Le ministre Gustave Booloko lance la numérisation du cadastre et sécurisation des titres de propriété

par -
0 1173
Le ministre des Affaires foncières Gustave Booloko Nkelly lançant hier le premier projet de numérisation cadastrale en Rdc
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Une double cérémonie a marqué hier à Kinshasa le lancement officiel du projet de numérisation du cadastre foncier et de sécurisation des titres fonciers et immobiliers. Dans un premier temps au salon rouge de l’Hôtel du Gouvernement, le ministre des Affaires foncières, M. Gustave Booloko a prononcé son discours solennel et procédé à la coupure du ruban symbolique  ainsi que la première expérimentation de l’enregistrement numérique du titre foncier à la circonscription foncière de la Gombe.

La République démocratique du Congo tend désormais vers la sécurisation numérique du cadastre et des titres fonciers. C’est-à-dire que bientôt, le pays va pouvoir mettre fin à tous les conflits fonciers récurrents qui constituent en Rdc 80 % des affaires en justice. Et la journée d’hier jeudi, s’inscrit en lettres d’or, pour le secteur foncier congolais.

D’autant plus que c’est cette date qui officialise le lancement du tout premier projet de numérisation du cadastre foncier et de sécurisation des titres fonciers et immobiliers en Rd Congo. Lequel est implémenté par deux partenaires privés du Ministère des Affaires foncières.

Notamment, les entreprises Congo Check Sarl (une société de droit congolais) pour les provinces de l’Ouest de la République, et Téléconseil Congo pour les treize autres provinces de l’Est. Ce, dans le cadre d’un Partenariat public-privé. L’exploitation du service se fera conformément à un arrêté qui fixe les règles et procédures de numérisation en matière d’octroi des titres fonciers et immobiliers.

Des objectifs de cette technologie de réforme foncière

Sur le plan technique, a-t-on appris, le procédé utilisé est celui des scellés à bulles inviolables sur le titre foncier et immobilier, suivant une technologie qui garantit le titre contre toute falsification, et aboutit à la production d’une carte numérisée où sont incorporées les données du titulaire du droit et du bien lui-même. Le système fonctionnera avec une base de données logée dans un serveur national niché en un lieu hautement sécurisé, doté d’un accès électronique sécurisé et fonctionnant 24 heures sur 24.

Hier, le ministre Gustave Booloko Nkelly des Affaires foncières a procédé au lancement officiel de ce projet révolutionnaire de haute technologie pour la réforme foncière en Rdc. Preuve que la « révolution de la modernité » initiée et lancée par le Président de la République Joseph Kabila Kabange continue de se matérialiser au jour le jour dans le pays.

Une double cérémonie était organisée à cet effet. Au premier temps, le discours officiel du ministre Gustave Booloko précédé de la démonstration de ladite technologie et du mot de circonstance du chairman de la société Congo Check, M. Christian Bin Issa. Ce dernier dans son historique de l’implémentation dudit projet, a estimé que le détenteur du titre de propriété doit être protégé.

Il a indiqué tout de même que ce projet qui est le fruit d’un partenariat public-privé, consiste aussi au transfert des technologies, à la vision de la modernisation, à la haute technologie du secteur foncier de la Rdc. Cette innovation vise également à stimuler la croissance économique et le développement du pays.

Lors de la démonstration, l’expert a indiqué que cette technologie de réforme foncière en Rdc à travers la numérisation du cadastre foncier et de sécurisation des titres fonciers et immobiliers, a trois principaux objectifs. Notamment, résoudre les conflits fonciers ; instaurer la sécurité foncière ; et faire du foncier un centre des profits.

Et la société Congo Cheik développe donc des solutions de sécurité basées sur des « authentifiants chaosétriques » visibles.

Le ministre salue le basculement du système de gestion foncière congolais vers la numérique

En présence de ses collègues membres du Gouvernement, des députés nationaux et sénateurs, le ministre des Affaires foncières Gustave Booloko Nkelly a souligné que cet événement d’hier est historique pour le pays en général et pour son Ministère en particulier, « car il marque le basculement de notre système de gestion foncière vers la numérique, s’inscrivant ainsi dans la vision de la modernité ».

Pour lui, à l’heure du numérique avec les avantages que cela offre, la Rdc ne pouvait plus se complaire à rester dans une gestion archaïque, caractérisée par la manipulation physique des plans parcellaires, des dossiers et titres fonciers immobiliers. Manipulation, a-t-il dit, dont les conséquences sont nombreuses et fâcheuses, notamment les conflits fonciers et immobiliers et l’insécurité des droits.

Concernant les conflits fonciers et immobiliers, le ministre estime qu’une part non négligeable revient à la facilité avec laquelle les dossiers classés dans les archives foncières, dont certains datent de longtemps, sont soustraits, détruits ou modifiés, faute de sécurité conséquente. Cela, ajoute-t-il, ouvre la voie à des opérations illicites de dépossession des biens fonciers ou immobiliers d’autrui, générant ainsi des conflits qui mettent en péril la paix sociale.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse