Les réseaux sociaux dérangent: Mbilia Bel n’est pas décédée

par -
0 930
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Une fausse rumeur a circulé ce mardi 29 novembre sur les réseaux sociaux annonçant la mort de la chanteuse Mbilia Bel. Vérification faite, cette ancienne sociétaire de l’Afrisa International se porte comme un charme et s’active à mettre la dernière main sur un projet juteux qu’elle serait en train de peaufiner.

De même son porte-parole, l’inamovible arrangeur Souzy Kaseya que nous avions rencontré hier dans les installations de la Rtg@/World nous signale que rien de tel n’est arrivé : « Mbilia Bel se porte bien. Je venais d’ailleurs de causer avec elle au téléphone, il y a à peine une heure. Elle-même se dit très surprise par cette nouvelle entretenue sûrement par des mauvaises langues. Personnellement j’ai horreur de prononcer le mot décès pour parler de Mbilia Bel. Retenez simplement que tout ce qui se passe sur les réseaux sociaux ne sont pas des écrits de l’Evangile. ».

Outre le finissage de son nouvel opus, Mbilia Bel qui continue encore à séjourner à Brazzaville de l’autre côté du fleuve Congo dit ne pas être au bout du rouleau à fleur d’âge d’autant qu’elle a encore beaucoup de choses à faire pour la musique féminine congolaise.

Née le 10 janvier 1959,  Marie-Claire Mboyo Moseka de son vrai nom qui deviendra plus tard Mbilia Bel, est une chanteuse de charme congolaise. Elle grandit en République démocratique du Congo et commence sa carrière à l’âge de dix-sept ans en étant danseuse dans le groupe « Les Redoutables » mais aussi  en interprétant quelques chansons de la tantine Abeti Masikini.  Puis, plus tard, du duo avec le chanteur Sam Mangwana, elle devient une valeur sure de la musique congolaise au début des années 1980 lorsqu’elle rejoint l’orchestre « Afrisa International » de Tabu Ley Rochereau. Ce groupe qui l’a propulsé au-devant de la scène international.

N’accordons alors pas beaucoup de crédit aux réseaux sociaux spécialisés dans la diffusion de fausses informations. En journalisme,  on nous interdit le sensationnel.

(Kingunza Kikim Afri)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse