Les Congolais ressuscitent la mémoire de Patrice Emery Lumumba

par -
0 813
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Suite aux résolutions du conclave de Bruxelles remises à Didier Reynders

Les Congolais ressuscitent la mémoire de Patrice Emery Lumumba

Le conclave de Bruxelles n’a pas servi de leçon morale au peuple congolais. Prétendre que l’opposition ne peut pas se réunir en République démocratique du Congo sans accros est une fable de la fontaine. Plusieurs fois, elle s’est réunie dans ce qu’elle avait qualifié de conclave de Limeté, le forum de Fatima et tant d’autres rencontres qui n’ont jamais connu d’accrochage.

La perception que donne la rencontre de Bruxelles ne cesse d’alimenter et susciter de commentaires de part et d’autre. Certains, voient en ce conclave la trahison et le complot contre la République Démocratique du Congo du fait que les résolutions assorties de l’hôtel de Genval, sont perçues comme une injure dans le chef de nationalistes. Patrice Emery Lumumba, en prophète l’avait dit en son temps : « L’avenir du Congo ne se décidera plus à Bruxelles,  Paris, Londres, Washington ». En utilisant le superlatif négationnel « Ne plus », sous-entend que la rencontre de Bruxelles de 1959 qui déboucha à l’indépendance du Congo n’avait pas jeté de bonne base au profit des congolais. L’histoire donne raison, que l’accession de la RDC à la souveraineté nationale et internationale n’était qu’un cadeau, puisque la métropole qui a donné de la main gauche, l’a repris de la main droite, au lendemain du 30 juin 1960.

Ceci dit, rien de bon ne peut déboucher de ces pays désignés par l’ancien premier ministre Patrice Emery Lumumba pour le compte de son pays pour lequel, il a été assassiné par le colon avec la complicité de certains politiques de la première République qui ne désarment pas encore, jusqu’au crépuscule de leur vie politique.

Ainsi, pour une classe politique mature, susceptible de gouverner demain le pays, elle ne peut en aucun cas, ni moment, prendre les résolutions d’un conclave des nationaux puis les remettre à un étranger. Les congolais sont en droit de s’interroger si elles ont un caractère applicable à la vie politique congolaise, et par quel mécanisme les bombons de Didier Reynders seront transmis aux officiels congolais ?

Quoi de plus normal pour ce congolais moyen qui trouve que ce conclave a un caractère injurieux puisque l’opposition a affiché ses couleurs, celles d’une classe politique incapable d’accéder au pouvoir sans leur maitre à penser, la communauté internationale. Cette dernière souffle le chaud et le froid en opposant les uns contre les autres, pourvu la République démocratique du Congo brule, et que la métropole saute sur l’occasion en sapeur-pompier.

Pourquoi a-t-on peur d’aller aux élections et commencer à la base ? A en croire les analystes et observateurs de la scène politique congolaise, plusieurs partis politiques, en tout cas à 90% d’entre eux n’ont pas l’assise populaire, ni l’encrage à la base susceptible d’obtenir un seul siège communal. Plus de chef de partis politiques, soient plus de 600 partis politiques et chefs de partis qui ont pris les médias en otage estimant être porte-parole de la population. En réalité, ces partis sont des boutiques familiales regroupant, père (chef de Parti), femme (Secrétaire Générale), enfants (conseillers) et copines (protocole) et quelques  badauds inconscients prêts à bruler au passage le bien public au prix de quelques billets de franc congolais. C’est l’image de plusieurs partis politiques et que chaque chef de parti pense être dans le fauteuil du Président élu de la RDC. Voilà toutes les tentacules et gesticulations autour du processus électoral, comme si la RDC est l’unique et seul pays en Afrique avoir repoussé la tenue des élections dans le délai constitutionnel.

Il est évident, car si les conditions ne rassurent pas la tenue dans la paix desdites élections, le ciel ne tombera jamais sur la RDC. « Là où on promet la mort aux compatriotes congolais, moi, je promets la vie et la paix à mes compatriotes », dixit Joseph Kabila. Et Patrice Emery Lumumba d’enchérir « La Belgique complote pour  la balkanisation du Congo…l’histoire dira un jour son mot, mais ce ne sera pas l’histoire qu’on enseignera à Bruxelles, à Washington, à Paris, ni aux Nations Unies… Mais, il faut enseigner avec fierté aux congolais et au Congo…

L’opposition et la classe politique corrompue est avisée, la République démocratique du Congo reste et restera la mère patrie pour les congolaises et congolais patriotes.

(Pius Romain Rolland )

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse