Le nouveau ministre du Travail va prioriser le social des Congolais

par -
0 521
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le nouveau ministre d’Etat en charge du Travail, emploi et prévoyance sociale, Lambert Matuku Memas, promet de centrer son action sur le social des travailleurs congolais, en mettant en application la politique gouvernementale  relative à la création d’emplois décents et  à   l’assainissement du milieu de travail.

Le ministre l’a fait savoir au terme de la remise et reprise avec son prédécesseur, le vice-Premier ministre sortant Willy Makiashi, vendredi, au bâtiment du gouvernement, sous la supervision du Secrétaire  général adjoint du gouvernement, Hugo Mwanza.

Il a rappelé que cette démarche répond à l’appel lancé par le Chef de l’Etat lors de son dernier message à la Nation, devant les deux chambres du Parlement réunies en Congrès. M. Matuku a reconnu l’immensité et la délicatesse de la tâche qui l’attend dans un pays où le taux du chômage a atteint des proportions inquiétantes, appelant ses collaborateurs à mettre la main dans la pâte afin qu’il réussisse cette mission.

Il a exprimé sa gratitude au Président de la République pour la confiance portée à sa personne pour présider aux destinées de ce ministère qu’il connait bien, a-t-il affirmé, pour y avoir déjà évolué. Le ministre sortant, Willy Makiashi, l’a rassuré de son soutien, avant de renouveler son attachement au Chef de l’Etat, Joseph Kabila,  à l’ancien Premier ministre Augustin Matata Ponyo qui a « coaché » l’équipe gouvernementale précédente.  Les deux ministres, rappelle-t-on, sont issus d’une même famille politique, le Palu (Parti Lumumbiste Unifié).

De l’avis du Premier ministre Samy Badibanga, l’amélioration du social des Congolais passe aussi par  l’agriculture, qui constitue immanquablement le premier secteur de diversification, est le levier le plus fort pour lutter contre la pauvreté et la faim. C’est le secteur le plus à même de créer rapidement de très nombreux emplois durables, pour la population, qui vit à 70 en milieu rural.  Ainsi, le gouvernement s’attellera à travers des partenariats techniques et financiers, à la relance des exploitations à l’arrêt, et au soutien de l’agriculture familiale, pour qu’elle dispose de l’énergie, et des routes de dessertes locales, dont la rénovation donnera du travail à la jeunesse.

C’est aussi une opportunité exceptionnelle, de développer les services dont a besoin l’agriculture, tels que la logistique, la certification sanitaire, les services financiers ou la transformation agroalimentaire.  A cette fin, pour disposer du capital humain nécessaire, la formation professionnelle sera soutenue.

Concernant le secteur minier, celui-ci peut aussi contribuer de manière considérable, à la diversification de notre économie.  En effet, le soutien à la «petite mine », à la «sous-traitance », par le renforcement du contenu local; ainsi que la transformation industrielle des produits miniers, sont autant d’opportunités de création d’entreprises, d’emplois, et de valeur ajoutée pour le pays.

Bien évidemment, ceci exige la transparence, la bonne gouvernance, l’éradication de la corruption, de la contrebande, et de la fraude douanière qui alimentent l’insécurité dans de nombreuses régions. Le  gouvernement travaillera à faire aboutir par le dialogue, la réforme du code minier, et à renforcer le cadastre, et le service géologique.

Concernant les sociétés minières paraétatiques, Gécamines, MIBA et d’autres, le gouvernement s’engage à les redresser pour leur redonner leur plein impact économique et social.  La participation des congolais à l’actionnariat des entreprises minières sera aussi encouragée. L’essentiel, ici, est de faire en sorte que nos ressources naturelles, contribuent pleinement à notre développement économique, et à notre progrès social, dans le respect et la protection de notre environnement.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse