Les Léopards immortalisent Felix Wazekwa en exhibant Fimbu na fimbu « chicotte »

par -
0 2432
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

A tous leurs buts et  victoires en compétitions africaines

Les Léopards immortalisent Felix Wazekwa en exhibant  Fimbu na fimbu  « chicotte »

  • Werrason avec Kata fumbwa a devancé en Guinée équatoriale (CAN 2015)

Lorsque la politique marche, la culture, le sport et d’autres domaines marchent. Le cas de la République démocratique du Congo illustre bien ses propos lorsque les équipes de la RDC volent de victoire en victoire sur des terrains adverses, tout comme sur leur propre terrain. Le Tout Puissant Mazembe ne cesse de damer le pion aux équipes maghrébines restées longtemps au trône de la compétition africaine. L’As V. Club se lance sur cette bataille jusqu’en finale de la champion’s League, à laquelle elle n’a pas perdu le match. Le bon comportement des équipes de la RDC est la conséquence logique de sa performance avec l’équipe nationale, les Léopards avec l’opération « sokola voisin » et « Fimbu na fimbu », du célèbre musicien auteur compositeur Félix Wazekwa.    

Entre la musique et le sport, c’est la complémentarité. Lorsque la musique adoucit les mœurs, le sport accentue les nerfs. Depuis sa production scénique dans l’œuvre musicale de l’album « Adamu na Eva », Adam et Eve, l’artiste musicien Félix Wazekwa, S’Grave va de crescendo en crescendo dans les différents stades de l’intérieur comme de l’extérieur du pays, lorsque les fauves congolais marquent les buts et adulent leur victoire par la danse «  Fimbu ».

Après leur périple guinéen où les Léopards ont brillé de mille feux avec la troisième place arrachée devant les Diables rouge de Brazzaville, menés pourtant au marquoir par 2-0, la RD Congo a remonté la différence, égalisé, mené au sort, puis arraché la victoire sur la marque de 4-2, et la danse à chaque but était « Kata Fumbwa », du célèbre artiste musicien, patron de Wenge Musica Maison Mère, à savoir Werrason. Depuis, c’est « l’opération sokola voisin ».

Avec la production scénique de Félix Wazekwa, intitulée « Adamu na Eva », avec la danse fimbu na fimbu, les Léopards de la République Démocratique du Congo l’ont dansée, et continuent de l’exhiber sur les différents stades africains, à chaque but et victoire.

La première fois que la danse a été exécutée en plein stade, c’est lors de la 4ième édition du Championnat national africain, CHAN/Rwanda 2016. Les fauves l’ont fait de la plus belle manière lorsque la RDC a marché sur l’Ethiopie sur la marque de 3-0 ; face aux Palancas Negras d’Angola,  les Congolais ont pulvérisé leur voisin, dans ce qu’ils ont baptisé  « opération sokola voisin », après la débâcle des Diables rouges du Congo Brazzaville.  La toute récente victoire des Léopards du samedi 26 mars 2016, aux éliminatoires de la CAF, Gabon 2017, la RDC a une fois de plus exhibé la danse « Fimbu na fimbu » au deuxième but d’Elia Meschack, comme le témoigne l’image ci-illustrée. Donc, l’opération « sokola voisin »  ne cesse de produire ses effets avec la danse du célèbre artiste musicien, chorégraphe et compositeur Félix Wazekwa. De la même manière, la danse a connu sa notoriété à Luanda, le mardi 29 mars 2016, lorsque les Léopards survoltés à la recherche de la première place, synonyme du ticket pour le Gabon, ont marché sur les Palancas Negras dans son stade du 11 novembre, devant son public. Le premier but congolais par Joël Kimwaki Mpela a permis aux supporters d’exhiber la danse « Fimbu na fimbu », puis vint le deuxième but de Jonathan Bolingi Mpangi sur un service de Firmin Mubele Ndombe, qui cloua le onze angolais et « Fimbu na fimbu » a fait le tour du monde, et des nombreux supporters de la RDC, les nombreux téléspectateurs l’ont dansé à chaque but.

Felix Wazekwa au meilleur de sa forme

Généralement, les artistes musiciens meurent pauvres, et même très pauvres après avoir fait danser l’humanité par leurs œuvres musicales qui accrochent les mélomanes. Cependant, très peu d’entre eux bénéficient de la rente de leurs œuvres, parfois piratées et/ou mal commercialisées en raison de la mauvaise gestion lors de la signature de contrats qui les lient aux producteurs.

Le cas Félix Wazekwa nous intéresse puisque, à travers les Léopards de la République Démocratique du Congo, son œuvre d’esprit « fimbu na fimbu », traverse les océans et les mers par la magie de la télévision à travers les sports. En réalité, cet artiste devrait rentrer dans ses droits et bénéficier du fruit de son œuvre.

Ceci dit, puis que « Fimbu na fimbu », est en quelque sorte la drogue, le stimulant des Léopards, l’auteur compositeur ne vit que de ses œuvres. En voici l’une qui fait jaser les différents stades où les Léopards jouent et gagnent.

Généralement, les musiciens sont comme les militaires qui sont souvent décorés à titre posthume, et ceux qui profitent de leur service sont les autres. C’est maintenant ou jamais que ce digne fils du pays, qui ne s’est jamais lancé dans la musique obscène, puisse bénéficier de la rente de l’œuvre de son esprit. Plus de 120 milles supporters ont dansé « fimbu na fimbu » au Rwanda et partout ailleurs, où les patriotes congolais suivaient de près l’évolution de leur équipe jusqu’à la consécration en finale face aux aigles du Mali, puis au stade des Martyrs. Félix Wazekwa absent physiquement, mais présent à travers son œuvre, a fait danser les Congolais fiers de la performance de leur équipe, aux deux dernières rencontres face à l’Angola. Donc, l’artiste musicien Félix Wazekwa est au top du classement musical en RDC puis en Afrique par « Fimbu na fimbu », qui traverse les océans et les mers pour conquérir les publics de stades. Certes, il a réussi à détrôner son frère et collègue artiste musicien Werrason « Kata Fumbwa », la musique congolaise est es tête de peloton en Afrique, quelle que soit la polémique sur le leadership dans ce continent .

(Pius Romain Rolland )

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse