Le préfet Matondo du CS Bakona de Lemba conscientise : ‘’En vertu de ses fruits à la société, l’école doit revêtir un caractère sacré’’

par -
0 405
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Du 19 septembre au 24 du même mois, l’école a subi le contrecoup des manifestations populaires. Ce coup dur porté au calendrier scolaire, survient dans un contexte où l’école congolaise accumule de maux qui enfreignent son bon fonctionnement. En effet, M. Matondo Mfuti Didier est le préfet des études et chef d’établissement du Complexe scolaire, CS Bakona de Lemba sous l’administration du promo Tshilondi Bakona Emery. Il est d’avis que l’école devrait revêtir un caractère sacré, en vertu de ses fruits si profitables à la société. Aussi appelle-t-il les politiciens à éduquer leurs militants et à préserver l’école, ce haut lieu de l’éducation abusivement transformée en un champ de revendications politiciennes.

A la question : Qu’est-ce que l’école a perdu en ayant passé une semaine entière d’inactivité ?

En ayant passé une semaine entière d’inactivité, l’école a perdu le rythme, la séquence logique de la matière prévue. Les conséquences néfastes qui découlent de cette période touchent non seulement à l’école mais aussi à l’intelligence des élèves eux-mêmes qui, reprenant à peine les cours, vont voir l’élan intellectuel freiné par ces troubles évidemment injustifiés pour ces ‘’saints innocents’’.

Quelles stratégies votre établissement compte-t-il mettre en place pour récupérer ce temps perdu ?

Au-delà des stratégies arrêtées par le ministère de tutelle, de rétrécir  les vacances de Noël de presqu’une semaine, nous au CS Bakona de Lemba, avions tenu une réunion pédagogique extraordinaire autour de laquelle j’avais demandé à tous les professeurs de se rattraper, en invitant les élèves l’avant-midi, surtout ceux de la 6ème des humanités. Ensuite, je leur avais demandé d’interroger les devoirs à domicile, afin d’aider les élèves à reprendre le rythme cassé par cette période de troubles.

En ce qui concerne le réaménagement du calendrier officiel, il convient de préciser qu’au       lendemain de la semaine d’inactivité, du 19 au 24 septembre dernier, la tutelle a  pris le taureau par les cornes, pour apporter une bouffée d’oxygène au calendrier scolaire. Un communiqué a été signé au début du mois,  en vue de rattraper le calendrier scolaire 2016-2017.  En effet, le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et Initiation à la Nouvelle citoyenneté, EPS-INC, Maker Mwangu Famba, pour avoir signé un communiqué officiel en date du 1er octobre courant. Réagissant à la semaine d’inactivité de l’école, du 19 au 24 septembre le communiqué de la tutelle donne les instructions suivantes : le congé de détente prévu du jeudi 3 au samedi 5 novembre 2016 est supprimé. La fin du 1er trimestre 2016-2017 intervient le samedi 24 décembre 2016. Les vacs du 1er trimestre iront du lundi 26 décembre 2016 au mercredi 04 janvier 2017 inclus. La rentrée des classes du 2ème trimestre : le jeudi 05 janvier2017

En votre qualité de responsable scolaire, pourriez-vous suggérer des dispositions pratiques pour que pareils incidents ne pénalisent pas l’école dans le futur ?

En ma qualité de responsable scolaire, je suggère que l’école, comme partout au monde, soit épargnée de tous ces théâtres politiques.

Quelle éducation donnons-nous à nos enfants lorsque pour revendiquer, il doit y avoir la guerre, pour interdire, il faut réprimer ? Quel type de société léguons-nous à nos enfants ? Je suggère en tant qu’éducateur, que l’on réinsère le cours d’Education civique et politique en lieu et place d’Education civique et morale, ECM. Car civique et morale me font penser à un hendiadys.

Au regard de ce qui est advenu, et vu la place qu’occupe l’école pour le développement d’un pays, quel message adressez-vous : à la jeunesse, aux parents, aux décideurs, aux acteurs politiques, bref aux autres acteurs sociaux impliqués dans l’éducation de la jeunesse ?

En tout état de cause, la responsabilité de ce qui est advenu est très partagée (mitigée). Le gouvernement en tant que premier responsable (garant) de l’éducation et disposant de tous les moyens, doit recadrer ses procédés. Il s’agit surtout de faire en sorte que l’administration territoriale se modernise de fond en comble, en termes notamment de compétence.  Ensuite, aux politiciens d’éduquer leurs militants, de préserver l’école qui, en vertu de ses fruits si profitables à la société, doit revêtir un caractère sacré.

Aux parents de ne pas garder leurs enfants à la maison, car un jour raté à l’école, constitue un manque-à-gagner pour eux.

Quant à la jeunesse elle-même, Nelson Mandela Madiba disait : ‘’ce qui est fait pour moi sans moi est contre moi’’. Par-là, je veux réveiller votre conscience à comprendre que c’est votre formation et votre avenir qui sont hypothéqués. Réagissez à travers des poèmes, des danses, des chants voire des marches pacifiques, afin que l’on cesse de vous utiliser comme des escabeaux pour accéder au pouvoir.

(Payne)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse