Les femmes, artisans de l’accord entre la MP et l’opposition

par -
0 532
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

« Derrière un grand homme, se cache une grande dame ! », dit un adage. C’est du moins la présence très remarquée de la femme congolaise aux assises de la Cité de l’Union africaine. Derrière les grandes décisions, elles jouent un grand rôle, celui d’apaiser les esprits surchauffés de leurs maris de politiques lorsque l’enjeu majeur de la République démocratique du Congo doit se jouer entre, d’une part la Majorité présidentielle, et d’autre part l’opposition politique, avec comme arbitre, la société civile dans toutes ces composantes figurent les éminentes et vénéneuses dames congolaises. Et c’est cela depuis la cérémonie solennelle de l’ouverture des assises de la Cité de l’Union africaine jusqu’à la suspension temporaire de l’opposition au dialogue, puis l’entente entre les deux camps politiques. Ces femmes que L’Avenir a approchées, ont délié leurs langues en ce qu’elles sont, artisans de l’Accord sur les séquences électorales.

Pierrette Kisonga Mwenze ( Questeur de la Ceni)

La CEN est au cœur du dialogue entre différentes composantes politiques. Cependant, la patronne de cet organe d’appui à la démocratie, qui prend part active aux travaux n’est pas restée en marge des discussions. Hormis la questure de la Centrale électorale, elle s’occupe également de la question genre pendant l’opération d’identification dans le Nord Ubangui. Elle parle d’un cadre de concertation genre et élection qu’elle avait tenu, où elle a invité la femme du Nord Kivu à travers le dialogue à s’approprier le processus électoral. Car le train des élections a déjà quitté la gare. En sa qualité de membre de la Commission « Election », elle est d’un grand apport pendant les exposés, les débats en ce qu’elle a de l’expertise électorale bénéfique pour son organe d’appui à la démocratie, pour le pays. La Ceni attendait le compromis politique entre Majorité et Opposition, pour dégager le calendrier consensuel devant permettre la tenue des élections selon les séquences décidée par les parties prenantes au dialogue.

Elodie Ntamuzinda Wigulu (membre de la plénière de la Ceni/Société civile)

Lorsqu’on parle des femmes fortes et dynamiques à la CENI, figure Elodie Ntamuzinda Wigulu. Membre de la plénière de cet organe électoral. Elle est membre déléguée au dialogue politique inclusif en cours où, la question électorale est au cœur des discussions entre parties prenantes au dialogue. Elle a tenu un cadre de Concertation à Bukavu, où elle a expliqué le déroulement du processus électoral en RDC, expliquant les raisons qui poussent la Ceni à la révision du fichier électoral, notamment le cas de doublon des cartes d’électeurs ; le démembrement de la RDC qui passe de 11 à 26 provinces, mais aussi l’enrôlement des nouveaux majeurs, le cas des déplacés internes et externes. Une autre donne c’est que le pays compte en son sein des réfugiés qui peuvent constituer un cas de traitement dans l’identification et l’enrôlement des électeurs. En somme, l’expertise de ces femmes dans la commission « Election » est d’une grande importance et cela encourage la Congolaise à s’approprier les conclusions du dialogue inclusif

Elysée Dimandja (députée nationale honoraire/opposition)

De la conférence de presse organisée par la Facilitation, il ressort qu’il y a eu une issue favorable à la crise, et cela a conduit au boycott des travaux par l’opposition. L’essentiel était le compromis qui a été trouvé c’est-à-dire, nous allons commencer par les élections, présidentielle, couplées aux élections législatives nationales et couplées aussi aux élections provinciales. Ceci étant, la Ceni attendait l’option sur la séquence électorale, pour qu’elle puisse fixer l’opinion sur le planning des élections. Maintenant que c’est chose faite, très rapidement nous devons être fixés quant à ce. Le délai sera très court, parce que nous devons éviter de nous éterniser sur la question.

Relayant les propos du délégué de la MP sur le financement des élections en ce que la construction des hôpitaux, écoles et routes sera bloquée, Elle a relayé ce que leur porte-parole de l’opposition et co-modérateur Vital Kamerhe a dit sur les aides, qui sont les bienvenues. C’est bien beau de l’affirmer ; mais c’est mieux de le faire. Si le Gouvernement de la République peut le faire, c’est une bonne chose, mais sinon nous n’allons pas manquer de faire appel aux hommes de bonne volonté, aux institutions qui veulent nous soutenir, nous encourager à aller de l’avant pour développer le Congo par l’alternance démocratique. Concernant les promesses non tenues de l’occident, elle affirme qu’en 2006 l’occident a financé les élections…si on met un minima du contrôle des finances que l’occident va financer. C’est cela qu’on donne l’argent au Gouvernement qui gère sans rendre compte. Là, ça pose problème. Nous allons choisir le mécanisme le meilleur, pour réaliser ces élections dans un bref délai.

Rita Ncheyi Kitoko Pembe ( présidente nationale de MLDC/opposition)

Il n’y a ni perdant ni gagnant, parce que nous ne sommes pas dans une compétition. Le dialogue, c’est autour des questions qui devraient répondre aux attentes de la population. La Majorité avait souhaité que les élections commencent par les locales. L’opposition a opté pour la voie de la population qui, elle, attend la date de l’élection présidentielle. Cette conciliation des points de vue me parait acceptable. Car la Majorité a rejoint l’option levée par l’opposition, donc de rencontrer la volonté de la population.

Quant à la question relative à la perte de la Majorité face à l’opposition du fait que toutes les contraintes et tous les préalables de cette dernière ont été rencontrées, l’oratrice précise qu’il s’agit de tous les Congolais et que si jamais l’on se met à réfléchir de sorte de mettre les intérêts de la population en priorité, je crois que nous construirons un Congo meilleur. Le départ est déjà bon. Majorité et , Opposition, nous sommes Congolais, et militons pour le bien-être de notre population. C’est le plus important.

Quant à la question de financement, la présidente nationale du MLDC précise : « On peut prendre une décision de manière brusque. Je pense que le président Kamerhe y est revenu de façon à encourager la participation ou l’aide de nos partenaires et de ne pas empêcher la construction de nos hôpitaux, des écoles et même de routes ».

Géneviève Inagosi Kasongo (députée nationale NAD/Majorité présidentielle)

Il n’y a personne qui soit sortie perdante. Le chef de la délégation de la MP a dit : c’est le peuple qui a gagné.

C’est l’ensemble du peuple congolais que nous représentons à ces travaux qui a gagné. Parce que le peuple avait besoin que ses délégués puissent avoir un accord, qu’ils s’accordent sur comment va évoluer le processus électoral. Lorsqu’on négocie, on ne vient pas avec sa position campée, sinon ça ne sert à rien. Il y a des concessions à faire. Les uns et les autres ont fait des concessions pour que nous puissions arriver à cet accord de manière consensuelle. Réagissant aux propos du Ministre Alexis Thambwe Mwamba par rapport au financement des élections par le Gouvernement de la République qui ne peut jamais compter sur les promesses de l’Occident, la députée nationale NAD et PCA de l’ONIP a indiqué que le délégué de la MP a dit que les élections à venir serons essentiellement financées par le Gouvernement de la Rdc. Je pense que nous sommes au deuxième cycle électoral 2006 et 2011 et que les médias savent que toutes les promesses qui sont faites par la Communauté internationale rien n’est réalisé. Je ne pense même pas à 10%. C’est comme ça que les élections seront financées par le Gouvernement. C’était une façon de dire qu’en dehors des élections, il y a d’autres priorités : des routes et des écoles à construire, des hôpitaux à réhabiliter. Il y a bien d’autres priorités en dehors des élections, et je pense que l’essentiel c’est que le Gouvernement prenne l’engagement de financer ces élections. C’est une question de souveraineté, de dignité.

S’agissant de la présence du Rassemblement au dialogue, elle a noté que l’opposition et la Majorité ont accepté que l’on puisse commencer par la présidentielle couplée des législatives nationales, couplées également des provinciales. Nous organiserons également les élections locales si les moyens permettraient. Telle est l’information qu’il faut donner de manière complète pour que l’opinion soit édifiée sur l’accord qui a été trouvé. De toutes les façons, le facilitateur vous a dit : la Majorité et l’opposition disent que la porte est grandement ouverte pour les amis qui sont dehors et qui pourront nous rejoindre. De toute façon, je n’ai jamais vu de forum qui rassemble l’unanimité. l’inclusivité n’est pas synonyme de l’unanimité. Sûrement qu’il y a des gens qui sont d’accord pour le dialogue, et d’autres qui seraient sceptiques pour des raisons qui leur sont propres. Ceux qui sont venus, ont privilégié l’intérêt de la nation. Ceux qui pensent qu’ils peuvent rester dehors, discuter dehors, c’est leur volonté, c’est leur droit de refuser ou d’accepter.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse