Le camion blindé transportait des sacs de sable, des casiers de bière ou des minerais ? Embarrassée, la Monusco se fourvoie

Pendant que les Congolais sont tués en désordre et en masse par les rebelles ougandais de l’ADF/NALU à Beni et dans ses environs, c’est le moment que nait une polémique sur le contenu d’un véhicule blindé de la Monusco, qui s’est renversé dimanche dernier à Beni, dans la province du Nord-Kivu. Même si les images qui ont circulé sur les réseaux sociaux démontrent que le camion contenait des casiers de bière et des minerais, à la Monusco, l’on estime que le véhicule transportait des sacs de sable pour se protéger lorsqu’ils sont en déplacement. Des arguments à dormir debout et qui ont du mal à passer, au moment où le président de la République, lors de la 73ème session ordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies, a carrément réitéré son exigence d’un début effectif et substantiel du retrait de la Monusco (force multilatérale). Un message qui a été du reste répété à l’endroit des 15 membres du Conseil de sécurité de l’ONU.

Les images telles que véhiculées dans les réseaux sociaux peuvent mettre en difficulté la mission de l’ONU en RDC (MONUSCO). Postée par des internautes, une photo montre un véhicule blindé blanc estampillé UN renversé. L’engin contiendrait des sacs de coltan, un minerai au cœur des conflits armés dans l’est du pays. Le coltan est un minerai de couleur noire ou brun-rouge dont on extrait le niobium (d’abord appelé colombium) et le tantale. Il est formé par l’association de deux minéraux : la colombite et la tantalite en proportion variable. Le métal est souvent utilisé dans la fabrication des condensateurs et des équipements électroniques. Si les circonstances (lieux, date, etc.) de l’accident ne sont pas précisées, les auteurs du tweet affirment qu’outre le matériel et les éléments de la Monusco, l’engin transporterait aussi des casiers de bière.

En attendant la réaction officielle de la mission des Nations unies, des commentaires tombent petit à petit. « Étrange méthode de l’ONU pour maintenir la paix en RDC. Ses camions blindés sécurisent d’abord le coltan, le cobalt, etc. », ironise un internaute. « La Monusco est en train de faire un trafic de minerais au lieu d’accomplir sa mission de stabilisation », assène un autre internaute.

La réaction de la Monusco

Interrogée par la RTGA World, la Monusco, à travers Mme Florence Marchall, porte-parole de cette institution, reconnait qu’effectivement, un blindé de la Monusco a connu un accident dimanche à Beni (province du Nord-Kivu). « On voit beaucoup d’informations circuler dans les médias et à la suite de la publication des photos, le Commandant de la force a instruit qu’il y ait une enquête interne pour avoir la suite de cet accident », explique-t-elle, avant de préciser que les militaires utilisent les sacs de sable pour se protéger dans leurs déplacements lorsqu’ils sont dans les voitures ou les blindés.

Et d’ajouter qu’actuellement, l’enquête est en cours par les équipes de la Monusco et nous attendons nous prononcer plus précisément sur les circonstances de cet accident. Une fois que nous aurons les résultats, promet-elle, nous vous dirons de quoi il s’agit… Pour elle, cet accident ne doit pas donner l’impression que toutes les actions de la Monusco doivent être réduites à cet incident. Sinon, martèle-t-elle, il y a la Brigade de la Monusco qui se restructure et travaille pour la neutralisation des groupes armés. On comprend bien l’agacement des populations de Beni, mais nous ne pouvons que la rassurer que nous mettrons tout pour les aider dans cette lutte contre les groupes armés.

Bilan “mitigé” en 20 ans

Ces images pourraient, une fois de plus, soulever le sempiternel problème d‘éthique des éléments envoyés en mission de maintien de la paix. Car très souvent, des Casques bleus sont accusés de comportements déviants dans des zones où ils interviennent.

Ce qui nourrit parfois une sorte d’hostilité de certains dirigeants africains à l‘égard des missions onusiennes de maintien de l’ordre. « Vingt ans après le déploiement des forces onusiennes dans mon pays et en raison de leurs résultats largement mitigés au plan opérationnel, mon gouvernement réitère son exigence du début effectif et substantiel du retrait de cette force multilatérale », déclarait le 25 septembre dernier, Joseph Kabila lors de l’Assemblée générale des Nations unies.

Les minerais (cobalt, coltan, etc.) de l’est de la RDC sont devenus tristement célèbres en ce qu’ils alimentent les affrontements en cours depuis plus de 20 ans entre groupes armés dans l’est de la RDC. Lesquels groupes armés sont, d’après des ONG, soutenus aussi bien par des multinationales que par des États voisins. Ces conflits ont déjà fait des milliers de morts et alimentent l’une des crises humanitaires des plus graves de l’histoire africaine. Et malgré une forte présence, la Monusco qui se fourvoie dans de basses besognes entachant son honneur et sa crédibilité, peine jusqu’ici à mettre hors d‘état de nuire les groupes armés.

JMNK

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse