Le Patriarche Antoine Gizenga monte au créneau: Le PALU décrète 2019, année de la mise en œuvre du socialisme en Rdc

par -
0 2070

Le peuple congolais est un grand peuple au cœur de l’Afrique. Il sait ce dont il a besoin, car il a besoin du social, c’est-à-dire, du socialisme. Ce qu’il lui faut, c’est une voix qui le guide, des hommes et des femmes dont l’idéal montre au peuple ce qu’il doit faire. C’est pourquoi, le Palu dit fièrement qu’il est Mwinda ya Congo. Il est donc temps que le peuple congolais par sa souveraineté retrouvée, après une longue lutte de 32 ans contre le néocolonialisme et des années de guerre d’agression lui imposée par l’impérialisme moribond, puisse enfin se débarrasser du capitalisme par les urnes. Et uniquement par les urnes. Le pouvoir par la violence, nous n’en voulons plus au Congo, dixit le Patriarche Antoine Gizenga dans une déclaration.

Le Palu, parti des hommes et des femmes intègres, émanant du peuple par la volonté du peuple, pour la victoire du peuple, qui lutte héroïquement et sans relâche voici 53 ans. Et ce, en portant haut et fort l’étendard du nationalisme pour un Congo réellement indépendant et la victoire du socialisme. « Le Palu, pour être victorieux dans cette lourde mission, s’est toujours inspiré des héros de notre liberté, de notre totale indépendance que sont Kimpa Vita, Simon Kimbangu, Patrice-Aimery Lumumba, Mpolo Maurice, Okito Joseph, Pierre Mulele, Maurent-désiré Kabila et guidé par son chef, le vénérable Patriarche, l’un des pères de l’indépendance du Congo, le camarade Antoine Gizenga », a indiqué le Patriarche Antoine Gizenga dans une déclaration rendue publique à Kinshasa.

Et de renchérir que le Palu, voici 5 décennies déjà, occupe la première ligne de front de la révolution socialiste au Congo, car engagé dans un combat démocratique contre toutes les injustices sociales, que subit encore et toujours notre peuple pour cause d’un capitalisme vile et dégradant. Un capitaliste qui a échoué au Congo. Un capitalisme que le peuple congolais n’a même pas librement choisi, car il lui a été imposé par l’ignoble colonisation. Il est donc temps que le peuple congolais par sa souveraineté retrouvée, après une longue lutte de 32 ans contre le néocolonialisme et des années de guerre d’agression lui imposée par l’impérialisme moribond, puisse enfin se débarrasser du capitalisme par les urnes. Et uniquement par les urnes. Le pouvoir par la violence, nous n’en voulons plus au Congo.

A l’en croire, le peuple congolais est un grand peuple ; il sait ce dont il a besoin, car il a besoin du social, c’est-à-dire, du socialisme. Ce qu’il lui faut, c’est une voix qui le guide, des hommes et des femmes dont l’idéal montre au peuple ce qu’il doit faire. C’est pourquoi, le Palu dit fièrement qu’il est Mwinda ya Congo. Voilà pourquoi, les militantes et militants du Palu sont dans le peuple comme un poisson dans l’eau, pour le convaincre que le socialisme, c’est le salut pour notre Nation. Ainsi, le Palu continuera donc à lutter jour après jour et sans recule, afin de ne pas trahir le peuple, en volant de victoire en victoire jusqu’à ce que se réalise la promesse faite à notre peuple par Patrice-Aiméry Lumumba : « L’Avenir du Congo est beau ».

La collecte des 500 FC continue au PALU

Pour rappel, le PALU a initié lundi 17 décembre  2018, au travers le Secrétaire Permanent et Porte-Parole du Palu, Gizenga Lugi (B17), la campagne de collecte de fonds dans tous les organes de base de Kinshasa et de l’intérieur du pays, en vue de soutenir financièrement les témoins qui seront déployés dans différents bureaux de vote. En lançant cette campagne de collecte de fonds pour soutenir financièrement les témoins, le Porte-Parole du Palu entend non seulement se conformer aux exigences démocratiques, mais aussi et surtout assurer l’autonomie et par ricochet l’indépendance du Palu. « Mais la cotisation reste un principe démocratique et on ne peut pas faire une révolution sans les moyens et ce sont les masses qui ont plus d’intérêt dans une révolution. Sinon, nous allons devenir un parti financé par l’extérieur mais pour l’intérêt de qui ? Si ce n’est pas le peuple qui finance un parti, comment ce parti va-t-il défendre l’intérêt du peuple ? Le Palu étant un parti qui défend les intérêts du peuple, c’est le peuple qui le finance. Notre parti est financé par rapport à son implantation. Là où il est mieux implanté, c’est de là que vient le financement », a-t-il enchainé.

Cette  initiative est saluée par bon nombre d’analystes qui y voient un signe de l’attachement du Palu à son idéologie qui est le socialisme démocratique. En effet, alors que certains Partis politiques recourent au financement extérieur pour financer leur campagne électorale, le Parti cher au patriarche Antoine Gizenga, a choisi de recourir à sa base. Cette dernière est d’ailleurs habituée à cet exercice car, elle a toujours mis la main dans la patte pour financer les activités  du Parti.

JMNK

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse