Le Conseil de sécurité pour une mise en œuvre de l’accord « sans délai »

par -
0 251
Le Président du Conseil de sécurité, Olof Skoog/Ph. ONU
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Conseil de sécurité s’est félicité mercredi dernier de la signature, le 31 décembre 2016, à Kinshasa, de l’accord politique global et inclusif par la majorité présidentielle et des partis d’opposition. Dans une déclaration présidentielle, le Conseil a salué les efforts inlassables qu’ont déployés les médiateurs de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) pour faciliter cet accord. Il a également jugé encourageant « l’esprit de souplesse et de compromis » dont ont fait preuve les dirigeants politiques congolais en concluant cet accord « en faveur de la stabilité, de la paix, du développement et de la consolidation de la démocratie constitutionnelle en République démocratique du Congo».

Les 15 ont demandé à toutes les parties congolaises intéressées de préserver cet esprit lors des débats à venir en vue de régler rapidement toutes les questions pendantes, « en particulier les modalités pratiques de la gestion inclusive de l’exécutif au cours des périodes préélectorale et électorale ». Ils ont également engagé les partis politiques qui ne l’ont pas encore fait à signer l’accord.

Le Conseil de sécurité a tenu à souligner l’importance du facteur temps dans l’organisation des élections. Il compte ainsi sur une mise en œuvre de l’accord « sans délai, en toute bonne foi et dans son intégralité » afin que soient organisées des élections présidentielle et législative nationales et provinciales au plus tard en décembre 2017. Les membres du Conseil ont aussi souligné qu’il importe que le Gouvernement de la RDC et ses partenaires nationaux prennent « sans plus attendre » toutes les mesures nécessaires pour « accélérer » les préparatifs des élections, « conformément au calendrier convenu ».

Lever les restrictions imposées à plusieurs médias

Pour sa part, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) a exhorté, vendredi, le Président Joseph Kabila à publiquement approuver l’accord politique sur les élections en Rdc qui a été signé le 31 décembre dernier. Lors d’un point de presse à Genève, la porte-parole du HCDH, Liz Throssell a souligné que l’accord est l’occasion de faire en sorte que tous, « y compris les opposants politiques, les journalistes et les représentants de la société civile », puissent exercer pleinement leur droit aux libertés d’association et de se rassembler pacifiquement, d’opinion et d’expression ».

Pour le HCDH, une mesure immédiate que les autorités de la RDC peuvent prendre est de lever les restrictions et interdictions imposées à plusieurs médias ces derniers mois. « Il est important que le gouvernement, les partis d’opposition, la société civile et tous les citoyens congolais œuvrent pour assurer la mise en œuvre de l’accord et la création d’un environnement propice à des élections libres, justes et crédibles », a déclaré la porte-parole. « Nous exhortons donc le Président Joseph Kabila à approuver publiquement l’accord.

« Nous nous réjouissons du fait que l’accord stipule que les cas emblématiques de prisonniers politiques seront examinés par une commission des hauts magistrats », a indiqué Elizabeth Throssel, soulignant que ces mesures doivent être étendues à tous les prisonniers politiques et à d’autres, « y compris les journalistes et les membres de la société civile, qui peuvent avoir été détenus illégalement ». « Si l’accord est mis en œuvre avant la fin de 2017, il représenterait un développement important pour la région et, nous l’espérons, un exemple pour les voisins de la RDC », a conclu la porte-parole.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse