Le renouvellement de la classe politique, une réalité vivante dans l’ex-Katanga

par -
0 329
A sa descente de l’avion à Lubumbashi, Aggée Aje Matembo Toto, Président national de l’Unadef a été accueilli par la délégation des responsables de la jeunesse du parti, mais aussi des femmes de l’Unadef/Ph. Pius Romain Rolland
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Beaucoup de partis politiques et leurs chefs de file dorment sur leurs lauriers à l’approche des échéances électorales, la troisième des expériences congolaises après celles de 2006 et 2011. A l’Union des Nationalistes Démocrates Fédéralistes (Unadef), l’heure est à la redynamisation et l’installation des ligues. Le renouvellement de la classe politique passe par les entrailles de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), vu que les futurs animateurs des institutions proviendraient desdites  élections.

Aggée Aje Matembo Toto, après avoir pris part active au dialogue politique de la Cité de l’Union africaine, a pris les aires à destination de Lubumbashi, fief incontestable de l’Unadef, dont il est le Président national élu, en vue de défier les organisateurs du meeting du 19 novembre dernier, date fétiche du Rassemblement. A l’Unadef, elle consistera à l’installation de ses structures.

Après sa descente de l’avion en provenance de Kinshasa, le patron de l’Unadef a été accueilli par une très forte délégation des femmes et jeunes de l’Unadef. Sitôt arrivé, il a dévoilé l’objet de sa mission. « A l’Unadef, il y aura un grand événement, je dois procéder à l’installation officielle de deux ligues : celle des jeunes et des femmes », a-t-il fait entendre. Donc, Timothée Tshimanga et Thérèse Kapinga ont été installés officiellement, respectivement président de la Ligue des Jeunes et présidente de la Ligue des Femmes.

Cependant, pour rassurer les Haut-Katangais de considérer le 19 de chaque mois comme toute date normale, Aggée Aje Matembo est descendu de lui-même dans ce fief prétendument attribué aux deux anciens chefs des partis déchus par leurs cadres en raison des ambitions démesurées outrepassant les structures de leurs partis respectifs, pour dire aux militantes et militants, cadres et membres du bureau politique de l’Unadef que ceux qui les ont promis la mort, on les promet la vie. « Les gens vous ont promis que le 19, c’est la fin du monde. Vous savez que je suis prompte, mais aussi curieux de savoir et vivre comment sera la fin du monde. Ceci pour vous dire que la date du 19 novembre est une date comme toute autre date. Les gens qui s’amusent de vous promettre la mort, nous les enfants de Joseph Kabila nous venons vous promettre la vie ; les gens qui s’amusent à vous promettre le chaos, nous nous venons vous promettre le bonheur et l’avancement de ce pays », a-t-il déclaré. Par ailleurs, pendant que certains leaders politiques membres du Rassemblement s’évertuent à plonger la République, à l’Unadef, on déjoue le plan machiavélique, parce que la Rdc ne mérite toujours pas être à la traine. « Ce pays dirigé de mains de maitre par le Raïs Joseph Kabila Kabange, est un pays qui a sa feuille de route issue du dialogue politique national et inclusif », a-t-il salué l’Accord politique,  qui a débouché à la nomination du Premier ministre issu de l’opposition. Cette nomination, affirme-t-il est la conséquence logique d’un homme de paix, un démocrate qui respecte ses engagements. A ce point de vue, l’Unadef accompagne le Président de la République Joseph Kabila Kabange, mais aussi tient à rester le grand parti national sur l’ensemble du territoire national.

Avec Aggée Aje Matembo, sa vision est celle du rajeunissement non seulement de son parti, mais de la classe politique congolaise dans son ensemble, du fait des combats politiques de leurs ainés qui se sont soldés par l’échec, mais aussi se sont servis de la jeunesse comme marchepied pour accéder aux postes de responsabilité. Le nouveau souffle de l’Unadef sous la direction d’Aggée Aje Matembo consiste à donner l’opportunité à tous les militants de se préparer à la députation nationale, provinciale et municipale. Mais aussi à préparer une retraite politique aux deux anciens prétendument poids lourds du Katanga, en l’occurrence Charles Mwando Nsimba et Gabriel Kyungu wa Kumwanza qu’il a défié dans l’ex-Katanga en installant les structures du pays.

« Le renouvellement de la classe politique congolaise dans l’ex-province du Katanga est une réalité vivante. Nous nous attelons à la construction des maisons de retraite, soit les hospices de vieillards pour héberger nos ainés politiques qui promettent la mort aux Congolais en général et Katangais en particulier de finir leur séjour paisiblement, au lieu d’aller dans les centres pénitentiaires en raison de crimes commis pendant plus de 55 ans depuis l’accession du pays à la souveraineté nationale et internationale », a-t-il dit.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse