Les dés du dialogue jetés

par -
0 642
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Un anglophone disait la semaine dernière qu’il faut toute une faculté des Sciences humaines pour pénétrer l’esprit congolais. Pourtant la Rdc n’est pas extraterrestre, encore moins un pays fabuleux comme voudraient bien l’inculquer d’aucuns aux zombis et autres apprentis sorciers. Il faut simplement ouvrir les yeux et accepter un Congo très dynamique en tout, tant il a en réalité ses réalités. Il est donc question tout simplement d’aller à l’école à la congolaise pour en savoir davantage.

Depuis la conférence de Berlin, le pays de Lumumba fait école, certes. Et lorsque l’on veut le caricaturer selon son modèle calqué d’une génération ou d’un peuple d’ailleurs, on se perd éperdument loin dans l’espace. Juste un pas en arrière, le dialogue inter congolais a enrichi la Rdc d’une vision historique unique en son genre. Voir un pays à la formule 1 + 4 ; soit un Président de la République, avec quatre Vice-présidents et un gouvernement éléphantesque… tout cela reposant sur une constitution-piège que l’on a subtilement fait avalé aux Congolais par référendum,… le piège était de la partie. Et comme le veut une sagesse, tôt ou tard, il se referme sur celui qui l’a tendu.

Cette leçon vaut son pesant d’or à l’heure où les rideaux tombent sur le dialogue politique auquel plus d’un n’accordaient la moindre chance. Coup de chapeau à Joseph Kabila qui l’a convoqué ! Coup de chapeau à la communauté internationale qui, devant une situation de fait, n’avait plus d’arguments pour passer outre ce rendez-vous de tous les enjeux et de tous les dangers.  Bravo aux Congolais ‘’dialoguants’’ qui ont su se regarder en face, parfois dans des crudités, pourvu qu’on arrive à un accord. C’est un secret de Polichinelle, un mauvais arrangement soit-il, est préférable à un bon procès ! Parlant de celui-ci, il était plus que temps que l’on éclaircisse  les zones d’ombre mettant un accent précis sur la  prochaine date des élections ainsi que la gestion consensuelle de la transition.

‘’Alea jacta est’’, diraient-on en empruntant cette locution latine attribuée à Jules César  en 49 avant Jésus-Christ par  les historiens Plutarque, Suétone et Appien. Il s’agit d’une phrase qui en dit long,  prononcée le 10 janvier 49 av. J.-C,  avant le passage du fleuve Rubicon. « Les dés sont jetés » ! Comme qui dirait : la résolution est prise et l’on y tiendra quoi qu’il vienne. Tout sera géré. Et les vagues contraires, peu importe !

(Emmanuel Badibanga)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse