Les élus nationaux de Lomami plaident pour la cooptation du chef Mutonji

par -
0 341
Les élus nationaux de la nouvelle province de Lomami. De gauche à droite Denis Tshibang ; Erick Katolo, Roger-Clément Ngoyi Shabitanda, Mananga Ya Mukolo et Onésime Tshibumba, en compagnie de Son Excellence Bitakwira Bihona-Hayi Justin, Ministre des Relations avec le Parlement. Ph/Cellule de Communication
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La délégation de députés nationaux élus de la province de Lomami, a été reçue hier mardi 21 février 2017, par le Ministre des Relations avec le Parlement Justin Bitakwira, en son Cabinet du travail. Pendant plus d’une heure, le patron de Mirepa a conféré avec la délégation composée des élus nationaux : Onésime  Tshibumba, Roger-Clément Ngoyi Shabitanda, Denis Tshibang Ntambw, Mananga Ya Mukolo et Erick Katolo Kabongo.

Conduite par le député national Erick Katolo Kabongo, cette délégation a soumis les préoccupations de la population en rapport avec le pourvoir au poste de député provincial, de l’ancien chef coutumier coopté décédé, dont le emplacement tire en longueur. Il était de bon aloi à ces élus, représentants du peuple de Lomami de soumettre cette préoccupation majeure au parton des Relations avec le Parlement. Ce dernier, au sortir de l’audience qu’il a accordée à ses anciens collègues députés nationaux, a fait la mise au point suivante : « J’ai reçu la délégation des députés élus de la nouvelle province de Lomami, dans le Grand Kasaï. C’était d’abord pour un sujet assez délicat, où un chef coutumier coopté à l’Assemblée provinciale du Kasaï Oriental à l’époque, est décédé depuis 2013 et qu’il faut pourvoir à son remplacement », a souligné le Ministre des Relations avec le Parlement.

Justin Bitakwira a promis de contacter la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à travers son président, Corneille Nangaa quant à ce. De même au vice-premier ministre, ministre de l’intérieur en vue d’examiner d’autres cas similaires des assemblées provinciales de la République, dans le but de trouver une solution générale. « Je crois que c’est un droit de combler un vide d’un député élu ou coopté dans les assemblées provinciales », a-t-il souligné.

Au cours de cette audience, faut-il le dire, il s’est agi aussi d’un autre point sécuritaire. Entre les élus nationaux de la nouvelle province de Lomami et le Ministre des Relations avec le Parlement d’évoquer le cas du chef coutumier Kamwina Nsapu, aussi l’exploitation des rapports des vacances parlementaires.

Le ministre a indiqué que ces rapports ne se limitent qu’au Parlement (Assemblée nationale, provinciales et Sénat) sans que les Gouvernements national et provinciaux ne soient saisis.

A cet effet, il affirme avoir écrit au Président de l’Assemblée nationale et au Président du Sénat que, désormais ces rapports feront l’objet d’études  et que le Président de la République devrait savoir ce qui se passe à travers le territoire national. « Nous, en tant qu’exécutif au fait, dans chaque secteur donné, c’est mon ministère qui devrait normalement dispatcher la synthèse de ces rapports, mais le président de l’Assemblée nationale peut le faire également comme celui du Sénat », a-t-il indiqué.

Par ailleurs, le chef de la délégation des élus nationaux de Lomami, Erick Katolo Kabongo a indiqué que pour leur part, en tant que représentants du peuple, ils ont le devoir de faire le plaidoyer des intérêts de leurs électeurs ce, en ce qu’ils ont compris que le ministère des Relations avec le Parlement est mieux placé pour résoudre le cas qui se pose au sein de l’assemblée provinciale de leur province d’origine, notamment Lomami, dans le territoire de Luilu. « Quand on a mis en place les assemblées provinciales en 2006, il y a un chef Binene de Katshisungu qui était coopté comme député provincial, et à sa mort, c’est au tour du secteur de Kandakanda, le chef Mutonji Bainashi qui devrait le remplacer », nous-a-t-il précisé. De poursuivre, que si le chef coutumier Mutonji Bainashi arrivait fin mandat, il sera remplacé par un autre d’une autre chefferie. Ceci dit, le pourvoir au poste de députés provinciaux cooptés sont bien organisés. Cependant, depuis le décès de Binene de Katshisungu, le chef Mutonji n’a pas encore accédé à ses fonctions, ni n’a été validé par l’Assemblée provinciale de Lomami. De toute évidence, si la procédure traine, c’est parce que d’une part, les députés cooptés n’ont pas de suppléants et, d’autre part, la charge de la CENI de réunir les autorités coutumières, et d’en désigner le remplaçant  par la voie rotative de secteurs.

Dans leur plainte, les élus nationaux ont précisé que lorsque le budget est élaboré en fonction de 25 élus provinciaux, il est logique, qu’il soit exécuté pour ce 25 et non pour les 24. C’est le sens de leur démarche auprès du patron des Relations avec le Parlement. « Et si ça se trouve à travers le pays, ça sera un cas général et non un cas particulier. Parce que, lorsqu’on élabore le budget pour 25 députés provinciaux, effectivement on doit les payer. Si pendant trois ou quatre ans, l’argent sort pour 25 députés et l’on ne paie que 22 ou 23 députés provinciaux, ça pose problème », a-t-il mentionné, exigeant au passage l’audit interne sur le cas soulevé.

Les Rapports des vacances parlementaires, une véritable boussole de booster le développement

Dans leur démarche, il s’est agi également de l’exploitation des rapports de vacances parlementaires. A ce sujet, les élus de Lomami ont relevé les difficultés liées aux transports en commun dans leur province respective, ont-ils plaidé auprès du Vice-premier ministre, ministre des Transports et voies de communications et ont fait part auprès de Justin Bitakwira. « Si à Kinshasa, il y a des véhicules qui font les transports en commun, à l’intérieur plus précisément chez nous dans la Lomami, le transports en commun pose problème. Au Kasaï, nous avons connu le problème d’une crise économique. Les opérateurs économiques ont pris leurs véhicules et certains sont allés au Katanga, d’autres à Kinshasa et la route Mbuji-Mayi, Mwene Ditu est un désert, le transport est assuré par les motocyclistes », a relevé le député national Erick Katolo.

Enfin, dans le lot de plaintes, les élus nationaux de Lomami ont plaidé en faveur de la représentation du ministère des Relations avec le Parlement dans les autres provinces. Ils s’indignent du fait que ce ministère de souveraineté n’a pas des chefs de Division en province, contrairement aux autres ministères, ce dont, ils plaident en faveur de la représentation en province. Une demande qui vient affirmer la politique mise en place par Justin Bitakwira, dès son entrée en fonction, de pourvoir à la carence des chefs de Division en province.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse