Restitution du conclave de Bruxelles: Les membres de la Dynamique se séparent en queue de poisson

par -
1 1310
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

*La Dynamique de l’Opposition, une frange de cette famille politique en République démocratique du Congo et qui a pris part au conclave de Bruxelles, capitale du Royaume de Belgique, du 08 au 09 juin dernier, n’est pas parvenue, samedi dernier au siège du Mouvement de libération du Congo (MLC) à Kinshasa, à s’accorder sur le bien-fondé de cette messe noire aux contours obscurs. Les membres de la Dynamique restés à Kinshasa, ont cherché à comprendre en quelle qualité et de quel droit l’autre groupe a signé la déclaration finale du conclave.

*De  son côté, le MLC ne partage pas certains engagements auxquels a souscrit la délégation de la dynamique envoyée à Genval. « Nous tenons à l’unité de l’opposition et non à une unité ‘’interogène’’ », a lancé Eve Bazaiba, Secrétaire générale du (MLC) devant les membres fédéraux. Et d’ajouter que le MLC n’a pas à adhérer à n’importe quel schéma qui contredit le souci de la population à savoir la tenue des élections dans le délai constitutionnel

Au lendemain de la messe noire de Genval à Bruxelles, capitale du Royaume de Belgique, nombreux sont les Congolais qui avaient fustigé ce rendez-vous de trop du 08 au 09 juin 2016, et qui n’aura eu de mérite que d’engendrer la division entre les pro et les anti-conclave. Des questions s’étaient posées notamment sur qui va financer les travaux ? Qui va supporter les séjours ? Qui va prendre en charge les billets d’avion, etc.

Des Congolais qui étaient partis en Belgique et dont certains ont signé, au nom de leurs partis politiques respectifs, la déclaration de Genval, pendant qu’ils n’avaient jamais été mandatés, devaient cette fois-ci restituer les conclusions de ces travaux aux combattants sur leur nouveau schéma de la mise à mort planifiée de la Rd Congo. Et c’est la Dynamique de l’opposition, une plate-forme de l’opposition et qui encourage l’unité d’action, qui a réuni ses membres, samedi dernier, afin de recevoir une restitution de la part de ses envoyés à Bruxelles.

D’une source digne de foi, nous apprenons que la Dynamique de l’opposition n’a pas réussi à dégager une entente commune sur notamment le mandat dit exploratoire de ses délégués à la conférence de Genval, ainsi que le financement de ce forum. Réunis au siège du Mouvement de la libération du Congo (MLC) en présence des ténors de l’opposition tels que Patrick Mayombe (actuel modérateur de cette plateforme), Martin Fayulu, Jean-Lucien Busa, Eve Bazaiba, Baudouin Mayo, Mwenze Kongolo, Emery Okundji ou Ingele Ifoto, les membres de la Dynamique de l’opposition se sont séparés après trois heures de discussion sans avoir trouvé de consensus. La frange de l’opposition opposée à la délégation de Bruxelles a cherché à comprendre en quelle qualité et de quel droit elle a signé la déclaration finale du conclave de Bruxelles.

Ces questions que les membres de la Dynamique de l’opposition qui n’ont pas fait le déplacement de Bruxelles se posent sont réelles, d’autant plus que les opposants ont cherché à comprendre l’origine des moyens financiers qui ont entouré les travaux de cette Kermesse où les participants ont été traités comme de pachas, placés dans un luxe tapageur qui contraste avec la stature de l’invitant Etienne Tshisekedi et l’UDPS, loin des affaires de l’Etat ou du moins des emplois payants et rémunérateurs depuis plusieurs décennies.

Le MLC pas concerné

Venue restituer les conclusions du conclave de l’opposition organisé en Belgique, au siège du MLC le samedi 18 juin 2016, la délégation de la Dynamique de l’opposition n’a pas convaincu les autorités du parti de Jean-Pierre Bemba. S’il faut analyser la communication de la Secrétaire générale du MLC, l’honorable Eve Bazaiba Masudi aux membres fédéraux, tenue juste après la réunion visiblement non réussie de la Dynamique, le MLC ne partage pas trop certains engagements souscrits par la délégation de la Dynamique envoyée à Genval.

« Nous tenons à l’unité de l’opposition et non à une unité ‘’interogène’’ », a lancé la SG du MLC devant les membres fédéraux. Et d’ajouter que le MLC n’a pas à adhérer à n’importe quel schéma susceptible de contredire le souci de la population, à savoir la tenue des élections dans le délai constitutionnel. Visiblement, le MLC se réserve quant à la bonne consommation des résolutions de Bruxelles. La restitution faite ce jour par la délégation envoyée en Belgique nécessite beaucoup plus d’éclaircissement. Car, le MLC n’est pas prêt à hypothéquer les intérêts de la population, a souligné la Sg Eve Bazaiba, qui reprend progressivement les activités.

Il sied de relever qu’au-delà du MLC, plusieurs autres partis politiques de l’opposition se disent non concernés par la déclaration du conclave. C’est le cas de l’UNC de Vital Kamerhe qui a été, semble-t-il, représenté par le Sg Ewanga et Lubaya. Mais des sources proches de ce parti politique renseignent que ces deux personnalités importantes du parti n’ont jamais reçu mandat pour représenter le parti à Bruxelles. Et que les actes posés par eux n’engagent pas le parti.

Voilà qui étonne plus d’une personne, lorsqu’on sait que les membres de la Dynamique de l’opposition s’étaient déjà retrouvés à Kinshasa, jeudi 02 et vendredi 03 juin courant. C’était pour examiner les modalités de leur participation à cette réunion, contrairement à ce qu’on semble nous présenter. Sinon, comment des cadres d’un grand parti politique comme l’UNC peuvent-ils participer à une réunion à laquelle leur parti n’a pas donné quitus ? Qu’on nous dise que ce parti-là n’existe que de nom, et l’on comprendrait !

Sinon pour les conclavistes, il fallait réunir du monde pour donner l’impression qu’on a mis d’accord toutes les sensibilités importantes du pays. Outre les membres du G7, l’on a noté la présence même de Kyungu wa Kumwanza qui porte un fardeau judiciaire pour l’holocauste qu’il avait imposé, dans la décennie quatre-vingt-dix aux membres de la communauté kasaïenne au Katanga, alors Shaba. Celui-ci ne s’est nullement douté de faire le déplacement de Bruxelles, pour répondre à présent à cette messe noire.

Une autre raison qui ne peut permettre à ceux qui sont restés à Kinshasa d’accepter les conclusions de Bruxelles, c’est quand on apprend des sources ayant arpenté les couloirs du luxueux hôtel Genval où se tenait le conclave, qu’on a noté que nombre d’opposants courroucés ont pris du quartier dans leurs chambres d’hôtel où une petite cellule discrète de bons offices, outillés d’espèces sonnantes et trébuchantes, y ont fait le tour pour négocier la compréhension, aussi leur signature en vue d’éviter le fiasco.

La Dynamique de l’opposition de Kinshasa ne pouvait pas pardonner aux membres partis en Belgique, pour avoir remis et réservé la primeur de leurs travaux au Vice-Premier ministre belge, ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders qui, se sentant embarrassé d’une maladresse qui a mis el secret à nu, a renvoyé la délégation qui était venue vers lui, au dialogue tel que souhaité par l’Union africaine et qui doit s’inscrire dans le cadre de la Résolution 2277 du Conseil de sécurité des Nations-Unies.

L’Avenir

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

1 COMMENTAIRE

Laisser une Réponse