Le Congo se dirige vers “un désastre humanitaire d’une ampleur extraordinaire”

par -
0 253
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) tire la sonnette d’alarme. “Un désastre humanitaire d’une ampleur extraordinaire est sur le point de toucher le sud-est de la République démocratique du Congo (RDC), alors que la province du Tanganyika plonge davantage dans la violence, déclenchant des déplacements de population et des violations des droits humains”, explique Andrej Mahecic, le porte-parole de l’institution.

Sur les deux premières semaines de février, les agences partenaires du HCR ont répertorié quelque 800 incidents dits de “protection”, dont des assassinats, des enlèvements et des viols. Mais l’essentiel des violences s’est déroulée dans des zones inaccessibles pour les travailleurs humanitaires. Le conflit dans le sud-est de la RDC est à mettre dans le contexte d’une crise humanitaire croissante dans le pays. La violence liée aux milices a fortement augmenté depuis le refus du président Joseph Kabila de quitter le pouvoir lors de l’expiration de son mandat en 2016.

630 000 personnes déplacées

“Le HCR appelle les autorités congolaises à assurer la protection de la population civile, à assurer un suivi efficace de tout signalement de crimes imputés aux forces armées et à mettre un terme à la perception d’impunité liée aux violations des droits de l’homme. La violence se propage à travers le Tanganyika, qui fait trois fois la taille de la Suisse avec une population de trois millions d’habitants. Plus de 630 000 personnes ont déjà été déplacées à l’intérieur du pays”, poursuit Andrej Mahecic.

Cela fait plus de quatre ans qu’il y a des accrochages entre des milices représentant les Luba, un groupe ethnique bantou, et les pygmées Twa. Ils ont pour origine les inégalités entre les villageois bantous, des agriculteurs, et les Twa, des chasseurs-cueilleurs historiquement exclus de l’accès à la terre et des services de base.

L’armée congolaise a, pour l’essentiel, maté une insurrection qui a provoqué le déplacement de 1,5 million de personnes dans le centre de la RDC au cours de la période 2016-2017 mais les milices sont de plus en plus actives dans l’est du pays, le long des frontières avec l’Ouganda, le Rwanda et le Burundi. Quelque 34.000 personnes ont ainsi fui la République démocratique du Congo pour l’Ouganda depuis le début de l’année du fait des violences ethniques dans le nord-est du pays, a dit l’ONU la semaine dernière.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse