Le DD Bin Yunuss du collège du Réveil démontre :

par -
0 639
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La dégradation de l’éducation fragilise la société

Un phénomène fait très mal aux responsables scolaires et aux observateurs, c’est les « bilamba mabe » à l’école. (Entendez : les tenues indécentes). M. Jackson Djaffar Bin Yunuss (photo ci-contre)est le directeur de discipline, DD du collège du Réveil. Il est d’avis, en effet, que l’école doit se démarquer de la rue. « Depuis toujours, l’école a été conçue comme un milieu éducatif. Quand l’enfant quitte la maison pour l’école, il vient prendre une autre formation, acquérir une autre dimension. Les voyous qui errent dans la rue, portent les pantalons taille-basse », et les prostituées, pour séduire, sont en jupettes. Comment comprendre que cette façon de paraitre soit transposée à l’école ? », a-t-il déploré. L’école du promo-gestionnaire Me Taka Taka Mandefo Josué dit « Lindalala ya Tshangu », est située au quartier VII Commercial à N’Djili. MM. Lubanzadio Sekele et Munduku Elysée sont respectivement préfet et directeur des études. « Les DD doivent continuer à s’imposer et à croire à leur fonction. Car la dégradation de l’éducation fragilise toute la société », a renchéri l’orateur.

A la question : Comment comprenez-vous le phénomène « bilamba mabe » à l’école ? L’orateur : les filles portent des jupettes qui ne dépassent pas les genoux. Et pour s’asseoir, c’est tout un problème. Il y a aussi des blouses voire des chemises qui laissent transparaitre les seins. Pour les garçons, c’est encore pire, parce qu’il y a un genre de pantalon qu’on appelle « mulongosi » (entendez : entonnoir). L’enfant éprouve des difficultés à porter normalement ce pantalon. De même que pour l’enlever, il doit se faire aider d’un autre membre de sa famille qui tire par le bas. Pour faire le malin, en effet, ceux qui adulent cette mode placent désormais une tirette en bas, pour faciliter l’ouverture. C’est terrible. Et lorsqu’un garçon portant « taille-basse » affile, c’est comme quelqu’un qui veut aller à la toilette.

A votre avis, quelles en sont les causes ?

La dégradation de l’éducation, entrainant la dépravation de mœurs, a été prédite dans les prophéties bibliques. C’est le cas de l’épître de Paul à Timothée II chapitre 3. En plus, il y a l’irresponsabilité des parents. Prenez le cas d’un garçon qui sort le matin et porte le pantalon « taille-basse », au vu de ses parents qui ne disent rien. Ces derniers ne sont plus vigilants. L’absence d’éducation peut fragiliser toute la société.

-En quoi le phénomène « bilamba mabe » choque-t-elle l’image de l’école ?

Depuis toujours, l’école a été conçue comme un milieu éducatif. Quand l’enfant vient à l’école, c’est pour apprendre, acquérir une autre dimension. Les voyous portent des pantalons « taille-basse », et les prostituées sont en jupettes. Comment comprendre que cette façon de paraitre soit transposée à l’école ? Et quand un parent perçoit son enfant qui va à l’école dans un accoutrement indécent et qu’il laisse faire, l’école par contre, ne peut admettre cette confusion. Si l’école adopte à son tour une attitude laisser-faire, cela entrainerait des confusions, au point que certains parents remettraient question la crédibilité de l’école actuelle. Et ils perdraient, le cas échéant, l’intérêt d’envoyer leur enfant à l’école. Donc, admettre les « bilamba mabe » à l’école équivaudrait à désavouer le charisme de l’éducation pour ce haut lieu du savoir.

Votre école aborde-t-elle de la question avec le comité des parents ?

Après deux ou trois mois, nous avons une réunion avec le comité des parents. Le promoteur et tout le staff de l’école travaillent effectivement en harmonie avec les parents, pour éradiquer ce mal. Raison pour laquelle nos élèves sont très avisés et prennent garde contre les« bilamba mabe » à l’école. C’est pratiquement la « guerre » entre la direction de discipline et les élèves non respectueux du règlement intérieur : l’on coupe des jupettes et des pantalons « entonnoir » et « taille-basse ».

-De ce qui précède, pouvez-vous affirmer que le DD a encore les moyens de sa mission ?

Au collège du Réveil, le premier partenaire de la discipline, c’est le promoteur. Même s’il a mille élèves, nous parvenons à faire le suivi. Quand un élève est pris en faute, nous faisons venir les parents, car nous ne permettons pas qu’un élève puisse outrepasser le règlement de l’école. Et quand le DD décide selon le règlement, c’est en harmonie avec le staff de l’école.

Nous saluons pareille campagne de sensibilisation pour aider les jeunes à comprendre. Quand on ne fait pas de la sensibilisation pour aider les jeunes, c’est difficile d’ôter de leur imaginaire collectif ce qui est prohibé. Le corps de la femme est très sacré. Quand Dieu a fabriqué les premiers habits pour Adam et Eve (Genèse 2), le Créateur a fait de longs habits.

(Propos recueillis par Payne)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse