelv Mauwa ph. tiers

Animé par Jonathan Bilari, Kinshasa sur la route du MASA 2018 a connu la présence d’un public visiblement sélect et multiracial dans un cadre simple, suave et plus au moins intimiste.

C’est sous la chaleur traditionnelle que Licelv Mauwa est monté sur scène. Le temps de s’enquérir de la situation, elle a basculé vers une chanson appelant à l’unité africaine dont les paroles n’ont pas été assez audibles.

” Mboyo Mboyo ” du courant de la tribu de l’Equateur et  un son originaire de la région du Kongo Central ont rallumés la flamme de l’envie de danser aux rythmes ancestraux. Des sonorités africaines métissées aux rock, blues and jazz ont ouvert le champ de la largesse à cette protégée de Celpa Diakese, responsable de Power Service initiateur du projet, Kinshasa sur la route du MASA 2018.

Jocelyn Balu ph. www.arts.cd

Au terme d’une prestation dans laquelle son orchestere a fait montre d’une bonne harmonie, Licelv Mauwa a passé le bâton à Jocelyn Balu et les Aigles de la revolte.  Lui aussi est allé au Kongo Central, un peu comme Zaiko Langa Langa pour mettre l’ambiance avertissant que ” pour bien danser ma musique, il faut bien manger”. Effectivement, le tempo musical s’est passé à 100 à l’air comme dans un concert de musique électronique. Tout est bien qui fini par la danse. Fixé au mois de février à l’Institut Français de Kinshasa, l’Acte II verra les trois protagonistes sous une autre couleur.

(Onassis Mutombo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse