Le Comité de gestion décide de la dissolution de la BIAC

par -
0 381
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Depuis le 30 mai 2016, la BIAC a été placée sous gestion du Comité d’Administration Provisoire de la Banque Centrale du Congo.

Ce Comité avait pour mission, notamment de présenter un plan de redressement de la BIAC dont les actifs devaient être rachetés par des repreneurs, tout en apportant des solutions garantissant les retraits journaliers réclamés par les épargnants.

A ce jour, ni la Banque Centrale du Congo, ni même son Comité susdit, n’a présenté aux actionnaires un quelconque repreneur.

Lors de l’Assemblée Générale Extraordinaire tenue le 11 octobre 2016 à laquelle ont assisté trois directeurs de la Banque Centrale, tous les membres du Comité d’Administration Provisoire et quelques cadres de la BIAC aux côtés des actionnaires présents ou représentés, plusieurs obstacles ont été relevés dans le chef de l’actionnaire principal, ne lui permettant pas d’assumer son rôle et notamment celui de la recherche d’un repreneur.

A l’unanimité, l’Assemblée Générale Extraordinaire a souhaité que ces obstacles soient levés, afin de permettre à l’actionnaire Principal de participer activement aux efforts visant le redressement de la BIAC.

Le Procès-verbal de ladite Assemblée Générale Extraordinaire a été transmis à toutes les autorités compétentes mais force est de constater qu’aucune suite favorable n’a été apportée à cette préoccupation légitime, renseigne le Communiqué de presse.

Pendant ce temps, le Comité d’Administration provisoire poursuit de manière active la vente des actifs et creuse la dette de la banque auprès de la Banque Centrale du Congo. Aujourd’hui, cet endettement n’a servi principalement qu’à rembourser les grands comptes de la Banque et son fonctionnement.

Ce surendettement auprès de la Banque Centrale du Congo creuse un écart inquiétant entre les actifs et le passif du patrimoine de la BIAC. Cela compromet aussi bien les droits des déposants, du personnel, des fournisseurs que des actionnaires. Et si la situation perdurait en ce sens, une liquidation forcée ne garantirait pas les intérêts des déposants, du personnel, des fournisseurs ni des actionnaires

Après avoir tiré les leçons des expériences passées sur les liquidations forcées des Banques dans notre pays et ne souscrivant nullement aux actions décrites ci-dessus, les actionnaires, réunis en Assemblée Générale Extraordinaire convoquée et présidée par un mandataire ad hoc désigné par le Président du Tribunal du Commerce de Kinshasa/Gombe, ont décidé de dissoudre volontairement la BIAC et de désigner un liquidateur chargé de désintéresser tous les créanciers sous la supervision et le contrôle, en toute transparence, de la Banque Centrale du Congo

Dans ce sens, un avis est publié pour communiquer au public les dispositions pratiques consécutives aux opérations de liquidation.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse