L’emploi au féminin, un véritable casse-tête

par -
0 486
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Aborder la question du travail et de l’emploi des femmes en RDC, C’est s’intéresser au statut social de ces dernières, et à leur position dans la société. La position des femmes dans le monde du travail n’est pas un simple indicateur économique de participation à l’activité mais c’est un indicateur de leur place dans la société. Trouver du travail en RDC est un véritable casse-tête d’abord pour les hommes et encore pire pour les femmes qui luttent pour l’égalité des sexes dans plusieurs domaines de la vie.

Malgré les efforts fournis par les organisations des droits des femmes, jusque-là il n’y a toujours pas d’afflux de femmes sur le marché de l’emploi. La situation des femmes au travail ne reflète ni le parcours scolaire, ni leur acquis professionnel.

Les femmes congolaises se heurtent toujours à de nombreux obstacles dans l’accès au marché du travail ainsi que dans leur progression sur ce marché. Il est triste de constater en RDC en général et à Kinshasa en particulier les femmes gagnent moins que les hommes pour un travail de valeur égale, elles ont moins la possibilité d’accéder à des emplois mieux rémunérés et continuent d’assumer la plus grande part des tâches ménagères. Les femmes sont victimes de discrimination sur tant sur le lieu du travail que dans l’accès à l’emploi.

Une femme sur dix dans la capitale congolaise a du mal à trouver de l’emploi quel que soit son niveau d’étude. L’emploi demeure encore peu accessible d’abord aux hommes et plus grave aux femmes.

L’augmentation du nombre de femmes sur le marché de l’emploi, ne signifie pas pour autant qu’elles aient bénéficié d’une amélioration substantielle de leurs conditions de vie. En intégrant le marché de l’emploi, bon nombre d’entre elles continuent à lutter contre la pauvreté notamment cause de la précarité des emplois qu’elles occupent.

QUID DE LA QUALITE DE L’EMPLOI DES FEMMES

L’emploi précaire prend une forme de plus en plus spécifique qui diffère de l’emploi rémunéré permanent à temps plein puisse que la plupart de femmes sont buttés au problème de la gestion du ménage.

Beaucoup des femmes trouvent facilement de l’emploi dans le ménage, la restauration, le babysitting, dans le salon des coiffures, et dans les petits commerces. C’est seulement dans ce secteur que les Kinoise trouve plus du travail mais avec un salaire insignifiant.

Certaines femmes bien que formés ou ayant suivi un cursus universitaire normal se retrouvent sur le marché de l’emploi sans emploi pendant plusieurs années sont obligés de changer de métier pour choisir entre les emplois ci-haut citez pour nouer les deux bout du mois. En exerçant ce travail la plupart d’entre elles sont victimes de maltraitance par leurs patrons ou responsables directe. Elles ne sont pas respecter, elles n’ont aucune valeur aux yeux des hommes qui sont comme des clients dans cette catégorie du travail.

LE TAUX DE L’EMPLOI DES FEMMES PROGRESSE MAIS RESTE INFERIEUR A CELUI DES HOMMES

La plus forte inactivité des femmes ainsi que leur taux élevé de chômage démontre que le taux d’emploi féminins soit encore inférieur à ceux des hommes. Bon nombre des femmes et des jeunes filles sont dans l’inactivité. Elles sihonne la ville province de Kinshasa pour certaines dans la recherche de l’emploi et d’autres dans des restaurants de la place.                                                       Dans plusieurs secteurs de la vie, c’est toujours les hommes qui trouvent rapidement du travail et les femmes doivent attendre des recommandations, des faveurs ou des privilèges.

Elles sont au quotidien exposé aux harcèlements de la part de leurs collègues hommes. Certaines femmes bien qu’ayant suivi un cursus universitaire normal et compétente sont victimes de ce comportement des hommes.

Dans la plupart des sociétés ici à Kinshasa, avant d’être embauché les femmes doivent passées par ce chemin. Celles qui refusent de se soumettre à cet exercice sont soit chassés soit réduit à des postes qu’elles ne méritent pas. Chose grave, même les femmes qui ont été engagés avant dans ces entreprises encouragent les nouvelles venues à céder.

Cette situation ne favorise pas la croissance de l’emploi des femmes en RDC.

Les femmes qui cherchent du travail sont buttés à plusieurs contraintes qui ne les encouragent pas à continuer. Même celles qui travaillent déjà sont victimes de toutes formes de discrimination et son exposé entre autres à l’exploitation et au harcèlement sexuel en milieux du travail.

Celles qui cherchent encore du travail sont buttés à plusieurs contraintes qui ne les encouragent pas à continuer. Même celles qui travaillent déjà sont victimes de toutes formes de discrimination entre autres l’exploitation et le harcèlement sexuel au travail.

La plupart des femmes qui ont été victimes de cette situation dans certaines entreprises, ont pris la résolution de créer leur propre emploi, pour être autonome et contribuer un tant tant soit peu au développement de la RDC.

La Lutte des Organisations féminines importantes      

En tant que femme, dans bon nombre d’entreprises kinoises ou mieux congolaise, il est des particuliers qui s’adonnent au harcèlement sexuel.

Les organisations non gouvernementales se sont décidées de combattre cette forme de discrimination à l’égard des femmes. Elles estiment que la femme a le droit d’être engagée grâce à ses capacités intellectuelles, et non parce qu’elle serait passée par un lit. Ces ONGS se battent jour et nuit pour accompagner ces jeunes femmes dans leurs secteurs d‘activités respectives, question qu’elles ne se laissent pas faire, mais qu’elles se battent pour mériter leur poste, la tête haute.

Elles multiplient d’activités à travers toutes les provinces, pour sensibiliser les femmes et les jeunes filles à prendre conscience et à n’être pas abattues.

L’ Apport du gouvernement est indispensable

Cette situation ne peux demeurer, au regard des efforts que fournissent les autorités congolaises. La femme ne peut plus être exploitée sexuellement en son lieu de travail et son embauche ne peut être conditionné par les relations sexuelles avec qui que ce soit.

Le Gouvernement congolais doit s’employer davantage pour créer plus des emplois qui peuvent favoriser l’émergence non seulement de femmes mais aussi des hommes pour avoir une économie plus forte.

D’autant plus que le chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange a fait des violences sexuelles son cheval de bataille, les animateurs d’institutions doivent veiller à ce que les droits des femmes soient respectés, sur toute l’étendue du territoire national.

La femme est une force. Dieu ne l’a pas créée pour être exploitée sexuellement mais pour aider son semblable, l’homme. Ceux qui s’adonnent à cette pratique doivent arrêter, parce qu’ils ont été sur le banc de l’école avec les femmes et sont conscients que les femmes intelligentes sont nombreuses. Il importe qu’elles soient mises en situation de donner le meilleur d’elles-mêmes, dès lors qu’elles font preuve de compétence.

 

(Maguy Mbuku Muzembe)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse