Le ministère des Affaires étrangères tranche, Rdc : La visite conjointe entre Antonio Guterres et Moussa Faki maintenue

par -
0 355
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

En réponse au « souhait du Secrétaire général de l’ONU d’effectuer une visite en RDC avec le président de la Commission de ‘UA, nous avons pensé qu’elle était inopportune en ce moment, étant donné les urgences au pays et les tractations en cours », a déclaré à la presse étrangère Kikaya Bin Karubi, conseiller diplomatique de Joseph Kabila. Le diplomate congolais a laissé entendre que la Rdc était concentrée dans l’organisation des élections.

Mais hier, un communiqué du ministère des Affaires étrangères et Intégration régionale, signé par le Directeur national du protocole d’Etat, Bernard Mutanda, porte à la connaissance de l’opinion tant nationale qu’internationale que le principe d’une visite officielle en République démocratique du Congo de M. Antonio Guterres, Secrétaire général des Nations Unies et de M. Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union Africaine est maintenu. Les deux illustres personnalités restant les bienvenues à Kinshasa à une date à convenir de commun accord, indique le même document, qui ajoute qu’à cet effet, les consultations via les canaux diplomatiques usuels, sont en cours pour l’harmonisation des agendas.

Il y a eu des propos attribués au président de l’Union Européenne, Paul Kagame lors de sa visite en France, que Kinshasa n’avait pas du tout appréciés. La visite du président de la Commission de l’UA permettra de lever l’équivoque et de rassurer les partenaires congolais, qui veulent savoir quel appui l’UA compte lui apporter pour la bonne tenue des élections. Du côté de l’ONU, la Monusco, cette force onusienne qui compte quelque 17.000 Casques bleus pour un budget annuel d’1,153 milliard de dollars, est l’une des plus importantes missions de la paix de l’ONU dans le monde. Le Conseil de sécurité a renouvelé en mars pour un an le mandat de la Monusco avec pour priorité la protection des civils et l’appui aux élections prévues le 23 décembre.

A Kinshasa, le patron de l’Onu va non seulement évaluer le processus électoral, mais aussi apprécier quel genre d’appui son institution compte apporter à la Rdc pour la bonne tenue des élections. Les autorités congolaises qui sont du reste fières des avancées constatées dans l’organisation des élections du 23 décembre 2018, ne trouvent aucun inconvénient à faire une évaluation avec ces deux institutions, au regard de leur importance. Et ce, surtout au vu des accusations et autres discours tenus par une partie de l’opposition congolaise.

Antonio Guterres et Moussa Faki constateront que le processus électoral est très avancé, surtout avec le dépôt des candidatures aux législatives provinciales et nationales,  et à l’élection présidentielle. Même si la machine à voter ne fait pas l’unanimité, les personnalités devront respecter ce choix fait par la CENI, l’institution qui a reçu la plénitude d’organiser les élections en Rdc. Ils devront eux-mêmes encouragé les uns et les autres à prendre part au processus électoral, seul gage pour une alternance apaisée en Rd Congo.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse