Le Top dix de la transition Badibanga et Tshibala: M. Bongongo, Shé Okitundu et Lumeya se distinguent

par -
0 161
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Au regard des résultats obtenus par le sondage Echos d’Opinion: 1. Michel Bongongo, ministre d’Etat en charge de la Fonction Publique arrive en tête avec  87,2% ; Il est suivi par 2. Léonard Shé Okitutundu, Vice-Premier ministre, ministre des Affaires Etrangères et à l’Intégration régionale : 82%. 3.  Lumeya Dhu Maleghi, ministre des Affaires Foncières : 76%, occupe la troisième place ; 4. Pierre Kangudia, ministre d’Etat en charge du Budget est quatrième avec 74%. Ensuite, le Vice-Premier ministre de l’Intérieur et de la Sécurité Emmanuel Ramazani Shadary et le ministre Kokonyangi, de l’Urbanisme et Habitat occupent respectivement la cinquième et la sixième avec 70,9% pour le premier et 65,4% pour son poursuivant 7. Oly Ilunga, ministre de la Santé : 59% ; 8. Stève Mbikayi, ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire : 55,6 ; 9. Lambert Mende Omalanga, ministre de la Communication et des Médias : 55% ; 10. Joseph Kapika, ministre de l’Economie Nationale : 53%.

Echos d’Opinion a fait un focus sur la période de transition inaugurée par la signature de l’accord de la Cité de l’Union Africaine, prolongée par celui de la Saint-Sylvestre était censée prendre fin le 31  décembre 2017. Elle a été gérée par deux gouvernements successifs, celui issu de l’Accord du 17 septembre 2016 dirigé par Samy Badibanga et le second, fruit de l’Accord dit de la Saint-Sylvestre incluant le RASSOP dirigé par Bruno Tshibala. Ils ont tous deux été chargés d’une mission précise: l’organisation des élections démocratiques, libres et transparentes à l’issue apaisée; l’amélioration du social et de conditions sécuritaires.

Ainsi, le professeur Michel Bongongo : 87,2% est apprécié pour avoir modernisé la Fonction Publique grâce aux nombreuses innovations qu’il a initiées au cours de la réforme réalisée sous la houlette du Président Joseph Kabila. La proposition de la création de la Caisse de retraités de la fonction publique et le dégèle de la mise à la retraite par l’approche participative ont entrainé celui de la promotion et du recrutement de manière à donner de l’emploi aux jeunes au chômage avec le concours de la Banque mondiale.

 

Léonard Shé Okitundu, 82%, avec courage et loyauté, il a redoré l’image de la diplomatie RD-congolaise sur le plan international sous l’orientation du Président de la République Joseph Kabila en parvenant à faire élire la RDC au Conseil de Droits de l’Homme des Nations Unies, convaincre la communauté internationale à procéder à l’évaluation de la présence de la Monusco pour voir cette question en termes d’efficacité des opérations et obtenir des résultats escomptés et la restauration d’une diplomatie respectant les principes de l’égalité et de la réciprocité.

Lumeya Dhu Maleghi : 76% a convaincu une frange importante de l’opinion congolaise pour être parvenu à sécuriser les propriétés et leurs propriétaires par l’utilisation des NTIC, la récupération des parcelles et concessions de l’Etat (plus des 20.000 ha) et le règlement sans partie pris des conflits fonciers, l’exigence de l’ouverture du guichet d’une banque dans tous les lieux où sont implantés les bureaux des conservations foncières.

Pierre Kangudia :74% doit sa place grâce à la revue à la hausse du Budget général réaliste de  manière à atteindre les objectifs du Gouvernement dans le délai tout aussi réaliste et de mobiliser les moyens pour la tenue des élections en ce qui concerne ce qui a été prévu, le retour à la normale de la programmation de la paie des fonctionnaires et autres agents de l’Etat et réajustement du taux de change.

Ramazani Shadari : 70,9%  doit sa cinquième place grâce à sa volonté d’éteindre les foyers de tension qui écument la RDC par le dialogue en priorité plutôt que la solution policière et judiciaire qui pourront toujours intervenir en soutien plus tard si les préconisations actuelles venaient à échouer. L’organisation de la conférence de paix qui a abouti à l’éradication de la milice Kamwena Nsapu et la pacification de l’espace kasaïen. Une paix qui fait revenir la population à ses occupations quotidiennes.

Kokonyangi Witanene : 65,4% occupe la sixième place pour avoir fait prendre au Gouvernement l’engagement de résoudre de manière sensible, le déficit en logements sociaux.

Pour Oly Ilunga : 59%, les Congolais ont apprécié la promptitude et l’efficacité de la lutte contre les maladies épidémiques d’Ebola dans une partie de l’ancienne province de l’Equateur et du Choléra à l’Est du pays et à un certain degré dans la ville province de Kinshasa. La fin de la grève observée  par les médecins et autres personnels de la Santé à Kinshasa et dans les autres coins du pays ont également figuré au nombre des actions qui ont plaidé en sa faveur.

Stève Mbikayi : 55,6%. Œuvrant dans un secteur très sensible que celui de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, les Congolais ont apprécié la manière de gérer ce ministère par Stève Mbikayi, qui a réussi à calmer toutes les tensions naissantes. Le lancement de la bourse de Solidarité nationale de l’ESU (BSN-ESU) constitue le principal atout qui lui a permis de figurer au présent palmarès.

Lambert Mende 55% est celui qui fait entendre le point de vue du gouvernement et assure la défense médiatique de la nation en dissipant la supercherie de la désinformation et rétablir la vraie version des faits.  Joseph Kapika : 53% clôture le top dix de meilleurs ministres de  la transition grâce à sa politique de l’uniformisation du taux de change par les opérateurs économiques, l’imposition de l’affichage des prix et la stabilisation des prix sur le marché sont autant d’actions qui ont milité en faveur de Joseph Kapika.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse