Les néo colons sont avertis « La RDC, mon pays n’est pas à vendre »

par -
0 351
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Après plusieurs années de silence face à la presse, le président de la République Démocratique du Congo, Joseph Kabila Kabange a échangé avec les journalistes des médias tant nationaux qu’internationaux. C’était vendredi 26 janvier 2018, à l’heure où Joseph Kabila célébrait son 17ème anniversaire à la tête de la RDC, pays de Patrice Emery Lumumba, dont il a pris le pouvoir après la mort de son père, M’zée Laurent-Désiré Kabila. Une conférence de presse qu’il a baptisée lui-même de « conversation avec la presse ». Cet article est une chronique sur le face à la presse de Joseph Kabila, dans son volet où le Chef de l’Etat a fait savoir aux néo-colons que son pays, « la RDC, n’est pas à vendre ».

Ça fait longtemps, oui ça fait très longtemps que l’homme n’a pas été en face des professionnels des médias. Les raisons, il n’a pas voulu les dévoiler, mais l’homme était détendu, déterminé à éclairer la lanterne de plusieurs sur son avenir politique, mais aussi celui de son pays, la République Démocratique du Congo. Après son bref discours, Joseph Kabila s’est laissé à la presse, étant disposé à répondre à toutes les questions, sans crainte ni tabou. Ces questions ne doivent pas concerner l’individu de Kabila, mais plutôt le Congo, son pays, a prévenu le Chef de l’Etat.

On lui parle de la Belgique, cet ancien pays colonisateur de la RDC, auquel Kabila a demandé d’être humble puisqu’ayant assassiné la démocratie du pays de Lumumba depuis 1960, en complicité avec certains fils du Congo. Et en cette année-là, Kabila Kabange n’était pas encore né. Ainsi, le Raïs se déchaine.

D’abord sur la décision de la RDC portant fermeture de la maison Schengen et de l’agence Enabel, le deux fois élus de la RDC a confirmé cette décision qui ne rejoint que celle de la Belgique voulant mettre fin à la coopération d’Etat à Etat avec le Congo. C’est le principe de la réciprocité ! Et la réaction du Congo n’est pas épidermique, d’ailleurs on a été courtois, rétorque Kabila Kabange.

« La Belgique doit savoir que nous ne sommes plus sa colonie. La RDC est indépendante et on ne peut lui acheter son indépendance », a indiqué le Chef de l’Etat Kabila.

25 millions d’euros à remettre aux Ong pour l’assistance humanitaire en RDC, Joseph Kabila s’en moque.

Un exemple : « des experts de l’Onu viennent enquêter sur les massacres au Kasaï. Au lieu de saisir l’autorité compétente, les deux partent directement au Kasaï et tombent entre les mains des terroristes puis sont décapités. En quoi cela concerne-t-il directement la RDC ? »

Ainsi, remettre les 25 millions de dollars aux Ong veut tout simplement dire que : « nous ne vous faisons pas confiance ! » Ce n’est pas Joseph Kabila ici. Mais, le Raïs condamne le fait de diminuer la RDC pour des dollars ou des euros. Faut-il donner des conditions aux autorités congolaises parce que vous voulez leur donner de l’argent ? Lambert Mende l’avait dit : « ce n’est pas sur la Belgique que nous comptons pour développer notre pays. Nous constatons seulement qu’ils souhaitent maintenant soutenir le putsch à la place du processus électoral ».

« Même l’homme le plus pauvre a besoin de dignité. Le Congo également tient à sa dignité et doit être respecté, à l’instar d’autres nations du monde. On ne peut acheter son indépendance. Mon pays, la RDC n’est pas à vendre ! Elle n’est pas une République bananière », a prévenu Joseph Kabila Kabange.

C’est pour cela qu’il s’insurge aussi contre ceux qui pensent qu’il y a cogestion de l’Etat congolais avec la Monusco, entendez là, Mission de l’Onu pour la stabilisation du Congo. Laquelle Kabila voulait même voir clair sur sa mission en RDC.

« La Monusco a comme ambition de rester, mais rester jusqu’à quand ? », s’interroge le Président congolais. Raison pour laquelle il a annoncé la révisitation du mandat de cette Monusco, mais cette fois-ci avec l’application ferme de l’accord de siège SOFA. D’ailleurs, même les Congolais de l’Est et tous les observateurs avertis savent que cette Mission onusienne au Congo n’a jamais neutralisé même un groupe armé depuis qu’elle est opérationnelle dans ce pays. Joseph Kabila n’a manqué de rappeler cette évidence lors de sa conférence de presse.

Relation oncle et neveux

« Nous avons été calmes, sereins. Nous les appelons oncles. Ils nous appellent neveux. Nous sommes plutôt des cousins. Les responsables belges doivent comprendre que le Congo n’est plus une colonie », a martelé le Raïs, tout en s’insurgeant contre toute forme de diktat venant de l’oncle, donc de l’homme belge. La notion de respect s’avère très importante dans cette relation. L’on comprendra même le regret de la Belgique sur la décision de la RDC portant fermeture de l’agence Enabel et de la maison Schengen. Pour plus d’un observateur, en effet, la Belgique souffre davantage de cette mesure susceptible de lui arracher le fromage de bouche ! A suivre.

(Bernetel Makambo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse