Le directeur Mwanza Mpunga constate : « Comme il n’y a plus de fouet, tout le monde veut la facilité »

par -
0 621
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

A la suite de la suppression de l’usage du fouet, le système éducatif congolais a notamment perdu en termes d’autorité. Et il s’observe pendant ce temps, que les parents n’accompagnent pas nécessairement les réformes en présence. Ce constat émane du directeur du Complexe scolaire, CS La Sagesse, Mwanza Mpunga Tshilumba Marc (voir photo ci-contre). L’école est située au quartier Kimbangu I, dans la commune de Kalamu. Depuis que les enseignants congolais ont été instruits de renoncer au fouet, la montée de certains fléaux inquiète les bonnes consciences. C’est le cas d’une jeunesse têtue, le phénomène « kuluna » (ou le gangstérisme à l’arme blanche en milieu urbain), la déperdition scolaire, etc.                                                                Processus d’éducation amputé du fouet : Quand des organisations onusiennes décrient la torture à l’école

A la question : quelle est l’institution qui a supprimé le fouet à l’école ? L’orateur : Cela remonte à la vague de l’avènement démocratique en Afrique. L’initiative est internationale, se situant au niveau des Nations Unies, avant que ne la récupèrent des organisations des droits de l’homme qui gravitent autour de cette macrostructure… Ceux, en effet, qui ont suggéré la mesure, ont estimé que le fouet représentait une torture portée sur l’élève. Pourtant autrefois, le fouet était de rigueur et en ce temps-là, l’individu fort respectueux des règles de savoir-vivre en communauté. Quand on brandit le fouet à quelqu’un, il se rend compte qu’il pose un acte répréhensible. Dieu même, dans les Ecritures saintes, a reconnu que l’homme était faillible et que le fouet pouvait jouer un rôle d’accompagnement dans l’éducation. Aussi le Père Eternel a-t-il inspiré l’usage modéré du fouet, pour remettre l’enfant sur le droit chemin.                                                                 – Qu’est-ce que le système éducatif congolais a perdu en adhérant au principe de la suppression du fouet ?                                 – L’éducation congolaise a beaucoup souffert de la suppression du fouet, car l’on a perdu la politesse, les enfants sont devenus très têtus, impolis. Les enfants que nous formons ici sont comme des passagers, et nous conduisons le train, nous devons les remettre sur le rail autant de fois que nécessaire. Un pédagogue a dit : « L’on éduque un enfant vingt (20) ans avant sa naissance ». Donc, en éduquant ces enfants qui nous sont confiés, nous sommes aussi en train de façonner indirectement leurs enfants à eux. Elèves actuellement, il leur sera donné de transmettre à leur progéniture ce qu’ils auront accumulé. Sans doute, l’on a rendu un très mauvais service à la nation, et je crains pour son avenir. Comme il n’y a plus de fouet, tout le monde veut la facilité.

Quand des parents n’accompagnent guère des réformes

En tant que responsable, comment procédez-vous pour transmettre aux enseignants cette ligne de conduite ?                                       –Le calendrier scolaire prévoit des réunions pédagogiques. Nous profitons de ces moments pour dire aux enseignants que les punitions corporelles sont prohibées. Toutefois, il convient de rappeler que le fouet, c’est la correction. Mais combien il nous est préoccupant d’enregistrer journellement des plaintes d’enseignants, disant qu’il y a des enfants impossibles. Il y a des parents qui viennent se plaindre et en furie parce que l’enseignant a tiré l’oreille à son enfant. Des enseignants ont été menacés dans leur intégrité physique, pour avoir été accusés de recourir au châtiment corporel sur élève. Un professeur a dit : « Si tu ne veux pas que ton enfant pleure aujourd’hui, un jour, tu vas pleurer à sa place ». Selon la pédagogie, « l’enfant doit connaître la punition qu’il encourt en posant tel acte ». C’est pourquoi le règlement d’ordre intérieur est vulgarisé à l’école. Dans le récit biblique, lorsque le Christ a fait usage du fouet dans le temple, il a démontré que le lieu de prière ne pouvait être ainsi dénaturé.

(Payne)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse