Les Anamongo pour l’autonomisation des femmes

par -
0 87
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Pour le développement économique de  la République Démocratique du Congo, la contribution de congolais est exigée dans le secteur d’activité qui est le sien. En d’autres termes, chaque congolais est invité à mettre la main à la patte comme l’avait prôné en son temps l’ex-président chinois Mao.   Les femmes de la Ligue Nationale des ‘’Anamongo’’ dont le comité était installé le samedi 08 septembre dernier sont déterminées à s’adonner aux projets de développement pour l’autonomisation de la femme thème international de cette année.

Pour atteindre l’objectif visé, un comité national  des femmes de la Lina est mis sur pied avec une tâche spécifique confiée à chacune d’elle. Rebecca Akoka : Présidente. Elle est secondée par cinq vice-présidentes. Dénise Kokibali (chargée de l’administration), Nsa Claude (chargée de la mobilisation et communication), Ifaso BombokoBéatrice (chargée de l’mplantation), Bébé Sawela (chargée des finances) et Jeanne Tunda (chargée des stratégies, protocole et Relations Publiques). Marie Louise Bodjoke (secrétaire), Mariam Lyombe (caissière), Yandjo Charly (caissière adjointe), Chantilly Ekofo (chargée de la Promotion culturelle et de la discipline) secondée par  Yohali Selemani, Apendeke Ivoirienne, Okako Marie Jeanne, Ngoja Marie et Toyale Marie Thérèse toutes chargées de la Promotion culturelle et Discipline adjointes, Ngando Marie Jeanne (chargée des Projets et Développement), Walo Génevieve (chargée de l’implantation), Wanyema Joyce (chargée des stratégies), Mapendo Jacquie (chargée des Projets et développement adjointe), Ikopo Marie (chargée des Affaires sociales), Booto Amba (chargée des Affaires sociales adjointe), Odito Nelly (Commissaire aux fêtes), Yakanga Isabelle (Commissaire aux Fêtes adjointe), Bokoko caroline (Commissaire aux comptes), Françoise salumu (chargée de Protocole), Lolo Bomboko (chargée de Protocole adjointe), Bolodjwa Valentine, Loliki  Jeanne, Anenda Pitshuna, Bomolo Brigitte, Akatshi Suzanne, Bokonde Alice, Mansoka Chantal, Mulasi Mutambala, Bosumbe Hélène, Bora Kiyero, Mboyo Dandine, Ngwama Emilienne, Mboyo Francisca, Akedi Julienne, Lisimo Brigitte, Ndjeka Marie Thérèse, Maulisa Anne, Asele Godelive, Imwangombi Cécile, Shoma Brigitte, Efonda Pélagie, Mbo Marie Louise et Tsa Marie toutes chargée du Procole, Nyekoki Marie(encadreuse des femmes de la communauté du Sankuru), Lisenga Dorothée (encadreuse des femmes de la Communauté de la Tshopo), Bibi Marie Jeanne (encadreuse adjointe des femmes de la communauté de la Tshopo, De langue Marie (encadreuse adjointe des femmes de la communauté du Bandundu, Mafuta Bibiche (encadreuse adjointe des femmes de la communauté du Kasaï), Asowa Emérence (encadreuse adjointe des femmes de la communauté de Mubakin), Mputu Antoinette (encadreuse adjointe des femmes de la communauté Mongo) et Wanyema Joyce (encadreuse adjointe des femmes de la communauté Bembe).             Avec des projets innovants et bancables pour lesquels on peut chercher des financements,  M. Barthélemy Okito Oleka, président ai de la Lina estime sans être contredit que les femmes Anamongo peuvent booster l’économie de la RDC. Autre élément de taille, les Anamongo qui sont issus d’un ancêtre commun qui s’appelait Mongo, on les retrouve presque partout à travers le territoire national et dans certains pays africains. Au Maindombe : Tomba,Ekonda, Basengele, Bolia, Nkundo et Iyembe. Kwilu : Wongo et Ngole. Kasaï : Ndengese, Kuba et Batshilele. Au Tshuapa, Equateur  et Mongala/Bongandanga : Mongo. Au Tshopo : Ngando, Topoke et Mbole sans oublier Lokele enfant de la fille de Mongo/Kele.  Au Nord-Kivu : Kusu et Nianga. Sud-Kivu : Bembe. Katanga/Kongolo : Benya Lubunda. Au Sankuru : Tetela. Ituri/Mambasa : Tetela. Au Maniema : Kusu, Ngengele, Balanga, Benya Lubunda et Benyasamba. On retrouve les Anamongo au Gabon : Amba Amba, au Congo/Brazza : Mboshi, Mosaka et Makwa,  au Cameroun : Mongo. Au Kenya : Tetela. Et en Tanzanie : Bembe. Par ailleurs, les Anamongo représentent 30 à 33 % de la population congolaise. Que ne peuvent-elles pas réaliser si réellement ces femmes mettent du sérieux dans les différents projets qui les tiennent à cœur ?

Antoine Bolia                            

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse