Les chefs des confessions religieuses encouragent les compatriotes qui dialoguent de continuer le travail

par -
0 599
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Réunis mercredi 21 septembre 2016 à Kinshasa à la suite des évènements qui ont secoué le pays les 19 et 20 septembre 2016, sept chefs des Confessions Religieuses de la République Démocratique du Congo, à l’exception de l’Eglise catholique ont fait une déclaration sur la situation de l’heure au pays. Il s’agit  de Mgr Marini Bodho, de l’Eglise du Christ au Congo ; Cheikh Ali Muinyi M’Kuu, de la Communauté islamique en Rd Congo ; du Révérend Elebe Kapalay Delphin, de l’Eglise Kimbanguiste ; Le Lieutenant-colonel Esaie Ntembi Lukombo de l’armée du Salut, l’Evêque Ntambwe Mupepe de l’Eglise du Réveil du Congo, du professeur Théodore Fumunzanza de l’Eglise Orthodoxe et Mgr Simon Nzinga de l’Union des Eglises indépendantes du Congo (UEIC).

A l’issue de cette rencontre, les Chefs des Confessions Religieuses sont profondément attristés par les évènements violents qui ont secoué le pays, et particulièrement la ville Province Kinshasa le lundi 19 et le mardi 20 septembre 2016 et qui ont entrainé pertes en vies humaines et des dégâts matériels considérables. Ils ont aussi présenté leurs condoléances les plus émues aux familles des victimes qui sont leurs fidèles avec lesquels ils partagent les peines et les espoirs au quotidien.

Tout en  condamnant ces actes de violences qui endeuillent les familles et détruisent le tissu économique et social de du pays, les Chefs des Confessions religieuses rappellent que l’homme étant créé à l’image de Dieu, la vie humaine est sacrée. Par conséquent, quel qu’en soit la raison, la tuerie est contraire aux valeurs et aux enseignements des Confessions.

Disons que les Chefs des Confessions religieuses ont toujours soutenu le dialogue comme mode de résolution pacifique des différends à tous les niveaux aussi bien familial, communautaire que national, c’est pourquoi ils encouragent les compatriotes qui dialoguent à la Cité de l’Union africaine de continuer le travail, pour parvenir à un consensus garantissant un environnement électoral apaisé utile au pays. De la même manière, ils  exhortent les acteurs politiques et sociaux qui sont en dehors du dialogue à apporter leur contribution dans la recherche des solutions idoines aux problèmes communs de notre pays.

Pour finir, les Chefs des Confessions religieuses enjoignent la Commission d’Intégrité et de Médiation Electorales «CIME» d’entrer en contact avec les  acteurs politiques et leur offrir ses bons offices de médiation afin qu’ils se mettent autour d’une même table et demandent à leurs fidèles de prier pour la paix et la stabilité.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse