Les FARDC doivent se méfier des adeptes de Corps du Christ sur le Mont Carmel

par -
0 641
La ville de Butembo
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le CEPADHO a suivi attentivement le climat de tension qui a prévalu samedi 15 octobre courant dans la Ville de Butembo, en province du Nord-Kivu. En effet, à la suite de l’incursion des adeptes de la secte politico-militaire Corps du Christ (du Pasteur David Marata) dans la ville, les Forces Armées se sont montrées décontenancées.

Dans la confusion, un militaire des FARDC a lancé une roquette qui a touchée l’Institut Mwamba, au quartier Muthiri, dans la Commune de Bulengera, causant ainsi 4 morts dont 2 enseignants et 2 élèves au côté des blessés.  A ces morts et blessés, il faut ajouter un militaire et un fidèle tués un peu plus tôt lors de la tentative de désarmement et dispersion des adeptes de Corps du Christ sur le Mont Carmel, en périphérie de la ville.

Le CEPADHO condamne avec véhémence la maladresse du militaire à la base des plusieurs morts innocentes dans un Établissement scolaire. Il en appelle à l’ouverture d’un dossier judiciaire en charge de ce soldat et son commandant afin que les responsabilités soient dégagées et qu’au besoin des sanctions s’en suivent.

Par cette occasion, cette organisation compatit avec les familles, les institutions et Syndicats des illustres disparus. Elle salue ici la délicatesse avec laquelle le Maire de la ville de Butembo a géré cette situation. Le CEPADHO félicite par ailleurs la compréhension et la grandeur d’esprit dont ont fait preuve les membres de familles des Élèves et Enseignants décédés, en acceptant d’enterrer les leurs sans politiser l’affaire.

En outre, cette structure attire l’attention des autorités sur l’entrée triomphale à Beni l’après-midi de samedi d’un groupe des jeunes porteurs des lances, des lance-pierres, des machettes et des gourdins prétendant venir de Butembo pour venir combattre les égorgeurs des civils. Étant donné que les autorités de Butembo soutiennent que ces jeunes à l’allure des miliciens arrivés à Beni ne sont pas venus de leur ville et qu’à ce sujet leur identité et leur provenance prêtent à confusion, le CEPADHO craint que la Ville de Beni ne soit infiltrée en pleine journée.

Tout en invitant la population, l’Armée et la Police à se méfier de ces inconnus, à les appréhender s’il le faut, cette structure redoute que tôt ou tard ces rebelles n’investissent la ville et ne se présentent en libérateurs de la population, défiant ainsi l’autorité de l’Etat.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse