Les femmes de Kinshasa lancent « Evacuer les décharges publiques pour prévenir Ebola »

par -
0 195
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le virus Ebola en  République Démocratique du Congo, un sujet qui fait couler beaucoup d’encre et salive. C’est depuis un moment à Kinshasa que tout le monde panique et particulièrement les femmes, suite à la propagation de la maladie à virus Ebola qui vient de se produire du nord- Est au sud-ouest de la RDC, précisément au Grand Equateur.

Dans l’entre-temps, la population se pose des questions, particulièrement des femmes qui sont considérées comme premières cibles dans la société pour la contamination de cette maladie. Entre autres, celles de savoir si les femmes sont informées par rapport au virus Ebola. Une autre question  est de savoir d’où provient  cette maladie ?  Et ensuite comment faire pour éviter cela dans le milieu quotidien ? Pour répondre à la première question, un groupe de jeunes filles ignore le virus Ebola pour une simple raison ; elles ne suivent pas l’information.

A en croire Mme Nzambu Albertine, une vendeuse dans un restaurant de fortune communément appelé « Malewa » à Kinshasa, qui répondait à notre question sur la connaissance de virus Ebola, elle affirme ceci : « je suis au courant de ce virus. C’est une épidémie qui est liée à la saleté et surtout dans des endroits reculés ». Elle poursuit en disant que cette maladie dangereuse tue la population, selon les informations suivies aux médias.

A la question de savoir comment faire pour éviter cette épidémie, Mme Albertine insiste : « il faut que nous qui vendons la nourriture à la population, devons être propres, nettoyer notre environnement et protéger la nourriture en la couvrant par exemple dans un sachet pour éviter que la maladie pénètre la nourriture ».

Concernant les signes démontrant que la personne souffre d’Ebola, Naomi Mayamba nous cite : «  il y a la fatigue, maux de tête, nausées, vomissement, la diarrhée et le jet de crashas », a-t-elle énuméré.

« Nous devons veiller à nos enfants et à notre environnement », a dit Mado Bijika Ngeleka, femme au foyer. Elle poursuit son idée en disant : « qu’en tant que mère, je dois veiller à tout ce que mes enfants touchent, du fait que c’est une maladie de la main sale ». D’après elle, toutes les femmes doivent surveiller tous les mouvements de leurs enfants. Les laver les mains avant de manger et après les besoins intimes.

Mado Bijika sollicite au gouvernement congolais de restaurer « l’opération hygiène » en nettoyant tous les caniveaux bouchés, vider des poubelles publiques, afin de mettre fin à cette maladie et l’éviter surtout à Kinshasa.

Et ensuite, elle demande à la population congolaise de ne pas attendre seulement l’autorité pour mettre entretenir leur toit. Elle suppose que chacun doit lutter contre l’insalubrité chez lui, par exemple en entretenant très bien les toilettes, afin de prévenir cette maladie surtout en cette saison sèche.

(Hélène Diamona Lelo/stagiaire.)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse