Le directeur Fabien Bokele du CS Félicité suggère :

par -
0 672
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Les réformes du système éducatif congolais doivent privilégier la formation des enseignants

Comme nous envisageons le monde planétaire, nous avons des raisons d’appuyer encore plus sur l’éducation. Pour cela, il est souhaitable voire déterminant qu’en ce qui concerne la RD Congo, les réformes envisagées dans le système éducatif, privilégient le renforcement des capacités des enseignants. Le directeur du CS Félicité, M. Bokele Lokwa Fabien (voir photo), qui a fait cette déclaration, s’inscrit dans l’optique d’une éducation sans l’usage du fouet. Car, démontre-t-il, tous les enfants sont pareils ; il n’y a pas d’enfants noirs, il n’y a pas d’enfants blancs. L’éducation doit avoir un objectif. Regardons vers le meilleur, car nous œuvrons pour le bien de l’enfant. Celui-ci c’est le cadre de demain. Aujourd’hui, s’il n’est pas bien préparé, c’est le monde qui va vers l’envers, a renchéri l’orateur. L’école située sur Lufungula, au quartier Yolo nord à Kalamu, est l’œuvre de la promotrice Mbalama Bayibwene Félicité. En plus du primaire, l’école organise la maternelle et le secondaire générale.

A la question : quelle est l’institution qui a supprimé le fouet à l’école ? L’orateur : En ma qualité de responsable du Complexe scolaire, CS Félicité, je ne connais pas qu’il existe une institution qui ait supprimé l’usage du fouet à l’école. Je crois que l’usage du fouet c’est le moyen le plus clair et concis, pour éduquer un enfant. Toutefois, dans le contexte de la mondialisation, cette façon d’encadrer ou d’éduquer l’enfant est vraiment dépassée, l’usage du fouet n’a plus sa raison d’être.

En tant que responsable, comment procédez-vous pour transmettre aux enseignants cette nouvelle ligne de conduite ?

Lors des réunions pédagogiques ou celles de routine, je tape du poing sur la table pour dire aux enseignants que je gère au quotidien que les punitions corporelles sont interdites et, à plus forte raison, l’usage du fouet. Cela doit être écarté de l’école, et jamais un enseignant ne peut se présenter avec un fouet devant les enfants. Il ne faut pas que ces derniers arrivent à perdre le contrôle ou le suivi de notre enseignement.

Qu’est-ce que le système éducatif congolais a perdu en adhérant au principe de la suppression du fouet ?

Je salue cette initiative, parce que nous devons renoncer au passé, en ce qui concerne l’éducation. Dans les vieux temps, tout se passait à l’oral ; mais de nos jours, l’évolution nous offre une panoplie de procédés pour éduquer un enfant. Nous pouvons sanctionner l’enfant au cas où il y a un forfait, s’il lui arrive d’abuser de ses devoirs. Nous pouvons alors trouver d’autres moyens, des sanctions pour le punir plutôt que par le fouet. Car cela rebelle l’enfant, le rend têtu. J’adhère au point de vue de ceux qui estiment qu’il importe de supprimer le fouet. Pour les gens avertis qui veulent la révolution de la modernité telle que prônée par le Président Joseph Kabila Kabange, nous devons rompre avec le passé, et voir comment notre pays fait siens les progrès de l’humanité.  Je suis content de l’éducation participative. Dans la mesure où, cela donne à l’enfant le temps de travailler, de se remettre en ordre pour son épanouissement.

Quand une certaine opinion affirme que le fouet parti, l’école a perdu de son autorité, pédagogiquement, comment vous réagissez ?

Il y a deux pairs de manches sur ce plan. S’il y a des écoles qui ont « glissé » avec le fouet, d’autres par contre, ont réussi leur éducation sans l’usage du fouet. Ceci ne peut aucunement être déterminant pour l’éducation ou pour le progrès d’une école. Il revient au principal gestionnaire de l’établissement de vulgariser le règlement intérieur, pour qu’enseignant et élève se retrouvent face à l’excellence, sans recourir au fouet. Même sur le plan historique, l’on verra que dans le parcours de la colonisation, le colonisateur n’a utilisé de fouet qu’en RD Congo. Dans d’autres pays, même si le colonisateur était méchant, il n’a guère utilisé le fouet. Peut-être le colonisateur en recourant au fouet, avait-il constaté que le Congolais avait un comportement tout autre. Passés les temps anciens, les gens ont grandi et compris la nécessité de corriger les erreurs du passé, pour avoir un regard sur l’avenir.

(Payne  )    

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse