Le ministère public requiert 5 ans de prison contre Moïse Katumbi

par -
0 529
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Pour spoliation et vente d’un immeuble d’un privé

Le ministère public requiert 5 ans de prison contre Moïse Katumbi

* Dans 8 jours, le jugement proprement dit

Inculpé pour atteinte à la sureté de l’Etat dans la récente affaire de recrutement présumé de mercenaires, Moise Katumbi est de nouveau dans le collimateur de la justice.
Le dernier gouverneur de l’ex Katanga est poursuivi cette fois- ci, de « stellionat ». Il s’agit d’un délit que commet celui qui vend ou hypothèque un immeuble dont il sait ne pas être propriétaire. Concrètement, le parquet l’accuse d’avoir spolié et vendu une maison appartenant à M. Alexandros Stoupis, de nationalité grecque.

Sur ce, le ministère public propose la peine de 5 ans de prison contre Moïse Katumbi, ancien gouverneur de l’ex-Katanga. Cette audience a eu lieu lundi 20 juin, au tribunal de paix de Lubumbashi (Haut-Katanga).

Les avocats de Moïse Katumbi, présents au procès, n’ont pas été autorisés à représenter leur client qui séjourne depuis trois semaines en Europe, pour des soins médicaux.

Le tribunal a soutenu que lorsque le prévenu est poursuivi pour une infraction dont la peine est de plus de cinq (5) ans, sa comparution personnelle est obligatoire.

En l’absence de Moïse Katumbi, cette juridiction a démarré et clôturé l’instruction du dossier.

Le ministère public a requis la peine de 5 ans de prison à l’encontre de Moïse Katumbi, alors que le jugement proprement dit est attendu dans huit (8) jours.

Ce réquisitoire tombe un mois après que le candidat déclaré à la prochaine présidentielle, avait été inculpé pour atteinte à la sûreté intérieure et extérieure de l’Etat, et placé sous mandat d’arrêt provisoire par le Parquet général de la République.

Dans ce procès, il avait été inculpé pour recrutement des mercenaires étrangers.

Malgré cette condamnation, Moïse Katumbi avait reçu l’autorisation du Procureur général de la République de se faire soigner à l’étranger.

L’ancien gouverneur du Katanga avait ainsi été évacué le 20 mai dernier dans un avion médicalisé vers l’Afrique du Sud pour être soigné. Moïse Katumbi va ensuite quitter l’Afrique du Sud le 28 mai dernier pour aller poursuivre ses soins en Europe.

La découverte d’armes : autre accusation contre Katumbi

Nonobstant ce dossier de stellionat, Moïse Katumbi, qui se trouve actuellement en Europe pour des soins de santé appropriés, est auteur de plusieurs autres infractions notamment l’atteinte à la sureté interne et externe de l’Etat, recrutement des mercenaires et autres.

Des informations glanées dans les milieux judiciaires signalent le transfèrement par l’auditorat général au parquet général de la République de quatre éléments de forces de l’ordre, parmi lesquels des anciens officiers de la garde, impliqués directement ou indirectement dans le dossier Katumbi. Donc, ces anciens officiers doivent  répondre de plusieurs chefs d’accusations dont les violations de consigne, désobéissance et autres. Selon différentes sources près du dossier, il aurait été trouvé sur ces derniers de types d’armes n’ayant jamais fait partie de la dotation ni des FARDC ni de la PNC, en l’occurrence 2 pistolets Clock, 3 pistolets Taurus et un pistolet de type coréen.

La question suspendue aux lèvres des observateurs est celle de savoir d’où ces armes sont venues à quoi auraient-elles servies, et qui en est le pourvoyeur ? Seuls les accusés et l’ex-gouverneur du Katanga, encore présumés innocents, s’expliqueront devant la justice dès lors que le président du TP Mazembe aurait de sa santé.

l’Avenir

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse