Le pasteur projetait un monde où les NTIC révolutionneraient la vulgarisation des Ecriture saintes

par -
0 430
Christian Mapwaya, ‘’adepte ’’ de l’exhortation biblique épistolaire
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

A l’heure des Nouvelles technologies de l’information et de la communication, NTIC, le Christianisme tel qu’il est vécu en RDC, pourrait se révolutionner, en ce sens que la vulgarisation des Ecritures saintes ait pour champ les utilisateurs de la téléphonie mobile, et ceux des réseaux sociaux. Ce credo, le pasteur Christian Mapwaya (voir photo) l’avait porté jusqu’à ce que  les fidèles de l’église ‘’La Gloire de Dieu’’ lui aient rendu  un dernier hommage. Ce lieu de prière s’identifiant  au mouvement (spirituel) du réveil, est établi au quartier Mikonga (après l’aéroport international de N’Djili), dans la commune de la N’Sele.

Dans la décennie quatre-vingt (80), L’illustre disparu était à cheval entre son Bandundu natal et la capitale Kinshasa. Dans toutes ses correspondances épistolaires, en effet, il s’employait à insérer des versets bibliques en guise d’exhortation. Il avait des convictions, disait-il, que les versets de la Sainte Bible seraient intériorisés en grand nombre, si dans chaque correspondance épistolaire, destinateur et destinataire s’y intéressaient. Cet aspect a été si marquante que  le désignatif d’ ‘’adepte’’ de l’exhortation épistolaire biblique a imprimé sa personnalité.

Dès 1995, la vulgarisation de la téléphonie mobile avec le mode Sms, n’ont fait que conforter sa conviction. Progressivement, le développement des réseaux sociaux ont amené le pasteur à croire à l’avènement d’un monde où les NTIC influeraient sur la révolution de la vulgarisation des versets de la Bible. Par cet engagement, l’’’adepte’’ de l’exhortation épistolaire biblique a rejoint le père Jacques Alberione, fondateur de la société paulinienne. Ce missionnaire qui a marqué de son empreinte l’évangélisation des temps modernes avait, lui, prôné dans cet ordre d’idée la mise à contribution des moyens de communication sociale : journal, livre, radio, télévision. D’où, la promotion des éditions et librairies Saint Paul.

Quid de l’illustre disparu

Christian Mapwaya Punzu a vu le jour le 20 juin 1966 à Djuma (mission catholique dans le territoire de Bulungu, district du Kwilu dans la province du Bandundu avant la mise en application du dernier découpage territorial). C’est notamment ce qui ressort de la lecture de l’esquisse biographique du défunt. Ses parents originaires du village Lubembo, Pascal Mapwaya et Hirma Mpasi, ont l’un et l’autre rompu le contrat avec les vivants.

Ses études primaires, il les a effectuées à Ntanina à Djuma.  Et à Kizito, dans la même mission catholique de Djuma, ses études secondaires.

Après l’obtention du diplôme d’Etat au milieu de la décennie quatre-vingt, il a pris son inscription à l’Institut supérieur pédagogique, ISP/ Bandundu-Ville. Il laisse une veuve, Sungu Bébé et une forte progéniture, quatre filles et quatre garçons. Le défunt a presté au collège Bosembo (Bandundu-Ville), cinq ans durant, en qualité de professeur d’histoire. L collège Larousse au quartier III/N’Djili a bénéficié également de son expertise dans la même discipline. Dans la période précédant sa mort, il était directeur des études de l’Institut Mputu, œuvre scolaire de l’honorable Edouard Mputu Mbwe, sis quartier Sans fil, dans la commune de Masina

(Payne  )

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse