Les ignames pour l’amélioration qualitative de la ration alimentaire des Congolais

par -
0 575
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Qui sait que les ignames contiennent jusqu’à huit fois plus de protéines que le manioc ? Cette denrée alimentaire, selon des experts, combat la kwashiorkor sans provoquer de maladie ni aucune autre forme d’empoisonnement au cyanure. Voici donc de manière succincte, des informations sur l’historique, les avantages ainsi que les contraintes biotiques et abiotiques voire socioéconomiques et institutionnelles des ignames.

Les ignames sont des cultures vivrières appartenant au genre Dioscorea qui compte environ 600 espèces connues aujourd’hui. Toujours présentes depuis des temps immémoriaux en Rdc et en Afrique, les ignames possèdent une grande richesse et une large diversité génétique.

Elles poussent en savane (les espèces cultivées) comme en forêt (surtout les espèces sauvages, de protoculture et de cueillette). On en compte huit à dix espèces cultivées. Les jeunes pousses et les feuilles de quelques espèces sont aussi comestibles en République démocratique du Congo comme ailleurs en Afrique. Les ignames peuvent produire 20 à 40 tonnes à l’hectare, en moins d’un an et se conservent assez facilement plusieurs mois.

En effet, des acteurs du secteur agricole estiment qu’il faudrait aujourd’hui penser à un vaste programme de diversification des tubercules alimentaires et ramener les ignames (qui doit se retrouver dans le 1% des productions vivrières en Rdc) au moins à un rang équivalent à celui des bananes (8 %) qui vient après le manioc (qui règne avec 73 %). Ce, afin de diversifier et d’améliorer quantitativement surtout qualitativement, la ration alimentaire des Congolais.

Ils ont toujours réclamé auprès des décideurs, investisseurs en développement (ou bailleurs de fonds) et de tous ceux qui œuvrent dans la filière, la création par l’Etat congolais, d’un « Programme national Ignames ». C’est l’une des résolutions de la deuxième table-ronde sur les ignames, tenue en septembre 2012 après la première qui a eu lieu en décembre 2011.

Les acteurs du secteur agricole recommandent entre autres, l’installation et à la mise en place d’un réseau Ignames ; la création d’un fonds pour le développement de la filière ignames ; l’incorporation de l’igname comme culture alimentaire prioritaire en Rdc ; la promotion de la filière igname ; la création des points de vente des ignames ; l’information et la formation sur la filière igname et sa vulgarisation ; etc.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse