Le Dr Félix Kabange intervenant sur l’accessibilité des soins de santé en RDC ‘’L’amélioration de l’accès (…) est l’apanage du gouvernement’’

par -
0 137
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le ministre de la Santé publique, Oly Ilunga a reconnu que la santé est garantie par la Constitution. C’était  lors d’un débat initié mardi, à l’occasion de l’an 15 de la radio Top Congo. Les échanges ont porté sur ‘’le système sanitaire’’. Outre le ministre de la Santé publique, d’autres intervenants ont pris la parole à tour de rôle.

Il s’agit des Drs Félix Kabange, Berthier Nsadi, Ghislain Nkaya, Mankoy Badjoky et Mme Elodie Muzigirwa, respectivement ministre honoraire de la Santé, président de l’Ordre national des médecins, médecin directeur du Programme national de la nutrition (pronanut), secrétaire général national du syndicat national des médecins et  représentante de l’association des droits des patients.

Le gouvernement consent des efforts en matière de santé à travers plusieurs programmes, et il reste confronté au défi de répondre à la croissance démographique et aux besoins sanitaires de la population. Face à cela, Dr Oly Ilunga parle d’une approche de l’amélioration de gestion des ressources humaines qui pourra changer la donne.

Au-delà de ce qui peut se dire, selon que l’amélioration du système sanitaire est une affaire de tout Congolais, le Dr Felix Kabange indique que cette amélioration de l’accès aux soins de santé est l’apanage du gouvernement, à qui revient la prérogative de bien entretenir le système.

Pour empêcher le désordre dû à la multiplicité de facultés de médecine, un des problèmes et pas de moindre qui vient s’ajouter à un système sanitaire défaillant, le ministère de la Santé et celui de l’Enseignement supérieur et universitaire sont en collaboration, pour améliorer la qualité des médecins à travers la formation, a souligné Dr Berthier Nsadi.

Pour sa part, le Dr Mankoy Badjoky a constaté que les fonds alloués à la santé sont insuffisants. Et de s’interroger : ‘’comment gère-t-on les minimes fonds alloués à ce secteur par le gouvernement ?’’

C’est donc là toute son indignation, en soulevant cet aspect de la mal gérance.  ‘’Le système sanitaire sera hypothéqué tant que les personnels de santé ne seront pas pris en charge correctement’’, a-t-il redouté.

Défendant la cause des patients, Mme Elodie Muzigirwa a déploré la situation  en milieu rural. Bien que disposant de plusieurs outils devant faire en sorte que le système de santé soit efficace, ce milieu est confronté à des difficultés de tous ordres, particulièrement l’absence de médecins, le disfonctionnement du système de santé et tant d’autres. Malheureusement a-t-elle, renchéri, l’Etat congolais excelle dans des intentions. Et pourtant la RDC dispose des professionnels de santé très expérimentés. Mais les patients emphatisent. Ceci étant, la représentante de l’association des droits des patients souhaite que la RDC innove dans le financement du système de santé. Elle a rappelé une des recommandations faites lors des travaux d’Abuja au Nigeria pour que les prévisions budgétaires pour la santé soient revues jusqu’à 15%. A ce jour, la santé n’alloue que 4 % de l’ensemble du budget.

Elle propose deux solutions pouvant remettre en cause la problématique de l’appui des partenaires extérieurs de la santé en RDC, notamment le renforcement du système de santé par l’équipage conséquent des services provinciaux de santé, et l’approvisionnement suffisant et régulier en produits pharmaceutiques. En appliquant ainsi ces solutions, l’Etat congolais  pourra mieux justifier sa politique sanitaire en faveur de la population.

 

(Mamie Ngondo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse