L’Enseignement primaire et secondaire et la Nouvelle loi-cadre

par -
0 1984
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Vers la redynamisation des langues nationales à la base 

La nouvelle loi-cadre de l’enseignement primaire et secondaire repartit l’école primaire en deux (2) cycles : 1re, 2ème, 3ème et 4ème, 5ème, 6ème. La première année est accessible aux enfants âgés de 6 ans révolus. Le nouveau programme qui sortira pour l’école primaire va instituer l’enseignement des langues nationales, en l’occurrence : lingala, kikongo, swahili et tshiluba. Dans le même ordre d’idée, la loi préconise la généralisation du cours d’informatique notamment au secondaire, et l’enseignement d’anglais obligatoire au supérieur.

Les observateurs ont salué, au terme de la nouvelle-loi cadre,  la redynamisation de l’enseignement des langues nationales. Avec du recul, en effet, des voix se sont élevées pour faire observer cela était moins une nouveauté, et plus un acquis du passé, dont la nouvelle-loi prend en compte la réhabilitation.  « Si nous remontons à quatre décennies voire plus que cela, l’enseignement des langues nationales n’est pas étranger au programme national. Toutefois à l’heure actuelle, il importe de prévoir des manuels et la formation du personnel enseignant, au regard de notamment de l’évolution. Si l’on n’y prend garde, la même difficulté pourrait concorder avec celle suscitée par la généralisation du cours d’informatique », a redouté un observateur.

   Des enseignants éclairés sur la nouvelle-loi cadre

Le Centre d’enseignement, C.E Mboloko « Les Gazelles » de Kalamu a abrité, il y a peu, une session de formation des enseignants de la maternelle, du primaire et du secondaire. Quelque 283 professionnels de la craie ont participé au séminaire-atelier. L’école conventionnée relève de la Communauté presbytérienne de Kinshasa, CPK. Le préfet Boyi Kizito a rappelé la vocation de cet établissement, samedi à la clôture : « Notre école s’inscrit dans la logique d’un type d’enseignement élitiste en RD Congo. (…) Nous sommes engagés dans la formation des enseignants, une sorte de remise à niveau de leurs capacités.», a-t-il relevé.

Le préfet su-évoqué a saisi l’opportunité de la session pour expliquer aux  participants la nouvelle loi-cadre de l’enseignement : ses avantages, ses innovations… La session de recyclage, comme le terme l’indique, a été pour les participants une opportunité de remise à niveau de leurs capacités, dans les degrés, les classes où ils œuvrent généralement. Une session de formation pour : les éducatrices de la maternelle (toutes les trois classes), des enseignants de l’école primaire (toutes les six classes) et ceux du secondaire (les préposés au cours d’informatique, parce que c’est une discipline qui, comme l’a démontré le préfet et numéro un du comité d’organisation, vient d’être annexée comme matière dans le programme national), ceux de mathématique- (nous avons expressément retenu cette année la géométrie)-, une matière qui n’est pas donnée dans beaucoup d’écoles, parce qu’il y a des difficultés à remonter les compétences même des enseignants et les conditions de réalisation de cette branche). « Nous avons retenu les professeurs de français, parce que c’est la langue de l’enseignement. Si les enseignants n’ont pas les techniques pour aider les élèves à acquérir certaines capacités, le reste de la formation est très souvent handicapé, a indiqué l’orateur.

(Payne)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse