Les membres du Conseil de sécurité ce vendredi à Kinshasa

par -
0 377
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Pour le Porte-parole de la MONUSCO, M. Félix Prosper Basse, cette mission des membres du Conseil de sécurité s’inscrit dans un cadre normal des activités du Conseil de sécurité. « Depuis que je suis là, je pense que c’est la troisième ou quatrième visite des membres du Conseil de sécurité qui seront là comme vous l’avez tantôt indiqué, à partir de vendredi », dit-il. Il répondait à une question posée par un journaliste lors du point de presse hebdomadaire de la Monusco.

A l’en croire, ils viennent pour une visite en Rdc. Ils viennent rencontrer les autorités de la République démocratique du Congo. A part toutes les institutions, en fait, le Président de la République, le Premier ministre, le ministre des Affaires étrangères, et certaines autres autorités congolaises, ici à Kinshasa. Et, au cours de cette visite d’ailleurs, sans pour autant dévoiler en amont le programme qui sera effectué, il y aura à la fin de cette première journée, donc ça veut dire la journée de samedi, il y aura une conférence de presse qui sera animée à l’hôtel Kempiski comme nous l’avions fait lors de la visite du Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-moon.

Et donc, à l’issue de cette journée de samedi, les membres du Conseil de sécurité se rendront à Beni, via Goma, afin d’aller aussi de visu constater ce qui se passe là-bas, échanger avec les différents interlocuteurs, notamment les autorités provinciales, mais aussi les autorités de la MONUSCO. Et c’est suite à cela que cette visite se clôturera à partir de Beni, et ils s’envoleront pour d’autres destinations.

Au sujet des sujets qui seront abordés, il a préféré laisser cette question à la discrétion des membres du Conseil de sécurité, parce qu’il n’est pas dans les secrets des saints. Mais il pense que beaucoup de sujets vont être abordés, notamment la sécurité, la situation politique. Ils rencontreront aussi bien les [membres des] partis politiques de l’opposition, les membres de la société civile et certaines composantes, dynamiques de la société congolaise de manière très générale.

Un contexte post-dialogue

Mais le Conseil de sécurité arrive à Kinshasa, dans un contexte un peu tendu, caractérisé par le brouillage des fréquences de Radio Okapi et de Rfi. « Je voudrais aussi préciser que jusqu’à aujourd’hui, nous n’avons reçu aucune réponse officielle de la part des autorités concernant ce brouillage. Je le dis, c’est une situation qui est non seulement inquiétante mais préoccupante, parce que ceci, je le dis surtout au nom de la liberté de la presse et de la liberté d’expression », a dit le Porte-parole de la Monusco.

Et de renchérir que Radio Okapi n’appartient plus aux Nations Unies. C’est vrai que c’est une radio des Nations Unies, c’est vrai que la radio est mise en œuvre par des Congolais professionnels, malheureusement nous avons assisté à cette situation-là pendant le weekend. « Nous rappelons tout simplement certaines dispositions qui sont fondamentales, ce sont des dispositions qui sont ancrées dans toutes les Constitutions. Il s’agit de la liberté de la presse, la liberté d’expression, la liberté de réunion, etc. », martèle-t-il.

« Nous, nous disons tout simplement que ceci ne nous permet pas de continuer à entretenir et à maintenir le contact avec les autorités. Dans cette dynamique-là, depuis quelques temps, nous sommes en train de discuter avec les autorités qui ont aussi montré une forme d’ouverture. Et c’est pour cela que Radio Okapi a été active depuis hier (mardi), à partir de 22 heures, les émissions ont repris. Et espère aussi que l’inauguration du studio [de Radio Okapi] à Beni contribuera justement à libérer un espace d’expression beaucoup plus plurielle en République démocratique du Congo.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse